Magazine Culture

Les passagers du siècle, Viktor Lazlo

Par Antigone

Les passagers du siècle, Viktor Lazlo

�
Pour ce livre, tu as du dépasser tes a priori, et cette chanson dans ta tête qui s’est mise soudain à pleurer des rivières… car Viktor Lazlo n’est véritablement pas seulement la chanteuse dont tu conserves un doux souvenir, elle est également écrivain. Ce titre est son quatrième roman, le premier que tu ouvres, et il est devenu un coup de coeur évident pour toi lorsque tu as refermé sa dernière page, le coeur battant.  Nous parcourons dans ce livre trois continents et suivons cinq générations, de 1860 à nos jours. Ce préambule pourrait effrayer, donner le sentiment de rentrer dans une immense fresque, mais pas du tout. Viktor Lazlo nous tient au plus près de ses personnages et nous parle de l’intime, confronté aux vicissitudes du monde qui les entourent et les transportent brutalement. Tout part de l’écriture du journal intime d’une femme, qui sent sa fin proche, une des descendantes des personnages de l’histoire, et veut réparer, raconter son histoire, elle est à Sainte-Marie aux Antilles… Puis, nous revenons plusieurs décennies en arrière pour marcher près de Yamissi, toute jeune fille de Centrafrique, qui vient d’être embarquée avec d’autres membres de son village et de sa famille pour être vendue comme esclave de l’autre côté de l’Océan. Avec elle, nous tombons dans l’horreur à l’état pur. Elle sera finalement achetée par un marchand polonais à Cuba, se retrouvera grande dame à Nantes après l’abolition de l’esclavage, puis prostituée à Dantzig. Quarante ans plus tard, sa fille Josefa quittera cette ville avec Samuel, anarchiste juif polonais pour débarquer aux Antilles. Samuel laisse derrière lui en pologne une mère et quatre soeurs, et un sentiment très net de culpabilité, d’abandon et de trahison… Et toi lectrice, tu as aimé te laisser embarquer dans cette passionnante histoire, dans la belle écriture de Viktor Lazlo, et a été admirative de sa capacité à parler dans un même élan narratif à la fois du commerce triangulaire et de la Shoah. Tu as aimé aussi qu’elle parle si bien des corps et de la volonté farouche de chaque femme d’en faire une citadelle, un lieu qu’elle maîtrise et préserve, si possible… Mais c’est surtout la violence humaine qui est le personnage principal de cette histoire, cette violence qui détruit tout ce qui était beau et fragile sur son passage. Un superbe roman (validé aussi par Monsieur Antigone), dont on a très peu parlé en cette rentrée littéraire de l’hiver 2018, et c’est bien dommage…

Editions Grasset – janvier 2018 – 

Les passagers du siècle, Viktor Lazlo

Tu as aimé ce livre, un peu, beaucoup…

1
 
2
 
3
 
4
 
5

Publicités &b; &b;

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Antigone 5421 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines