Magazine Culture

Gael Octavia : La fin de Mame Baby

Par Gangoueus @lareus
Gael Octavia : La fin de Mame Baby
Bah oui, j’ai des lectures faites depuis belle lurette. Et le temps me manque pour écrire les chroniques associées et la mettre en ligne. Le temps se raccourcit, malheureusement. Parlons du roman remarquable de Gael Octavia. Remarquable. 7 ans depuis le premier jet. Un travail d’écriture et de réécriture. Pour à la fois produire, le mot juste, la forme juste, la structure juste. Elle y parvient avec beaucoup de maîtrise avec de nombreuses thématiques traitées avec profondeur sur un cercle très restreint de personnages : quatre femmes.
Mariette est une vieille dame alcoolique, installée dans son rocking-chair. Aline est la narratrice de ce roman. Elle est infirmière et elle prend soin de la vielle dame. Elle succède à Suzanne, la Blanche, la copine du garçon au couteau. Sans compter Mame Baby, personnage omniprésent, omniscient sur lequel nous reviendrons. Ces quatre femmes ont des trajectoires liées et tout l’enjeu, toute la trame complexe proposée par Gael Octavia est de conduire le lecteur à découvrir ces femmes qui ont toutes évoluées dans le Quartier. Elles l’ont toutes quittées pour des raisons différentes : fugues, poursuite des études, mariages…


Le Quartier, un lieu de domination phallocrate...

Le Quartier est le premier personnage de ce roman. Il n’en est pas le plus important, mais sûrement le plus impactant dans la construction des individus et surtout par la violence originelle qui fonde sa création et se répercute dans les relations humaines. A l’image des nouvelles villes qui sont nées dans les années 60 en Île de France autour de grands centres commerciaux, le Quartier est un lieu où le patriarcat s’exprime sans frein et avec brutalité. Le pouvoir des hommes.
Ces hommes sont présents dans ce roman. Très présents et ils esquintent à tout va. Un pasteur évangélique. Son fils, ancienne brute, devenu également pasteur après avoir rencontré la foi. Un petit fils, intenable, extrêmement violent. Pierre. Adoré par sa mère. Terrorisant ses compagnes. Assassiné au cours d’une rixe dans le Quartier après des années de racket et de brutalité. Les personnages féminins se construisent quasiment toutes par rapport à ses hommes.

Mariette, une femme puissante

Mariette est le personnage principal de ce roman. Fille et soeur de pasteurs évangéliques, la première rupture intervient pour elle lorsque son petit ami est violent battu par son frère. Pour avoir couché avec cet homme, elle est bannie par ses parents. Et elle part sur les routes. Ne comptez pas sur moi pour déflorer toute la sortie de route  de Mariette. Le fait est que la vieille dame a payé lourdement son dérapage là où son frère Léopold aura droit une seconde chance. C’est un point central de ce roman. Le microcosme patriarcal que constitue le Quartier - représentant à la fois la banlieue « populaire »  voire « populeuse » en Métropole ou un bloc de cités HLM en Martinique - est le lieu d'une injustice sociale répétée et par conséquent douloureuse.
Mariette est complexe. Les jeunes femmes qui viennent prendre soin d’elle ont été plus ou moins victimes de ses choix et des actes de Pierre son fils. La première question que se pose le lecteur est de savoir comment cette mère dissocie les actes et violences subies par Pierre sur Suzanne et la fascination inconditionnelle qu’elle voue à son fils. On est tenté d'y voir une forme de pathologie dans le fonctionnement de Mariette. Mais la progression du roman permet de cerner les choix de Mariette, ses armes. Rejetée par sa mère, elle rejette sa fille. Car elle a également une fille…
Cette femme est puissante. Rejetant les deux messianismes qui se développent dans le Quartier, selon Gael Octavia, celui du protestantisme évangélique, phallocratique et celui de Mame Baby qui est revenue organiser une puissante association de femmes. Mame Baby est de toutes ces femmes la seule qui prend le contrôle par son instruction de sa vie, de son départ et qui a le pouvoir de choisir son retour. Personnage absent par sa prise de parole, transcendant, omniprésent. Elle offre la possibilité du choix à Mariette.Gael Octavia, La fin de Mame BabyEditions Gallimard, Continents noirs, première parution en 2017Mention spéciale du Prix Wepler - Fondation de la Poste

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Gangoueus 8178 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines