Magazine Culture

14-18, Albert Londres : «Il pleut. Il fait triste, froid. Et le cœur reste enflammé.»

Par Pmalgachie @pmalgachie
14-18, Albert Londres : «Il pleut. Il fait triste, froid. Et le cœur reste enflammé.»
Héros de France
(De l’envoyé spécial du Petit Journal.) Front français, 31 mars. Une nouvelle marée allemande monte sur nous. La violence est déchaînée, violence corps à corps, presque silencieuse. Elle débuta hier matin avec la pluie. On me dit que sur soixante kilomètres c’est la même rage qu’au point où nous nous trouvons. Le spectacle le plus terrible de la guerre se donne aujourd’hui, il sera peut-être dépassé demain. Rien n’émerge de cette mêlée éperdue que l’héroïsme de nos soldats. La guerre ne fait-elle donc que commencer ? Sont-ils donc tout neufs ? La foi les possède, les pousse ; ils sont comme rebaptisés par la patrie. Ils arrêtent l’envahisseur à la gorge. Ce n’est plus le canon, ce n’est plus le fil de fer, ni les inventions des chimistes : ce sont leurs mains qui sauvent la France. La frontière de notre salut n’est plus marquée que par la ligne de leurs poitrines. Ils se jettent au milieu de la mort comme s’ils étaient immortels. Ce n’est pas qu’il n’y ait plus de canon, au contraire, le nôtre arrive. Mais les deux besognes sont séparées. Le 75 rase par-devant le champ de bataille. La baïonnette cloue sur place tout ce qui passe. Et il en passe ! Les Allemands surgissent par troupeaux. On n’a pas le temps d’en tondre un que deux autres accourent. Nous en tondons par milliers. Un pilote venant d’explorer (habitude ! nous allions écrire leurs lignes) l’un des champs, rapporte qu’il est semé – littéralement semé – d’habits gris. Il pleut. Il fait triste, froid. Et le cœur reste enflammé.

Le Petit Journal

, 1er avril 1918.

Aux Editions de la Bibliothèque malgache, la collection Bibliothèque 1914-1918, qui accueillera le moment venu les articles d'Albert Londres sur la Grande Guerre, rassemble des textes de cette période. 21 titres sont parus, dont voici les couvertures des plus récents:
14-18, Albert Londres : «Il pleut. Il fait triste, froid. Et le cœur reste enflammé.»
Dans la même collection
Jean Giraudoux Lectures pour une ombre Edith Wharton Voyages au front de Dunkerque à Belfort Georges Ohnet Journal d’un bourgeois de Paris pendant la guerre de 1914. Intégrale ou tous les fascicules (de 1 à 17) en autant de volumes Isabelle Rimbaud Dans les remous de la bataille

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Pmalgachie 8645 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines