Magazine Internet

Coca-Cola, Jour/Né : le “new normal” des opérations de cobranding ?

Publié le 12 avril 2018 par Lilzeon

Les 3 talents derrière Jour/Né n’en finissent plus de séduire et de grandir; au coeur du principe créatif “habiller le jour“.

Un filon souvent espéré, rarement aussi bien réalisé que chez Jour/Né qui s’attire les faveurs d’autres marques : une collection pour la Redoute et un nouvel épisode de la collaboration avec Coca-Cola.

“COCA-COLA et JOUR/NÉ imaginent pour l’été 18 une femme sexy, confante et sensuelle inspirée des années 70s. La collection est composée de 15 pièces et sera disponible à partir du 12 Avril dans une sélection de points de vente à l’international et sur notre eshop.”

Les actions à retenir de cette collaboration :

  1. Jour/Né n’est déjà plus une ‘petite’ marque : avec une solide communauté de prescripteurs sur Instagram, une amorce de la sorte peut être déclencheur de micro-changements de comportement (notamment vs les produits plus “healthy” ^^)
  2. Le partenariat reprend énormément de codes Instagram que les utilisateurs de la plateforme reprennent déjà ! Je pense aux shoots dans les supermarchés, devant des enseignes Coca-Cola en néons. En travaillant avec Jour/Né, Coca-Cola s’insère de fait dans des communautés qui se retrouvent autour de…directions artistiques ! Coca-Cola, Jour/Né : le “new normal” des opérations de cobranding ?

    Reserved utilise un fond avec le logo Coca-Cola dans une publicité Instagram; opération de co-branding ou vraie aubaine?

  3. Tous les codes sont autour d’une certaine gourmandise, du goût, des sens : une pirouette très bien amenée pour faire passer la stratégie de Coca-Cola de revenir au produit et au plaisir de boire un Coke, tout en déculpabilisant peut-être les fashionistas de pouvoir commander – aussi – un vrai Coke plutôt qu’un Diet

Coca-Cola, Jour/Né : le “new normal” des opérations de cobranding ?

Les enseignements :

  1. Les marques peuvent travailler sur des croisements affinitaires nés et/ou amplifiés par les réseaux sociaux (ex : Coca-Cola en tant qu’imagerie inspirante pour les communautés Instagram, Jour/Né afin d’élargir son audience)
  2. Bien comprendre les codes des réseaux sociaux, c’est surtout bien comprendre les cultures et leurs regroupements dans les différents territoires qu’offrent un Instagram ou un WeChat; c’est donc de plus en plus important d’investir dans des observateurs de cultures, vrai pendant du data scientist : à quand des binômes dans les organisations ?
  3. Un produit peut se décliner sur de multiples supports : si le potentiel n’est pas exploité ou décliné par la marque elle-même, d’autres s’en chargeront, et ce particulièment dans la mode (ex : le sac Ikéa avec Balenciaga, la pirouette de Dior avec les sacs “J’Adior” contre les contrefaçons, Diesel et son vrai-faux magasin etc.)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lilzeon 1524 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine