Magazine Amérique latine

Cynisme ministériel : encore plus fort que Cahuzac ! [Actu]

Publié le 30 mars 2018 par Jyj9icx6

Cynisme ministériel : encore plus fort que Cahuzac ! [Actu]

Macron, déguisé en Indien, semble dire à son ministre à l'expression ahurie
"Si vous n'avez pas confiance en moi"
En rouge sur le titre : "Aranguren ne croit pas en Macri"
En manchette : "Michetti (la vice-présidente) remet le couvert"
(elle vient d'annoncer qu'elle souhaite se représenter aux côtés du président)
et "Alerte à la rougeole" (cette très grave maladie vient de réapparaître en Argentine après 18 ans d'absence)


Le ministre argentin (et très néolibéral) de l'Energie et des Mines, Juan José Aranguren, le même qui avant-hier avait annoncé les hausses massives des tarifs de gaz, d'électricité et de carburant, vient de reconnaître publiquement qu'il avait mis sa fortune à l'abri à l'étranger et qu'il l'y maintiendrait tant qu'il n'aurait toujours pas confiance dans l'économie argentine, dont il est l'un des décideurs politiques...
Ces propos n'ont toutefois été ni repris ni commentés dans la presse de la majorité puisque c'est aujourd'hui Vendredi Saint et que ces journaux ne paraissent pas. Or ils sont d'autant plus scandaleux que depuis sa prise de fonction, le gouvernement fait, sans aucun résultat, la danse du ventre pour séduire les investisseurs étrangers dont il attend qu'ils relancent l'économie du pays. Voilà une attitude d'un ministre qui prêche par l'exemple, non ?
Il y a quelques semaines, le gouvernement avait d'ailleurs déclaré, avec le même manque de respect pour le contribuable honnête qui déclare ses revenus et paye ses impôts, que mettre son argent sur des comptes off-shore ne constituait pas un acte de corruption. Il n'y a rien de mal à faire ça... D'après les gouvernants au pouvoir à Buenos Aires, cette qualification ne peut s'appliquer qu'aux dessous de table reçus par la majorité précédente. Ben voyons !

Cynisme ministériel : encore plus fort que Cahuzac ! [Actu]

Macri (à droite) : On a tout fait pour que les investissements arrivent.
Résultat : rien ! Quelqu'un a une idée ?
Esteban Bullrich (le type aux yeux éteints, à gauche) :
J'ai fait un poème dédié aux investissements qui ne sont pas venus [au monde] (2)
Traduction © Denise Anne Clavilier


C'est d'autant plus choquant que ce même ministre n'hésite pas à vanter les mesures du gouvernement dont souffrent le plus les Argentins aux bas revenus, comme ces hausses démentielles ou l'appel aux importations qui étranglent la production locale.
Pour en savoir plus : lire l'article de Página/12 sur les propos du ministre qui s'est dit se trouver comme le chat échaudé qui craint l'eau froide (1), parce que sous le gouvernement précédent, l'Argentine avait mis en place un contrôle des changes pour forcer le cours intérieur de la monnaie nationale, qui est toujours inconvertible lire l'article de Página/12 sur les réactions à gauche, où les déclarations cyniques du ministre soulèvent le tollé que l'on imagine lire l'entrefilet de La Nación sur les critiques que l'ex-président de Banco Provincia (une banque publique de la Province de Buenos Aires) a émise sur l'impudent ministre de l'Energie et des Mines. Ce proche de l'ancien gouverneur péroniste Daniel Scoli traite le raisonnement de Aranguren de marxiste et l'assimile à l'aphorisme absurde bien connu : « Je n'accepterais jamais de faire partie d'un club qui m'accepterait parmi ses membres » lire l'article de Clarín (mise à jour d'hier) sur les propos du ministre.
(1) En Argentine, le proverbe se traduit littéralement : celui qui s'est brûlé avec du lait se met à pleurer dès qu'il voit une vache. D'où le fait que Página/12 fait semblant de s'apitoyer dans son titre : [le pauvre petit) voit la vache, il se met à pleurer et il n'y a personne pour le consoler, pas même Macri. Le président est en effet déjà à nouveau parti en vacances dans le sud, comme il le fait très régulièrement. C'est déjà sa troisième escapade depuis le début de l'année. Pas mal pour un chef d'Etat en exercice et en charge effectif de l'exécutif ! Il n'y a qu'à comparer avec l'agenda à l'Elysée d'Emmanuel Macron, son presque homonyme (mais il est vrai aussi que les deux hommes n'ont pas le même âge). (2) Esteban Bullrich, sénateur Cambiemos et ancien ministre de l'Education nationale de Macri, est un gaffeur compulsif. Dans le cadre du débat sur la dépénalisation de l'avortement, il y a quelques jours, il n'a rien trouvé de mieux à faire qu'à dire son opposition à cette réforme en déclamant des vers de mirliton de sa composition, dédié aux embryons et aux bébés qui ne sont pas venus au monde.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jyj9icx6 2740 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte