Magazine Culture

Nabihah Iqbal ‘ Weighing Of The Heart

Publié le 31 janvier 2018 par Heepro @heepro

Nabihah Iqbal ‘ Weighing Of The Heart

Pourquoi Weighing Of The Heart me touche-t-il autant ? Il y a plusieurs réponses à cela. Sa musique, qui donne résolument envie de réécouter cet album sans cesse et en boucle, ne doit pas tomber dans l’oubli d’une année 2017 tellement remplie. Parce que, vous aussi, vous seriez passés à côté d’un album qui, en fin de compte, est sorti début décembre, soit bien après une grande majorité des traditionnelles listes de fin d’année, listes laissant croire qu’en décembre, plus rien d’intéressant ne peut paraître. Grossière erreur : souvenez-vous de Burial qui nous avait habitué à lâcher des EPs démentiels fin décembre, ou encore le groupe australien King Gizzard And The Lizard Wizard qui a réussi à sortir son cinquième LP rien que pour l’année 2017 carrément le 31 décembre.

La Londonienne Nabihah Iqbal, avec son tout premier album studio, n’avait pourtant rien fait pour qu’on ne prête attention à son œuvre, publiée certes le 1er décembre. D’ailleurs, les critiques ont été généralement très bonnes. Pour ma part, je me suis tout de suite senti touché et reste subjugué par le savant mélange entre musiques électronique et pop, entre une musique faite pour la scène et celle vouée à faire danser dans les clubs.

Auparavant, elle utilisait systématiquement son pseudo Throwing Shade qu’elle s’était trouvée lorsqu’elle était seulement DJ et initiait alors une carrière sans qu’elle ne semble sans douter alors qu’elle sortait pourtant des EPs. Il s’agit désormais pour elle de pouvoir s’affirmer, ou simplement s’accomplir, que ce soit en tant que femme – et l’on sait actuellement que ce n’est pas encore gagnée pour toutes, même la grande Björk doit encore lutter sur ce terrain –, mais aussi en tant que personne d’origine asiatique – elle, qui est née à Londres de parents pakistanais comme le laisse deviner son nom civil.

Autrement, il est surtout remarquable de voir qu’elle s’occupe personnellement et intégralement de l’écriture des paroles, de la composition, des arrangements et de la production, sans oublier de l’artwork de la pochette qu’elle a également signé. Aussi joue-t-elle elle-même du clavier, du synthétiseur, de la batterie… et de la guitare qu’elle incorpore de plus en plus à ses prestations live.

Le titre Weighing Of The Heart est évidemment une allusion directe à la croyance de l’Égypte ancienne sur le jugement dernier et la vie après la mort, à savoir que le cœur d’une personne décédée était pesé en contre-poids d’une plume pour vérifier qu’il était en adéquation avec l’univers afin de le laisser ou non accéder à l’au-delà.

L’univers proposé ici par Nabihah Iqbal – ni plus ni moins que son univers à elle – oscille entre musique électronique et musique pop-rock que les morceaux chantés voilent d’un manteau pop et de nappes à mi-chemin entre ambiant et danse. Elle assume ses nombreuses influences notables et, selon vos propres références, vous en retrouverez des traces plus ou moins indiscutables sur ses morceaux, et parfois il doit carrément s’agir d’un hommage (écoutez par exemple « Something more » ou « Eternal passion »).

Le tout sur un fond définitivement urbain, ou proprement londonien pour qui connaît la capitale britannique : « Zone 1 to 6000 », qui n’a pas été choisi par hasard comme single et se trouve littéralement au cœur de l’album, l’illustre parfaitement, empli d’une énergie vibrante et haletante et d’un tempo ralenti car maîtrisé tout à la fois. Tout autour, les instrumentales « Eden piece » et « Alone together », le très néo-indus « New new eyes » ou encore « Slowly » – seul réel moment de répit – déploient différentes facettes de cette jeune artiste dont les paroles sont très inspirées par la poésie, en particulier celle de William Blake et Matthew Arnold.

Au fait, Nabihah allumait souvent de l’encens japonais lors de certaines séances d’enregistrement se prolongeant toute la nuit. Si vous le souhaitez, vous pouvez vous en procurez sur son site, puisqu’il reflète ses sentiments dans sa musique. En somme, c’est une artiste complète, éminemment cosmopolite car londonienne, mais une artiste avant tout.

(in heepro.wordpress.com, le 31/01/2018)

Publicités &b; &b;

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Heepro 2396 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines