Magazine Culture

la Maison Théâtre de la Lucarne et Ferdinand, film d'animation

Publié le 05 février 2018 par Nathpass
La maison Théâtre la Lucarne la Maison Théâtre de la Lucarne et Ferdinand, film d'animation

Je ne connais pas le metteur en scène et auteur de la pièce, Daniel Delabesse et cet après midi pourtant, je n’avais pas envie de sortir mon nez dehors : soit la clarté retrouvée, mais le froid et la MJC de Créteil Villages c’est loin. Bon je me suis motivée parce que je vais mieux, parce qu’une amie qui ne m’a jamais laissée tomber y jouait. Et que c’est un plaisir d’aller la voir jouer, parce qu’elle me fait rire et me fait pleurer toujours au bord, juste au bord des yeux, à la lisière de l’inexprimé. Et là avec cette pièce et les autres acteurs ça m’a plu tout le long sans la moindre interruption du coeur. Je me suis sentie allégée de tant de choses pesantes accumulées, ces derniers temps. La mise en scène, le texte, le décor, les costumes, tout était adéquate. Cette maison ils vont la vendre, les parents sont morts,  le frère cadet ne peut plus payer les charges, certes une ambiance de Cerisaie, mais bien plus modeste et bien plus actuelle avec une fratrie de gens ordinaires... La petite soeur est infirmière, une seconde mère...Le frère aîné est retraité de l’assurance, le deuxième celui qui s’est un peu sacrifié à reprendre, puis à perdre l’entreprise de maçonnerie du père, est devenu chômeur et picole un peu, le plus jeune des frères est libertaire, un peu toujours en retard, sur le départ, bougeant sans cesse, il est resté libre, mais bon là les choses ont changé, il a appris qu’il était le père d’une fille de 17 ans...O j’ai oublié de vous dire, c’est du théâtre amateur, du comme cela, c’est meilleur qu’une tartine de beurre mielleux dans un bon thé chaud au coin d’une cheminée et j’étais tellement contente d’y être allée.Et je leur ai dit que s’ils cherchaient une belle sœur un autre membre de cette famille de scène je voulais bien en être... Je vous en ai raconté des choses ? oui et non, car il y a tellement de petites touches de couleurs et d’autres plus sombres dont je ne vous ai rien dit que vous aussi, vous aurez si vous y allez,  une heure et quart de joie qui transcende comme en sourdine sans qu’on s’en rende compte juste après.... La prochaine représentation c’est à Bonneuil, j’espère que le frère aîné de mon compagnon Eric Kandel qui habite là ira, un dimanche après midi avec son petit frère et sa petite soeur, moi j’y retournerai bien pour emmener mon compagnon(le cadet de la fratrie) qui comme moi y ait travaillé, est lui toujours dans l’assurance. Le théâtre c’était mon jardin et ça a failli devenir ma profession principale mais heureusement que je l’ai gardé mon job alimentaire car ainsi quand ça s’est arrêté, j’ai pu continuer à payer mon loyer et aussi je n’ai eu que des aventures choisies pendant dix ans et ne suis pas passée par le dédale des intermittents quelquefois l’abattoir de tous nos rêves où l’on enchaîne les figurations, les pubs, les voix et plus jamais de rôles au théâtre.... Bon il est vrai que je vais avoir beaucoup plus de temps je suis retraitée et presque guérie non !? et ce théâtre là amateur me plairait avec plusieurs représentations et un festival du théâtre amateur celui d’Annecy. C’est joli le théâtre de la Lucarne pour ces lucioles !Paris Marche pour la fermeture des abattoirs le 9 juin 2016 https://www.facebook.com/events/199531673930133/?ti=iclFerdinand, c'est presqu'aussi bien que Ratatouille...
mais comme je disais à cette amie qui jouait dans la Maison, le théâtre allège tandis que le cinéma caresse...
la Maison Théâtre de la Lucarne et Ferdinand, film d'animation
la Maison Théâtre de la Lucarne et Ferdinand, film d'animation

À ce propos, hier je suis allée voir Ferdinand film d’animation sur un taurillon qui aime les fleurs et pas les bastons avec dans le déroulé de l’histoire un épisode dédale dans un abattoir vide, nettoyé, rutilant de ses cruelles machines à découper et à congeler, elles se mettent en marche alors qu’il n’y a qu’un seul taureau encore vivant d’accroché bien sûr ce n’est pas un film d’horreur  et donc Ferdinand devenu adulte défonce toutes les portes pour sauver ses copains et les sortir du labyrinthe des engins de mort, torture, découpage. Amenez vos enfants, ils ne voudront plus manger de viande et vous préférerez le soir même la salade de quinoa, à la blanquette de veau.
la Maison Théâtre de la Lucarne et Ferdinand, film d'animation

J'ai vu ce film dans un chouette cinéma le studio 28 sur la Butte, un ciné-club et c'est Cocteau qui a dessiné ces très beaux luminaires.



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Nathpass 1125 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte