Magazine Culture

#Tourisme #Culture : La Cité de la mer en 2018 - 10 raisons d'y plonger !

Publié le 23 janvier 2018 par Philippe Vimard @cotentinweb

Depuis son ouverture au public en 2002, le site touristique normand consacré à l'aventure humaine dans les grands fonds, a conquis près de 3,5 millions de visiteurs. Grâce à sa thématique originale, son réseau de partenaires, sa notoriété ne cesse de s'étendre, tant au niveau national qu'international.

#Tourisme #Culture : La Cité de la mer en 2018 - 10 raisons d'y plonger !

La Cité de la Mer de Cherbourg retrace la grande aventure de l'homme sous la mer. Logée sous la grande voûte Art déco de l'ancienne Gare Maritime Transatlantique, le projet touristique permet le sauvetage de ce patrimoine unique d'architecture, inauguré en 1933 et figure de proue de la plus grande rade artificielle du monde. Un bâtiment sans équivalent aujourd'hui, mis à l'honneur en 2015, élu 3e Monument Préféré des Français dans l'émission de France 2 présentée par Stéphane Bern. Quinze ans après son inauguration, toujours sous la présidence de Bernard Cauvin, La Cité de la Mer compte parmi les grands parcs de loisirs français.

Une journée de visite est nécessaire pour découvrir les exploits des aventuriers des grands fonds.

Le Redoutable, premier Sous-marin Nucléaire Lanceurs d'Engins français lancé le 29 mars1967 à Cherbourg est le plus grand sous-marin visitable au monde. Le Commandant, grâce au commentaire audioguidé, y dévoile le monde secret des sous-mariniers.

Le pôle Océan, avec l'Aquarium Abyssal le plus profond d'Europe et les 16 autres bassins, permet de s'émerveiller et de comprendre. Certaines espèces marines sont représentatives des recherches remarquables effectuées dans le domaine médical. La Cité de la Mer souhaite démontrer à travers elles, que l'Homme en sait trop peu aujourd'hui sur la richesse des océans et qu'il est primordial de sensibiliser chacun à sa protection. Deux parcours permanents ont enrichi la visite depuis l'ouverture : " On a marché sous la mer " (2008) et " Titanic, retour à Cherbourg ". Inauguré en 2012, ce dernier espace propose de revivre la traversée du mythique paquebot, depuis son escale à Cherbourg jusqu'à la nuit tragique du naufrage. Au cœur de la Grande Galerie des Engins et des Hommes résident les engins emblématiques de la plongée profonde, réels ou reconstitués à échelle 1. Parmi eux sont présents : le Nautile, l'Alvin ou le Mir, qui ont plongé sur la mythique épave du Titanic.

Depuis 2014, la réplique à taille réelle de 8 m du sous-marin de James Cameron complète cet espace. C'est à son bord que le réalisateur des films Avatar et Titanic bat en 2012, le record de plongée en solitaire à -10 908 m.

De nombreuses personnalités internationales accompagnent les défis que relève La Cité de la Mer : océanautes ou ingénieurs, architectes comme Jacques Rougerie ou encore réalisateurs comme Jacques Perrin. La Cité de la Mer se distingue par l'hommage qu'elle rend à l'épopée de ces pionniers. Lors de grands rendez-vous organisés en leur présence, des océanautes comme Don Walsh, Henri-Germain Delauze, Anatoly Sagalevich et d'autres ont témoigné avoir trouvé le seul lieu au monde où transmettre leur passion, leur histoire, au plus grand nombre

1 - DÉCOUVRIR un patrimoine unique

2 - EXPLORER Le Redoutable

3 - POURSUIVRE Octobre rouge

4 - REVIVRE l'épopée transatlantique

5 - EMBARQUER à bord du Titanic

6 - COMPRENDRE la vie sous-marine

Poussez la porte de la Grande Halle de La Cité de la Mer, et vous découvrez la formidable architecture de l'ancienne gare maritime de Cherbourg. Son horloge trônant en haut d'une volée d'escaliers, ses passerelles, ses rails dont on voit encore la marque au sol, ses vingt-huit arches supportant une impressionnante voûte de béton, ses éléments de décor imitant le granit. Inaugurée le 30 juillet 1933, cette splendeur Art déco conçue par l'architecte Levavasseur devient la plus grande gare maritime du monde et aussi la plus vaste construction de France après le Château de Versailles.

Deuxième port français après Marseille, Cherbourg a vu grand et beau. À l'époque, jusqu'à sept trains en provenance de Paris débarquent chaque jour leurs passagers prêts à voguer vers les Amériques. La plupart sont anonymes mais certains - Charlie Chaplin, Richard Burton ou Liz Taylor - figurent parmi les stars les plus glamour de l'époque. Partis de la gare Saint-Lazare, ils sont quelques heures plus tard au pied de l'un de ces liners aux couleurs de la Cunard ou de la Red Star Line. Dans le hall des transatlantiques où se passent les formalités de douanes et d'embarquement, ils découvrent déjà l'atmosphère soignée qu'ils retrouveront une fois à bord. En témoigne aujourd'hui la Salle des Pas Perdus, toujours en parfait état, avec ses boutiques, sa poste, ses cafés que l'on croirait fermés de la veille.

Un moment fort de la journée à La Cité de la Mer : l'occasion unique de découvrir ce bijou de la marine française, sauvé par la volonté de Bernard Cauvin qui en a fait la pierre angulaire de son projet. Construit à Cherbourg puis lancé le 29 mars 1967 par le Général de Gaulle, Le Redoutable est le premier Sous-marin Nucléaire Lanceur d'Engins français. Après 20 ans de service, 90 000 heures de plongée et l'équivalent de 32 fois le tour du monde, ce géant de 128 mètres a été désarmé en 1991. Depuis 2002, Le Redoutable a entamé sa seconde carrière : il accueille désormais les visiteurs guidés par la voix de son commandant.

Audioguide à l'oreille, pas question de ne pas suivre les instructions à la lettre pour découvrir les différentes parties de l'habitacle, " un cocktail particulièrement complexe où devaient cohabiter 130 membres d'équipage pendant 70 jours, 16 missiles capables d'atteindre une cible à 3 000 km et une centrale nucléaire qui aurait pu alimenter tout Cherbourg en électricité ". Entre bruitages, vibrations et consignes du Pacha, on se prend presque pour un membre d'équipage en plongée. On imagine même se faufiler dans les coursives pour regagner sa couchette dans le plus pur style années 60. Tout y est, jusqu'à la machine à café d'époque.

" Notre-Dame des Queens ", son surnom d'avant-guerre, subira un destin contrarié. Sabordée par les Allemands en 1944, la Gare Maritime Transatlantique perd notamment son campanile de 67 mètres de haut. Ce vestige Art déco sera reconstruit mais ne connaîtra jamais plus l'affluence d'antan. La montée en puissance de l'aviation commerciale cause sa perte. Au point d'être abandonnée à la fin des années 70. Par miracle, elle échappe à la destruction et retrouve une nouvelle vie grâce à la ténacité de passionnés et de Bernard Cauvin. Elle sera inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1989. Le 29 avril 2002, la Gare Maritime Transatlantique retrouve un second souffle avec l'ouverture de La Cité de la Mer qui a depuis accueilli près de 3 500 000 de visiteurs.

Taillée pour accueillir les plus grands des paquebots de l'époque, " Notre Dame des Queens " abrite : * Un Hall des Transatlantiques de 280 m de long par 42 m de large comprenant notamment les salles Sous Douane, les salles des Pas Perdus, les bureaux des compagnies ainsi que les différents services et boutiques à disposition des voyageurs. * Un Hall des Trains de 240 m de long par 40 m de large composé de trois quais desservant quatre voies ferrées connectées directement à ligne ferroviaire Paris / Cherbourg. * Une Voie Charretière de 280 m de long par 15 mètres de large sépare ces 2 halls. C'est dire l'importance accordée au trafic transatlantique.

La gare maritime de Cherbourg est alors un modèle d'organisation logistique avant la Seconde Guerre mondiale. Depuis la fin du XIXe siècle, ils sont nombreux, hommes et femmes, à tenter leur chance dans le Nouveau Monde.

L'Europe assiste en effet entre 1900 et 1914 à une seconde vague migratoire qui concerne surtout des migrants d'Europe centrale. En plus des raisons économiques qui les poussent à l'exil, s'ajoutent souvent des motivations politiques ou religieuses. Mais pour tous, le rêve est identique : s'offrir une vie meilleure. Clin d'oeil de l'histoire, l'américain Boeing teste cette même année le premier vol commercial d'un de ses avions, qui signera vingt ans plus tard le déclin des paquebots de ligne.

7 - RÊVER à l'odyssée des hommes-poissons

8 - SE GLISSER dans la peau d'un océanographe

9 - SUIVRE L'AVENTURE des conquérants des profondeurs

10 - S'OFFRIR des émotions fortes en marchant sous la mer

3e Monument Préféré des Français en 2015 !

L'émission de France 2 présentée par Stéphane Bern, célèbre pour rendre honneur au patrimoine français, a mis en lumière le bâtiment et son histoire, que près de 2 millions de téléspectateurs ont pu découvrir.

Avant de parvenir aux sous-marins actuels, il aura fallu des siècles de recherche pour mettre au point des engins capables d'explorer nos fonds marins. Au coeur du Pôle Sous-marin, c'est toute l'histoire de la conception et de la construction des sous-marins qui s'ouvre au public. La découverte se poursuit avec la vie à bord, les habitudes et drôles de traditions des sous-mariniers, car vaut mieux bien s'entendre lorsqu'on part en mission de 70 jours ! A l'aide de films et objets, on comprend mieux l'ambiance à bord. Être coupé du monde et de sa famille n'est pas chose facile, les sous-mariniers reçoivent des messages très courts, contrôlés par le Pacha, les premiers sms ! Le Poste Central de Navigation et d'Opérations attend finalement les visiteurs : un espace aux équipements sophistiqués, muni de simulateurs de pilotage en trois dimensions, le tout baignant dans la pénombre, éclairé par les signaux lasers des écrans. Petits et grands apprennent alors à se repérer sous la mer, à naviguer, à maîtriser l'assiette du sous-marin et surtout à rester leplus discret possible. Imitant Sean Connery dans le film " À la poursuite d'Octobre Rouge " dans le rôle d'un commandant soviétique prêt à livrer son sous-marin à la marine américaine, le visiteur se replonge dans la Guerre froide. Dans une atmosphère mystérieuse emplie de bruits de sonars, d'ordres de transmissions et de ronronnement des machines, il se retrouve à la manœuvre, installé dans l'une des quatre cabines de pilotage virtuel du Furtif. Et là, gare aux obstacles, la défense nationale est en jeu ! C'est à qui identifiera un convoi suspect tout en restant aussi discret que possible, et effectuera une plongée en réglant au millimètre les commandes des gaz et des ballasts. Autre expérience à vivre grandeur nature, le poste de travail des " Oreilles d'or ", ces hommes à l'ouïe extrêmement fine. Dans les sous-marins, il leur revient de détecter tout bruit suspect à des kilomètres à la ronde pendant la plongée. Eh oui, malgré tous les progrès techniques, on n'a pas encore trouvé mieux !

Depuis un siècle, la tragédie du
Titanic est présente dans les esprits
et alimente encore les imaginations.
Que vous ayez 7 ou 77 ans, vous êtes happé
par cette histoire. Vous pensiez déjà tout
savoir sur le Titanic... et pourtant...
105 ans après son escale mythique dans la
rade de Cherbourg, La Cité de la Mer vous
invite à embarquer dans un nouvel espace
muséographique. Vous n'y trouverez ni objet,
ni collection. La force et l'originalité du projet
résident dans la scénographie. 15 grands
musées et institutions traitant de l'émigration
ont collaboré au projet, dont Ellis Island à
New York, Gênes, Bremerhaven, Halifax,
Buenos Aires, Sao Paulo, Anvers, Rotterdam.
Comme prélude à l'exposition, vous
replongerez d'abord dans l'histoire de
l'émigration européenne vers le Nouveau Monde. La mémoire est là, face à vous, dans
cette immense Gare Maritime Transatlantique
des années trente, aux lignes Art déco, dernier
témoin en Europe de ce que fut le plus grand
exode de l'humanité. Partez à la rencontre
de ces dizaines de millions d'hommes et de
femmes, qui ont tout quitté, animés du seul
rêve d'une vie meilleure.
Embarquez ensuite dans un espace dédié au
célèbre paquebot, et vivez la traversée, que vous
soyez en première, seconde ou troisième classe.
Tous les témoignages que vous entendrez ici
et là, qu'ils viennent des passagers ou des
membres d'équipage, sont authentiques.
Moderne et interactif, cet espace se vit comme
une expérience inédite, agrémentée de films,
de photos, de témoignages et de décors
reconstitués de certaines pièces maîtresses du
paquebot."

Bernard Cauvin, Président-directeur général de La Cité de la Mer.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Philippe Vimard 2469 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines