Magazine Cinéma

[Critique] TITAN

Par Onrembobine @OnRembobinefr
[Critique] TITAN

Partager la publication "[Critique] TITAN"

Titre original : The Titan

Note:

★
★
★
☆
☆

Origine : États-Unis
Réalisateur : Lennart Ruff
Distribution : Sam Worthington, Taylor Schilling, Noah Jupe, Tom Wilkinson, Nathalie Emmanuel, Aleksandar Jovanovic, Diego Boneta…
Genre : Science-Fiction
Date de sortie : 30 mars 2018 (e-cinéma)

Le Pitch :
Dans un futur proche, la terre se meurt. Alors que les humains ont quasiment épuisé les ressources naturelles et que certaines zones sont devenues impropres à la vie, des scientifiques affirment être capables de faire évoluer les hommes plus rapidement afin de les rendre apte à la vie sur Titan, une lune de Jupiter. Un soldat, père de famille, décide de tenter l’expérience et devient l’un des cobayes…

La Critique de Titan :

Avec son postulat des plus intrigants, Titan a pour principal mérite de retenir d’emblée l’attention. Un postulat certes pas vraiment original de prime abord mais rapidement plus audacieux que ce qu’on veut bien nous montrer lors de l’introduction. Un autre bon point pour le film de Lennart Ruff : savoir maintenir un certain mystère et prendre son temps pour présenter les personnages et nourrir les enjeux. Et si la suite est moins reluisante, force est de reconnaître à cette production ambitieuse mais contrariée par des manques de moyens évidents et un scénario un peu trop brouillon, une volonté d’aller de l’avant et de tenter d’imposer une science-fiction plus concernée car avant tout centrée sur l’humain et sur le devenir des personnages…

Titan-Worthington-Schilling

Supermen

Au centre de l’intrigue de Titan, Sam Worthington campe un père de famille connu pour son mental d’acier et sa soif de survie. Un type qui en a et dont les prédispositions pour la résilience vont le conduire à subir, à l’instar d’une poignée d’autres cobayes, une série d’opérations et d’injections visant à le transformer en superman. Pourquoi ? Pour survivre sur une planète « presque » propice à la vie, comme on nous l’explique. Mais pourquoi ? Pour faire des tests sur la dite planète ? Pour partir en éclaireur ? Ceci, le film ne l’explique jamais vraiment. Le personnage principal se raccroche à l’espoir de voir un jour son gamin arriver lui aussi sur cette planète mais sans que le scénario ne s’étende sur ce point. En quoi tout ce que subissent les cobayes de cette expérience peut-il sauver l’humanité sur le court terme ? Car c’est bien de court terme dont il s’agit ici… Clairement, et ce de manière plutôt rapide, Titan atteint ses limites quand son histoire se heurte à ses propres ambitions. Un problème amplifié par le fait qu’à côté, le long-métrage ne tente pas spécialement de nous livrer un récit, philosophique ou non mais en tout cas plus profond, sur la condition humaine et sur son devenir, à la manière d’un Interstellar par exemple, dont le sujet était finalement assez proche.
La dernière demi-heure, qui finit de faire de Titan un film beaucoup plus anecdotique qu’il semble le croire, essaye bien de nous livrer un discours affirmant que l’humanité est essentiellement caractérisée par les sentiments comme l’amour et non par le pur désir de survie, mais tout ceci est tellement maladroit qu’il est légitime de décrocher avant de voir comment tout cela va se terminer.

Mutation génétique

Titan est donc clairement plus intéressant et plus stimulant dans sa première moitié. Par la suite, ses influences se font plus voyantes. Les ficelles aussi et le dénouement plus prévisible. Pourquoi par exemple avoir absolument tenu à faire intervenir un bad guy ? Parfaitement inutile ce dernier contribue à plomber un script qui tire sur la corde et dont l’inclinaison nuit franchement aux intentions de départ.
Mais heureusement, y compris quand Titan pique du nez, Sam Worthington, Taylor Schilling, le remarquable Noah Jupe et Tom Wilkinson veillent au grain et restent valeureux. Surtout le duo de tête à vrai dire. Sam Worthington et Taylor Schilling dont l’alchimie confère de l’émotion à cette histoire de mutation contrariée. Alors que les espoirs de voir ce que Titan aurait peut-être pu être entre d’autres mains se désagrègent lentement et que le film devient une série B un peu bancale, sympathique mais relativement oubliable, eux deux tiennent bon et encouragent à une certaine indulgence.

En Bref…
Très prometteur dans sa première moitié, plutôt correctement mis en image et quoi qu’il en soit porté par des acteurs concernés et parfaitement à leur place, Titan devient malheureusement beaucoup plus anecdotique quand s’annonce un dénouement un peu téléphoné mais surtout plutôt décevant compte tenu de la somme de clichés à laquelle il se résume. Il y avait moyen de faire quelque chose d’autrement plus consistant avec un tel postulat, c’est dommage…

@ Gilles Rolland

Titan
   Crédits photos : TF1 Vidéo


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Onrembobine 57561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines