Magazine Culture

#Deauville : 10 février - 11 mars 2018 : Exposition Françoise Sagan - La vie en liberté, L’écriture en exigence

Publié le 02 février 2018 par Philippe Vimard @cotentinweb

10 février - 11 mars 2018 : Exposition Françoise Sagan - La vie en liberté, L'écriture en exigence

Cette exposition est la toute première consacrée à Françoise Sagan. Accompagnée et coproduite par la Ville de Deauville, elle a été conçue pour l'inauguration de la médiathèque Françoise Sagan à Paris au printemps 2015. Enrichie depuis grâce à la collection des Franciscaines, futur lieu de vie et de culture de la Ville, elle arrive au Point de Vue, à Deauville. Elle rassemble des photographies issues du fonds France Soir et des documents de la collection privée de Denis Westhoff, fils de l'écrivaine. On y comprend comment Françoise Sagan et Deauville se sont rencontrées, dans le goût partagé de la plage, des ciels où flottent de merveilleux nuages, des chevaux, du jeu, de la fête et des soirées qui se prolongent jusqu'au petit matin. Le visiteur découvre Françoise Sagan à différents moments de sa vie publique et de sa vie privée, entourée de ses amis, chez elle, au théâtre, entourée de journalistes... La femme publique se révèle aussi attachante que dans la sphère intime. Denis Westhoff a puisé dans plusieurs fonds photographiques de la Ville de Paris et dans ses archives personnelles pour constituer cette exposition qui retrace la vie de l'écrivaine Françoise Sagan, au fil des différentes étapes de son œuvre.

" J'ai réalisé une sélection
chronologique en m'attachant
bien évidemment aux qualités de
chaque photographie -
esthétique, cadrage, expression,
contexte, personnages présents,
originalité - mais
principalement en pensant aux
œuvres qui devaient occuper son
esprit à ces périodes-là de sa
vie. "

Denis Westhoff, fils de l'écrivaine

En 1954, le succès de Bonjour Tristesse et le petit scandale qui l'accompagne, propulsent au-devant de l'actualité une jeune inconnue de 19 ans. Le destin de Françoise Quoirez bascule alors pour celui de Françoise Sagan, romancière fragile qui devient d'emblée l'héroïne d'une génération. Durant plus de trente ans, son écriture et sa personnalité vaudront à Françoise Sagan l'estime des milieux littéraires, des cercles artistiques et des hommes politiques sans jamais se couper du grand public. Ecrivain de qualité, à la plume élégante et sensible, Françoise Sagan défraiera la chronique, et la presse populaire sera prompte à relater ses audaces, ses accidents de voiture, les soubresauts de sa vie sentimentale, ses problèmes financiers, son goût des casinos et des champs de courses. Elle fut l'une des figures de Saint-Germain-desPrés et du Saint-Tropez des années 1960. Elle découvre la côte normande et Deauville lors de l'été 1959. Devenue la même année propriétaire du Manoir d'Equemauville, l'auteure de Bonjour Tristesse va adopter Deauville. Toutes deux ont le goût de la fête, des courses de chevaux, des vastes plages qui apaisent, des tables de jeux qui électrisent et des virées en bande qui soudent les amitiés. En juin 2007, Diane Kurys réalise Sagan, un film en partie tourné à Deauville où Sylvie Testud incarne l'auteure de La Chamade.

La découverte de Deauville par Françoise Sagan commence en juillet 1959. Elle cherche alors une nouvelle destination de vacances fuyant Saint-Tropez, de plus en plus envahi, chaque été, suite au succès de Et Dieu Créa La femme (1956) et l'acquisition, en 1958, par Brigitte Bardot de sa villa tropézienne La Madrague. Deauville lui a été recommandé par son amie Paola Sanjust di Teulada, qui lui avait présenté, quelques temps auparavant son mari Bob Westhoff. Cette découverte d'une Normandie " ...où il fait souvent plus beau qu'on ne le prétend ", s'accompagne d'un constat relatif à Deauville : " Je m'apprêtais à passer le mois de juillet dans les bains de mer quand je découvris deux états de faits, hélas concomitants : à savoir que la mer est toujours au diable, mais en revanche le casino de Deauville toujours ouvert ". Ce qui ne devait être qu'un séjour estival se transforme par un coup du sort, en résidence secondaire, grâce aux 8 millions de Francs, gagnés à la roulette du casino de Deauville, la nuit du 7 au 8 aout 1960. Une somme qui va lui permettre, de retour du casino de Deauville, d'acquérir le Manoir du Breuil, à Equemauville, entre Deauville et Honfleur. La relation de Françoise Sagan à Deauville nous est restituée, par ses écrits, par des articles de presse et des photographies. Deauville lui apporte ce qu'elle aime : le jeu, les chevaux et plus particulièrement les courses, les lieux de la fête, pour retrouver ses amis. Une comédie humaine propre à nourrir l'imaginaire de ses romans, une plage aimée hors saison, propice aux promenades. A Deauville on peut la croiser sur la plage hors saison, se promenant, seule ou avec ses amis proches. A l'hippodrome de la Touques, elle assiste aux courses, ou encourage son cheval Hasty Flag, lorsqu'il coure sur l'hippodrome Clairefontaine. Au théâtre du casino et dans les salles de jeux, avec, puis sans Bob Westhoff, elle emmène ou retrouve ses amis : Bernard Franck, Jacques Chazot, Michel Magne, Frédéric Botton, Juliette Gréco, Marie Bell et Jean Chevrier, Régine...

En août 2007, quelques mois après le tournage à Deauville de certaines scènes de Sagan, film de Diane Kurys, la Ville de Deauville organise une conférence en plein-air consacrée à Françoise Sagan. Elle est donnée par Jean-Claude Lamy, journaliste et biographe aux côtés de Denis Westhoff, qui effectue l'une de ses toutes premières apparitions publiques, après avoir accepté la succession de sa mère. Lors de l'été 2012, à l'occasion d'une exposition de photographies de Yul Brynner, un grand portrait de Françoise Sagan, réalisé par l'acteur prend place sur les toits des cabines de bain qui longent les Planches. Quelques mois plus tard le nom de Françoise Sagan est donné à l'une des chambres de la Villa Namouna, une villa de la Ville qui alterne locations privatives et résidences d'artistes. Pour le 10e anniversaire de sa disparition, la Ville de Deauville a rendu un hommage à Françoise Sagan, le 27 septembre 2014, en deux temps rythmés par le chiffre 8. Après le dévoilement d'une plaque patrimoniale au Bar du Soleil, une soirée unique de 88 minutes dans le théâtre du Casino a associé projection, lectures, témoignages et chansons pour retrouver Françoise Sagan, sa voix, sa vivacité, ses mots et ses chansons. On peut lire sur cette plaque :

... en ce Deauville d'octobre, abandonné et brûlant, je regardais la mer vide,
les mouettes affolées qui rasaient les planches, le soleil blanc et, à contre-jour,
quelques personnages qu'on eût dit tirés de Mort à Venise de Visconti.
Et moi, seule, enfin seule, qui laissais pendre mes mains, tels des gibiers morts,
de chaque côté de ma chaise longue.
Rendue à la solitude, à l'adolescence rêveuse, à ce qu'on ne devrait jamais quitter,
mais que les autres -l'enfer, le paradis- vous obligent sans cesse à déserter. Mais
là, les autres ne pouvaient rien entre moi et ce triomphant automne.

#Deauville : 10 février - 11 mars 2018 : Exposition Françoise Sagan - La vie en liberté, L’écriture en exigence #Deauville : 10 février - 11 mars 2018 : Exposition Françoise Sagan - La vie en liberté, L’écriture en exigence

Françoise Sagan, Des bleus à l'âme, © Flammarion 1972 © Stock 2009

En 2015, la ville de Deauville devient l'un des trois coproducteurs de la première exposition consacrée à Françoise Sagan, accueillie dans une version enrichie en février 2018 à Deauville. France Culture, en 2016, Arte puis France Inter en 2017, pour Le grand Atelier de Vincent Josse, sont venus réaliser à Deauville, des reportages télévisés et radiophoniques Sur les traces de Françoise Sagan à Deauville.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Philippe Vimard 2469 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines