Magazine Culture

L’art dégénéré, la censure de l’art par les nazis

Par Marine @Rmlhistoire
" A partir de maintenant, nous mènerons une guerre implacable d'épuration contre les derniers éléments de la subversion culturelle "
L’art dégénéré, la censure de l’art par les nazis

Dernièrement, j'ai assisté à une exposition sur Picasso au musée Hyacinthe Rigaud à Perpignan et j'ai lu le livre de sa compagne Françoise Gillot " Vivre avec Picasso ", je vais pas vous en faire une critique c'était cool et ça m'a permis de m'intéresser à ce qu'il était advenu des œuvres de Picasso durant le IIIème Reich alors que l'artiste était considéré comme " dégénéré " par les nazis.

L’art dégénéré, la censure de l’art par les nazis

Dès la prise de pouvoir par Hitler en 1933, l'art contemporain se retrouve censuré de diverses manières. L'art depuis les années 1910 en Allemagne mais aussi partout en Europe, qu'il s'agisse de peinture, de dessin ou de sculpture, voit ses codes changer et ceux de l'expressionnisme, le dadaïsme ou encore le cubisme semblent aller à l'encontre de l'idéologie nazie. De plus, les influences étrangères -comme les arts primitifs africains- ça plaît pas beaucoup et le pire pour le Reich c'est la représentation de ce qu'il qualifie de sous-homme : " nous nous trouvons ici en présence du nègre et de l'insulaire des Mers du Sud considérés comme le parfait exemple de l'idéal racial de l'art moderne [...]. Le nègre devient un idéal de race dans l'art dégénéré ".

L’art dégénéré, la censure de l’art par les nazis

C'est en 1937 que l'expression d'art dégénéré prend tout son sens, lorsque l'exposition Entartete Kunst est organisée à Munich pour non pas valoriser l'art dégénéré mais bien l'humilier. Dans Mein Kampf, Hitler préparait déjà le terrain en disant que " les œuvres de Weimar sont des productions de malades mentaux [...] ils n'ont rien à voir avec notre peuple allemand ". Lors de l'inauguration de l'exposition de 1937 (dont nous allons parler quelques lignes plus bas) Hitler s'exprime : " Et que produisez-vous ? Des estropiés tordus et des crétins, des femmes qui ne peuvent inspirer que du dégoût, des hommes qui sont plus proches des animaux que des êtres humains, des enfants qui, s'il devait en exister de semblables, seraient immédiatement considérés comme une malédiction divine ! ". Ça ne laisse rien présager de bon pour les artistes, et ils sont nombreux !

L’art dégénéré, la censure de l’art par les nazis

Face à eux, on retrouve " l'art allemand ", ou encore l'art héroïque qui propose des hommes et des femmes en forme physiquement, qui répondent à l'idéologie nazie. Ils ont des visages radieux, ils travaillent les champs ou se retrouvent pour des loisirs sains, comme aller à l'église par exemple. Là où l'art moderne montre des femmes fatiguées, la prostitution, l'alcool, des scènes de prélassement ou de sexe, l'art allemand respecte le célèbre slogan nazi " Kirche, Kinder, Küche " qui signifie Eglise, Enfant et Cuisine... Histoire de bien faire comprendre quelle est la place de la femme dans la société nazie.

L’art dégénéré, la censure de l’art par les nazis L’art dégénéré, la censure de l’art par les nazis

Au niveau des textes explicatifs c'est... Oh beh c'est bien nazi ! Les textes sont racistes et antisémites. On retrouve notamment à coté d'oeuvres d'Otto Mueller comme Gitans devant une tente : " Die Jüdische Wüstensehnsucht macht sich Luft - Der Neger wird in Deutschland zum Rassenideal einer entarteten Kunst " dont la traduction est : " La nostalgie du juif à retrouver le désert se révèle - En Allemagne, le nègre devient l'idéal racial de l'art dégénéré ". On voit l'ambiance quoi... En revanche, la deuxième partie de l'exposition, celle qui met en avant l'art nazi est complètement différente. La muséographie est aérée, plutôt classique mais rythmée. On y retrouve notamment le peintre préféré d'Hitler : Adolf Ziegler. Il manie parfaitement le pinceau pour représenter des enfants sages ou des femmes aux corps absolument parfaits. Ou encore les œuvres de

L’art dégénéré, la censure de l’art par les nazis L’art dégénéré, la censure de l’art par les nazis

De nombreux artistes dits dégénérés, bien qu'exposés à Munich, bénéficient de la protection de certains dirigeants nazis grands amateurs d'art moderne. C'est le cas notamment de Munch (tu sais, le Cri) que Goebbels admire ou encore Nolde qui a la protection de Döhlemann. D'ailleurs ce dernier va inviter l'artiste chez lui quelque temps. Pendant la guerre, il va même protéger certaines de ses toiles. Avec la complicité d'un dirigeant allemand, Heckel parvient à récupérer et enterrer son œuvre Zeltbahn Madonna dans son atelier pour ne pas qu'on le lui saisisse.

Les directeurs de musées européens, comme le Louvre, n'hésitent pas à envoyer leurs collections à l'étranger ou à les entreposer à l'abri car dès l'occupation de la France par l'Allemagne, tous les musées français et toutes les galeries sont spoliés. C'est un gros business de l'art qui se met en place, le Reich s'octroie le droit de récupérer toutes les collections qui l'intéressent, qu'il s'agisse d'art dégénéré ou héroïque et les œuvres sont soit vendues au profit du Reich, soit entreposées pour le fuhrermuseum. Le fuhrermuseum est un espace dédié à l'art héroïque imaginé par Hitler en Autriche, à Linz. Mais ça n'a pas abouti. En revanche, il est possible d'observer toutes les œuvres qu'Hitler convoitait .

L’art dégénéré, la censure de l’art par les nazis L’art dégénéré, la censure de l’art par les nazis

Comme Joseph Haubrich, un collectionneur qui a racheté des œuvres pillées au Wallraf-Richartz-Museum. Pendant plusieurs années il les a cachées dans le dépôt du musée puis chez lui jusqu'en 1946, année durant laquelle il a donné toute sa collection à Cologne. Les tableaux sont aujourd'hui visibles au musée Ludwig. A Lucerne, en 1939, Rolf Hetsch, un historien de l'art réputé organise une vente aux enchères au profit du Reich, tous les collectionneurs du pays sont présents mais il se passe quelque chose d'assez dingue. Pour ne pas filer d'argent au régime, les collectionneurs décident de ne pas acheter d'œuvres (il reste des œuvres invendues à la fin de la séance) ou seulement à des prix dérisoires. Le célèbre tableau de Kirchner Scène de rue a été vendue 160 dollars... Ruhe de Kandinsky, 100 dollars et les Baigneuses à la tortue de Matisse, 9100 FS. Hélas, toutes les œuvres n'ont pas eu la chance d'être mises à l'abri et plus de 1000 tableaux sont brûlés le 20 mars 1939...

Pour en savoir plus sur l'art dégénéré (parce qu'il y a tellement plus de choses à savoir) je vous conseille cet article sur l' ENS-Lyon, ce livre (bien trop cher), ou celui-ci (bien plus accessible).

Si tu as aimé cet article, s'il t'a appris plein de trucs n'hésite pas à le partager ou à soutenir le site ! Tu peux aussi acheter les livres Raconte-moi l'Histoire !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Marine 24393 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines