Magazine Culture

Le plan Chlordécone III

Publié le 04 février 2018 par Halleyjc
Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia François de Rugy, président

La parole est à Mme Josette Manin, pour le groupe Nouvelle Gauche.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJosette Manin
(Groupe parlementaire : NG)" />Josette Manin
(Groupe parlementaire : NG)" />
Josette Manin

Monsieur le ministre de l’agriculture et de l’alimentation, j’associe à ma question mes collègues parlementaires des Antilles. Les parlementaires des outre-mer vous interpellent cet après-midi sur l’impact du chlordécone aux Antilles. Pour rappel, ce pesticide intensivement utilisé pendant plus de vingt ans dans les bananeraies de Guadeloupe et de Martinique a empoisonné durablement nos sols, nos rivières et nos espaces marins.

Un rapport d’information de mars 2008 a établi un diagnostic sur les méfaits du chlordécone sur nos territoires. Les mises en garde de l’Institut national de la recherche agronomique indiquaient que les Antilles devraient cohabiter avec la pollution des sols par le chlordécone pendant longtemps : 600 ans, nous dit-on ! Ce produit provoque des cancers de la prostate, des naissances prématurées et bien d’autres maladies. À ce titre, la Guadeloupe et la Martinique présentent l’un des taux de cancers de la prostate les plus élevés. L’enquête Kannari de 2013 de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail indique que 92 % des personnes testées en Martinique ont ce produit dans le corps et que 19 % des enfants testés dépassent la dose toxique.

Fin 2017, cette même agence considère peu pertinent un abaissement des limites maximales de résidus dans la viande et la volaille, que l’Union européenne avait augmentées en 2013. Selon elle, les aliments obtenus par les circuits informels seraient en cause. Quels que soient les circuits, l’État doit enfin entendre que des générations de Françaises et de Français d’outre-mer sont condamnées à une lente agonie à cause de cette contamination.

Monsieur le ministre, à l’heure où tout porte à repenser notre modèle de production agricole, à l’heure où les bonnes volontés souhaitent rendre à notre planète sa grandeur, il nous faut impérativement revenir à des normes agricoles plus respectueuses de l’humain et de la biodiversité.

Applaudissements sur les bancs des groupes NG, FI et GDR ainsi que sur quelques bancs des groupes REM et MODEM.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia
François de Rugy, président

La parole est à Mme la ministre des solidarités et de la santé.

Buzzyn, ministre des solidarités et de la santé

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Halleyjc 1348 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines