Magazine Culture

André Breton - Correspondance avec Tristan Tzara et Francis Picabia

Par Apollinee

A19727.jpg

La recherche d'une esthétique nouvelle, au sortir de la Grande Guerre, va susciter les élans d'amitié d'un André Breton (1896-1966), jeune et fougueux envers le "dadaïste"  roumain Tristan Tzara (1896-1963), son contemporain,  et le peintre-  poète Francis Picabia (1879-1953), son aîné.

Si les lettres demeurent assez policées pour ces hommes qui "avaient dada au coeur" - ils auraient pu davantage s'éclater dans leur correspondance - elles révèlent, de façon éloquente, débats à l'appui, la constitution du mouvement dada et les prises de distances postérieures.

Tel un Emile Zola, André Breton est fédérateur d'amitié et d'échanges artistiques. Il n'hésite pas à placer ces derniers sur un plan affectif déclaré, parfaitement assumé.

"Vous savez que vos lettres sont ce qui m'arrive de meilleur"  affirme André Breton à Tristan Tzara ( 8 nov. 1919) 

 Dûment annotés et mls en perspective par Henri Béhar, les échanges entre Breton et Tzara s'étalent sur une période de  plus de quinze ans  - de début 1919 à  fin 1934. Ils sont suivis par la correspondance échangée entre Breton et Picabia, de fin 1919 à mai 1924.

André Breton - Correspondance avec Tristan Tzara  et Francis Picabia 1919-1924, présentée et éditée par Henri Béhar,  Ed. Gallimard, déc. 2017, 256 pp


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Apollinee 3972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines