Magazine Beaux Arts

Où l'on croise les Frères moraves - 38

Publié le 06 février 2018 par Detoursdesmondes
Herrnhut-museum


Herrnhut est une petite ville de Saxe près de Dresde. Sa fondation remonte à 1722 par des Moraves qui fuyaient les persécutions religieuses et elle est devenue rapidement un lieu de rassemblement pour de nombreux exilés religieux. Le Musée morave d'ethnologie de la ville consigne la mémoire des missions protestantes qui furent actives dans le monde à partir de ce foyer et conserve des objets que les missionnaires de l’Unitas Fratrum (la fraternité évangélique d’obédiance protestante) ont rapporté de leurs voyages depuis 1732 ainsi que notes et publications.
9_herrnhut250 Il renferme ainsi des objets précieux venus de très loin et il faut remonter à la découverte du "Catalogus der Kunstsachen 1775" dans ses archives pour s'apercevoir de l'existence d'un très ancien cabinet d'histoire naturelle ayant appartenu aux Frères Moraves.
Or il s’avère que ceux-ci ont acquis des objets des expéditions Cook entre octobre 1780 et janvier 1782. Il faut se rappeler que les navires de la troisième expédition arrivent à Londres le 4 octobre 1780 et la collection des Frères Moraves comporte des artefacts d'Hawaii, île uniquement visitée par Cook en 1778 et 1779. Mais on a encore dans les collections d'Herrnhut des objets des îles de la Société, de Nouvelle Zélande et de la Côte Nord Ouest...
Se peut-il que ces objets aient été collectés lors des voyages antérieurs ?
Dans le résumé anglais de l’ouvrage de Stephan Augustin (1993, "Kunstsachen" von Cooks Reisen. Die Sammlung und ihre Geschichte im Volkerkundemuseum Herrnhut), on peut noter les remarques suivantes :
Les objets d'Herrnhut appartiennent tous aux régions visitées lors du troisième voyage mais il semble difficile d'être catégorique quant à les attribuer uniquement à la dernière expédition : il y a 15 objets provenant de Tonga (2ème ou 3ème voyage) ; 12 objets provenant des îles de la Société et de Nouvelle Zélande (1er, 2ème et 3ème voyage) et enfin 38 objets d’Hawaii.
10-Herrnhutt250-tonga Par contre il n'existe aucun objet de régions uniquement visitées lors du premier voyage (Australie, Nouvelle Guinée), ni du second (Nouvelles Hébrides, Nouvelle Calédonie, Ile de Pâques, Marquises), ni des deux premiers (Terre de feu).
Le donateur mentionné pour tous les objets est unique, il s'agit d'un certain "La Trobe".
Qu'en est-il de ce personnage ?
Benjamin La Trobe était en fait le chef de la section des Frères Moraves en Angleterre en cette fin de XVIIIème siècle. Il était lié à la famille du Dr Charles Burney dont le fils James était lieutenant à bord de la Resolution pour le second voyage puis fut transféré comme second lieutenant sur l’Adventure sous le commandement de Tobias Furneaux.
Puis, James repartit pour la troisième expédition en tant que premier lieutenant sur la Discovery puis termina le voyage sur la Resolution à la mort de Charles Clerke.
Il est un témoin privilégié dans la connaissance des voyages de Cook car il tint un journal intime, destiné à sa famille, du 10 février 1776 au 24 août 1779 et nous offre une vision non officielle du voyage !
Lors du second voyage, sous le commandement de Tobias Furneaux, il fit escale à Tahiti, en Nouvelle-Zélande et aux Tonga, mais ne visita pas d'autres régions puisque Furneaux rentra précipitamment en Angleterre après l'assassinat de membres de son équipage en Nouvelle Zélande. C’est justement James Burney qui conduisait le groupe chargé de la recherche de dix hommes manquant à Wharehunga Bay, et c’est lui qui fit la macabre découverte d'actes de cannibalisme !
On peut logiquement supposer que c'est par l'entremise de James Burney que La Trobe entra en possession de ces objets et conclure que la collection des Frères Moraves est certainement issue des collectes des deuxième et troisième voyages.
Si les origines de la collection semblent à peu près claires à la fin du XVIIIème siècle, le destin des objets qui la composent va se compliquer. En effet, en 1809 le cabinet d'histoire naturelle des Frères Moraves est transféré à Niesky à une cinquantaine de kilomètres au nord d’Herrhnut et ne sera plus visible par le public. On l'oubliera donc, et les effets de la seconde guerre mondiale amplifieront le phénomène d'amnésie : on ne savait même plus qu'il pouvait exister des traces des voyages de Cook dans cette région de la Saxe.

11-Herrnhut184

Que peut-on dire de la composition de cette collection ?
On parle à l'origine de 106 objets.
36 objets seraient conservés à Herrnhut, un a été identifié dans la collection des archives des Frères Moraves et un est passé en salle des ventes en 1971 et se trouve maintenant au Bishop Museum.
On peut faire l'hypothèse que les 68 manquants ont été détruits pendant la guerre... mais on peut rêver et croire le contraire !
La collection est intéressante car elle comporte des artefacts qui sont rares voire uniques. Parmi eux, on remarquera une sculpture d’Hawaii (N°176-photo 2), une représentation féminine des Tonga (N°177-photo 3) et des yeux d'idoles, curieuse composition d'Hawaii (N° 184-photo 4).
Au sujet de ce dernier artefact qui permettait de conférer des yeux brillants aux effigies de plumes grâce à la nacre, seuls deux exemplaires sont connus dans les collections publiques. Le second est conservé dans les collections du Trinity College à Dublin (n°1885.189).
à savoir : En 2004, le Musée d'Ethnologie de Leipzig et le Musée d'Ethnologie de Dresde avec la branche Musée Ethnologique de Herrnhut ont fusionné afin de constituer la Collection Ethnographique d'Etat de Saxe.

à suivre...
Photo 1 : Vue de la salle ethnologie du musée © Site du musée d'ethnologie d'Herrnhut.
Photo 2 : Figure d’Hawaii © Herrnhut Völkerkunde Museum n°176.
Photo 3 : Figure des Tonga © Herrnhut Völkerkunde Museum n°177.
Photo 4 : Yeux d’idole d’Hawaii © Herrnhut Völkerkunde Museum n°184.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Detoursdesmondes 6934 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines