Magazine Cuisine

Deux wulong de Morokozawa, cultivar Kanaya-midori avec et sans torréfaction

Par Florentw
A Morokozawa dans la zone de production de thé de montagne de Shizuoka appellée Hon.yame, Satô Hiromitsu est connu pour son cultivar Kogane-midori avec ses feuilles dorées. C'est aussi l'un des quelques producteurs japonais confectionnant d'excellents thés wulong.
Pour ces thés à l'oxydation légère à moyenne, il ne tombe pas dans le piège de la récolte hâtive de petites pousses et feuilles, mais préfère au contraire attendre que les feuilles de printemps se soient suffisamment développées (le moment où la pousse supérieure va commencer à devenir une feuille). La récolte est ainsi manuelle, dans sa plantation à environ 500 m d'altitude.
Ses wulong, produits en toutes petites quantités sont très prisés des amateurs ici au Japon.
Deux wulong de Morokozawa, cultivar Kanaya-midori avec et sans torréfactionJ'avais déjà proposé millésime 2016 le wulong torréfié cultivar Kanaya-midori, qui fut un beau succès. Aussi, pour cette version 2017, je rajoute aussi la version non torréfiée.
Je rappelle que Kanaya-midori est un cultivar à sencha qui fut enregistré en 1970. Les feuilles de printemps de ce cultivar se caractérisent souvent pas des notes crémeuses.
Avec la version non torréfiée, nous avons, sans surprise, des feuilles au parfum vert et floral, un bouquet au accents printaniers. 
Deux wulong de Morokozawa, cultivar Kanaya-midori avec et sans torréfaction
Deux wulong de Morokozawa, cultivar Kanaya-midori avec et sans torréfaction
Deux wulong de Morokozawa, cultivar Kanaya-midori avec et sans torréfaction
Deux wulong de Morokozawa, cultivar Kanaya-midori avec et sans torréfactionL'infusion donne une première impression en effet florale, tout a fait dans le cadre des arômes de ce genre de thé. Mais le parfum est surtout très sucré et crémeux, évoquant aussi le beurre frais. On trouve aussi des notes de fraises.
Le pôle sucré et crémeux reste tout au long des infusions le fil conducteur de ce thé vraiment riche et élégant.
En bouche c'est rafraîchissant et velouté, là encore floral, sucré et crémeux en after, avec des accents de confiserie.
Enfin, le fond de tasse donne un arôme gourmand de noix de coco.
Si j'ai personnellement tendance à préféré ce type de thé torréfié, je dois dire que cette version non torréfié est particulièrement bien faite et réussite.
Deux wulong de Morokozawa, cultivar Kanaya-midori avec et sans torréfactionPour la version torréfiée, le producteur procède à trois torréfactions fine successive. Ajouter à un trie manuel des feuilles, ce thé requiert un travail particulièrement important.
Mais le résultat est ces feuilles au parfum chaleureux très appétissant et gourmand. Nous sommes dans le domaine de la viennoiserie et du pain grillé. La encore l'impression générale est sucrée.
Deux wulong de Morokozawa, cultivar Kanaya-midori avec et sans torréfaction
Deux wulong de Morokozawa, cultivar Kanaya-midori avec et sans torréfaction
Deux wulong de Morokozawa, cultivar Kanaya-midori avec et sans torréfactionDès la première infusion, il s'élève de suite de riches notes de torréfaction, chaleureuses et intenses. Pain grillé sucré, fruits à coque, une impression générale de beurre cuit, mais aussi une petite touche de bois ciré, sont autant de senteurs que nous propose se wulong japonais torréfié.
En bouche, ce thé reste très fluide, et la torréfaction ne provoque aucune fausse note amère ou astringente. On retrouve aussi une impression sucrée évoquant des confiseries.
C'est un thé aux parfums intenses et riches, qui réchauffe le corps et l'esprit.
A partir des mêmes feuilles, le producteur nous livre deux thés très différents et complémentaires, dans lesquels on retrouve comme point d'ancrage ces arômes sucrés et crémeux du cultivar Kanaya-midori.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florentw 4836 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine