Magazine Culture

L'invention de Morel ou la Machine à images, exposition à la Maison de l'Amérique latine

Publié le 03 avril 2018 par Onarretetout

carton-IDM-pdf

C’est en 2010 que j’ai découvert le roman d’Adolfo Bioy Casares, L’invention de Morel, grâce à un spectacle et une exposition présentés à la MJC Paris-Mercoeur.

L’exposition en cours à la Maison de l’Amérique latine permet d’explorer, avec des techniques que ne connaissait pas l’auteur du roman, les possibilités de l’image. Les hologrammes de Piotr Kowalski, les oeuvres cinétiques de Julio Le Parc en sont des exemples.  Mais il y a aussi ces espaces étranges où notre perception de la réalité se trouble : La dernière danse de Pierrick Sorin, First surface de Rafael Lozano-Hemmer, Morel’s Panorama de Masaki Fujihata, autant de procédés qui perturbent notre propre présence au monde. Deux photos de Leandro Erlich face à face semblent faire sortir des personnages de part et d’autre du couloir par où nous devons passer. Le Pourquoi pas ? de Stéphanie Solinas nous invite sur une île dont la forme est celle d’un cerveau où se rencontrent des elfes et le souvenir de Charcot (qui vécut dans cet hôtel particulier avant qu’il devienne la Maison de l’Amérique latine). Et nous soufflerons pour faire voler les aigrettes des pissenlits de Michel Bret et Edmond Couchot. J’entends ces mots : un souffle, un soupir, illusion !

IMG_4118

                                                                              Piotr Kowalski (Épitaphe pour Gherasim Luca)

IMG_4123

Julio Le Parc

IMG_4140

Leandro Erlich

IMG_4143
 
fullsizeoutput_30ed
 
IMG_4144

Stéphanie Solinas

IMG_4150

Michel Bret et Edmond Couchot


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Onarretetout 3973 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine