Magazine Culture

Théâtre : Faust et le paradoxe amoureux Cinéma à la Télé et au cinéclub : Three billboards et Happy feet

Publié le 10 avril 2018 par Nathpass
https://culturebox.francetvinfo.fr/theatre/comedie-francaise-un-faust-de-cabaret-a-la-magie-20-pas-si-envoutante-271325
Théâtre : Faust et le paradoxe amoureux Cinéma à la Télé  et au cinéclub :  Three billboards et Happy feet
Le paradoxe amoureux j'adore déjà le titre, je suis une éternelle amoureuse émergeant d'une foule de paradoxes... vu (enfin) hier à une représentation exceptionnelle dans un immense beau site : Le Carreau du Temple.
Une représentation exceptionnelle cela veut dire quoi ?
- que c'était exceptionnel et que dans ce lieu cela ne se reproduira pas...
- que cétait exceptionnel et que nous en étions conscients le public, par l'effet de la représentation, des acteurs interprétant une foule de personnages conversant sur leurs troubles, leurs différends, leurs émotions mais ce n'est pas tout, il y a des textes qui nous parviennent d'auteurs enragés tel Proust... des extraits sonores tels celui de Deleuze dans son abécédaire, sur le désir, de dérouler tout le paysage de cette femme qu'il désire... qui restent en suspends, au dessus de notre obscurité, de notre  terrain amoureux loué, laissé en jachère ou à l'abandon ou à multiples occupants. et puis la voix de Piccoli : c'était dans quoi déjà, ,je retrouverais, je demanderais : Truffaut ou Godard ? ça se rejouera. Et la conclusion qui lyrique parachève l'intense moment dédié aux mots d'amour,  et juste avant je me souviens aussi de l'amour de l'analyste analysé, confronté à la mort, à la maladie et alors ? C'était déjà fini, ça se rejouera, je vous dis car il n'y a que l'amour... qui progresse et reste intense comme le théâtre. Au théâtre on peut tout adapter quand c'est extrêmement élégant et/ou drôle et/ou dramatique un mélimélo de liens et d'intentions éclairées et éclairantes.
Ce théâtre là c'est vraiment embrasser l'éphémère
- vu le sujet ? vu les acteurs ?
- pas seulement, vu que cela touche à bien des mystères et des liens entre les amants entre le psy et ses patients entre l'auteur l'adaptateur et la metteur en scène et de cet entrelacs, il y a encore plus de mystère renaissant, pour toujours....
Faust :
je voulais le voir ce Faust et Allianz mécénat nous l’offre, ils ont organisé un concours et mon Chéri a gagné !quel kiffe ce doit être de travailler dans ce théâtre.Théâtre : Faust et le paradoxe amoureux Cinéma à la Télé  et au cinéclub :  Three billboards et Happy feetThéâtre : Faust et le paradoxe amoureux Cinéma à la Télé  et au cinéclub :  Three billboards et Happy feet
Théâtre : Faust et le paradoxe amoureux Cinéma à la Télé  et au cinéclub :  Three billboards et Happy feet
Théâtre : Faust et le paradoxe amoureux Cinéma à la Télé  et au cinéclub :  Three billboards et Happy feet
sur FB Nathalie Feytoui ce fut super entre rêve, magie, réalité, poésie, lévitation... Christian Hecq est exceptionnel, la scénographie nous contient, nous entoure, nous permet presque de rêver d’aller dans leur monde ; Pascal a dit on ne s’ennuie pas une seconde même après l’entracte et j’ai approuvé même si j’ai ponctué sur le jeu de la demoiselle ; la jalousie sûrement. Enfant Valentin le frère de Marguerite dans l'Opéra, me faisait rêver, j’ai enfin compris pourquoi ? je flashais sur tous les frères...Three Billboards : ***** au ciné club le Chaplin St Lambert https://www.senscritique.com/film/3_Billboards_les_panneaux_de_la_vengeance/critique/156156918j’ai été aspirée par le film et mon Chéri aussi quels acteurs les américains et donc je n’ai vu aucun des défauts soit disant très visibles...Happy feet numéro 1 vu sur Canal plus http://www.telerama.fr/cinema/films/happy-feet,284797,critique.php-Et dans Happy feet ? la scène où il croit parler aux humains dans le Maryland...

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Nathpass 1125 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte