Magazine Cinéma

[Carnet noir] Isao Takahata s’en est allé

Par Onrembobine @OnRembobinefr
[Carnet noir] Isao Takahata s’en est allé

Partager la publication "[Carnet noir] Isao Takahata s’en est allé"

Isao Takahata est né le 29 octobre 1935 à Ise (autrefois appelé Ujiyamada) au Japon. En juin 1945, il survit au bombardement américain d’Okayama City. Dans les années 50, il a une révélation en regardant Le Roi et L’Oiseau de Paul Grimault. Diplômé de littérature française en 1959, il rejoint la prestigieuse maison Toei Animation. Après des débuts comme assistant réalisateur, il dirige son premier film en 1968, Horus, Prince du Soleil. C’est le début d’une longue collaboration avec son ami Hayao Miyazaki. Le succès n’étant pas au rendez-vous, les producteurs préfèrent que Takahata s’oriente vers la télévision. Il co-réalise des épisodes sur plusieurs séries avant de passer à la postérité avec la culte Heidi en 1974. Deux ans plus tard, c’est au tour de Marco. Anne… la Maison aux Pignons Verts en 1979 marque sa dernière collaboration avec la télévision.

Le retour au grand écran se fait en 1981 avec Kié la Petite Peste, puis Goshu le Violoncelliste un an plus tard. En 84 puis 86, Takahata produit Nausicaä de la Vallée des Vents et Le Château dans le Ciel, tous deux de Miyazaki. En 1987, il signe son premier documentaire : L’Histoire du Canal de Yanagawa. Un an plus tard sort Le Tombeau des Lucioles, qui lui permet d’exploser à l’étranger. Adapté d’une nouvelle quasi-autobiographique d’Akiyuki Nosaka, le film narre l’histoire de deux enfants orphelins livrés à eux-mêmes durant les bombardements de Kobe. Sorti huit ans plus tard en France, c’est le plus grand succès du réalisateur dans l’hexagone. En 1994 sort le conte fantastico-écologique Pompoko, qui sera diffusé un an plus tard au festival d’Annecy (il faudra attendre 2005 pour qu’il ne sorte dans les salles françaises). En 1999, Mes Voisins les Yamada est un échec. Il est le dernier film de Takahata avant une longue pause d’une dizaine d’années (un court-métrage en 2003 sera sa seule création). En 2013, il annonce l’arrêt de sa carrière après la sortie du Conte de la Princesse Kaguya, nommé à Cannes et aux Oscars et plusieurs fois primés. Sa dernière contribution est la production de La Tortue Rouge, en 2016.
Passionné par la France et sa culture, il est invité à plusieurs reprises et dirige des master classes, dont une à Conques, dans l’Aveyron, en 2000 (où l’auteur de ces lignes aura eu le plaisir de découvrir Le Tombeau des Lucioles, au sein d’une audience qui est ressortie de la salle en larmes). En 2014, Takahata est honoré pour son œuvre à Annecy et un an plus tard, il est élevé au rang d’Officier de l’ordre des Arts et des Lettres.
Moins connu que son compatriote, ami, collaborateur et parfois rival Hayao Miyazaki, avec lequel il a bien entendu fondé le légendaire Studio Ghibli, en 1985, Isao Takahata a marqué de son empreinte non seulement l’anime japonaise mais le cinéma d’animation dans son ensemble. Le Tombeau des Lucioles est régulièrement cité dans les classements des meilleurs films du genre.

C’est avec tristesse que nous avons appris la disparition d’Isao Takahata à l’âge de 82 ans.

[Carnet noir] Isao Takahata s’en est allé

@ Nicolas Cambon


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Onrembobine 57561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines