Magazine Culture

14-18, Albert Londres : «Le feu allemand soude l’amitié franco-anglaise.»

Par Pmalgachie @pmalgachie
14-18, Albert Londres : «Le feu allemand soude l’amitié franco-anglaise.»
La figure de la bataille
(De notre correspondant de guerre.) Front français, 30 mars. Le feu allemand soude l’amitié franco-anglaise. Jamais les deux races de sang si différent ne se sont senties si près. Le péril leur a fait reconnaître qu’elles s’aimaient. Devant le même danger, leur cœur a battu ensemble et la foi du missionnaire les jette généreusement, liées, dans la mort. Nous allons vous les montrer au cours de cette terrible semaine, se serrant la main de plus en plus. Nous allons vous raconter la bataille. Plutôt, passant au galop au milieu d’elle, nous allons vous en faire miroiter les grandes phases dans le reflet du sabre brandi depuis huit jours. La vague boche s’élance le 21 Le 21 au matin, après douze heures d’un déluge de fer et de gaz, les vagues allemandes commencent à s’élancer. Deux armées anglaises sont face à la ruée. Le Boche débouche de La Fère. Une des armées anglaises, celle qui est au nord, résiste, fait tête, ne veut pas céder, ne cède qu’à peine à de rares endroits, se cramponne. L’autre n’a bientôt plus pour se conduire que l’héroïsme de chacun. Un commandant de corps prend un fusil et se bat comme ses deuxièmes classes. Tergnier est pris. La marche sur Ham-Noyon débute. On alerte des troupes françaises. Nous sommes au soir du premier jour. Il fait clair de lune. L’artillerie fait sans arrêt le bruit d’une énorme mouche. Nos troupes dans la nuit montent sur Noyon. Elles montent couvrir la ville. Le 22, une division française portée à cheval, ayant dépassé Noyon, se trouve subitement face aux Allemands. Les Anglais venaient de céder le passage. Dans la grande lutte qui s’ouvre, Français et Allemands, pour la première fois, se rencontrent. D’autres divisions suivent. La baïonnette marche. Des divisions fraîches allemandes dépassaient les divisions fatiguées. En même temps deux divisions, une allemande, une française courent sur Chauny. Les Allemands foncent partout. Vers 6 heures, le soir, un général anglais commandant de corps reçoit un coup de téléphone de son armée. Le repli est ordonné. Mais les Français se dressent sur Noyon. Les Allemands se brisent sur leurs poitrines. Ils obliquent sur Amiens. Le 23, ils tentent la brèche Le 23, les Allemands débouchent de Ham, enlèvent Villequier-Aumont, passent le canal Crozat, ils s’y reprennent à dix-sept fois, mais le passent. Il ne faut pas qu’ils élargissent la brèche. S’ils séparent les Alliés ils vont dévaler. Les Français doivent maintenir la liaison avec l’Anglais. On leur donne des renforts, qui viennent appuyer leur gauche. Les éléments de l’armée anglaise que l’on rencontre continuent à se battre magnifiquement : pour l’honneur de la vieille Angleterre. Le 24, le choc allemand n’a rien perdu de sa vigueur. Nos troupes qui avaient tenu devant Chauny et Noyon sont fourbues, on leur fait repasser l’Oise. Un renfort arrive pour que la route de Compiègne soit barrée sans faiblesse. Mais ce n’est pas là que, cette journée, se livre le grand combat français. C’est autour de Lassigny. C’est là que se fait de la gloire. Quand la fumée de la bataille se dissipera, elle brillera sur ces divisions. L’artillerie avait été amenée en camions. L’ordre vint de prendre du champ, les artilleurs la ramenèrent à la bricole. Les pièces sauvées, ils retournèrent chercher les caissons – à la bricole. Attaque à fond le 25 Le 25, l’Allemand attaque à fond. Nous redoublons d’efforts. Nous jetons une division de cavalerie. C’est le matin. Une fois de plus nous allongeons notre gauche. L’angoisse est là. La bataille continue. Le 26, rien : on se bat, l’Allemand s’acharne. Le 27, une nouvelle main apparaît dans l’ordonnance générale de la bataille. Les camions français qui, depuis six jours, font leur œuvre, ont préparé des forces. La parole va nous être donnée. Et le 27, guerre de rase campagne C’est donc le combat en rase campagne. C’est la lutte à la baïonnette qui reprend. Le temps des secteurs est fini. Ce ne sont plus des mouvements d’horloge qui règlent la bataille. Plus rien n’est délimité. Les parcs à munitions ne sont plus désignés d’avance. Des hôpitaux ne se sont pas élevés méthodiquement pour cette offensive. Les autos sanitaires renaissent et emmènent on ne sait plus où les héros étendus. Les prisonniers n’ont plus de camp tracé. Ils passent sur les routes pour des destinations hasardeuses. Plus de barrière entre les armées qui s’entre-choquent. Plus de boyaux. La circulation est en plein air, en plein champ. On peut désormais tomber l’un chez l’autre sans s’en apercevoir. Les nouveaux villages où l’on s’est battu, où l’on se bat, ne sont plus en ruines. Ils ont leurs toits, leurs murs, leurs fenêtres et la bataille est acharnée. C’est que ce n’est plus l’heure du canon qui écrase, c’est l’heure de l’homme qui se dresse contre l’homme. On recommence à faire sauter des ponts. On est prêt à déboulonner des rails. Les troupes sont enlevées d’urgence à leurs cantonnements. Ce qu’il importe, c’est d’aller vite. L’artillerie suit, l’infanterie ne se retourne plus. Les champs de bataille sont encombrés. Tous les adversaires y tiennent, même harassés. L’Angleterre et la France, soulevées, y jouent la liberté.

Le Petit Journal

, 31 mars 1918.

Aux Editions de la Bibliothèque malgache, la collection Bibliothèque 1914-1918, qui accueillera le moment venu les articles d'Albert Londres sur la Grande Guerre, rassemble des textes de cette période. 21 titres sont parus, dont voici les couvertures des plus récents:
14-18, Albert Londres : «Le feu allemand soude l’amitié franco-anglaise.»
Dans la même collection
Jean Giraudoux Lectures pour une ombre Edith Wharton Voyages au front de Dunkerque à Belfort Georges Ohnet Journal d’un bourgeois de Paris pendant la guerre de 1914. Intégrale ou tous les fascicules (de 1 à 17) en autant de volumes Isabelle Rimbaud Dans les remous de la bataille

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pmalgachie 8645 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines