Magazine Culture

(Poètes) Dagmara Kraus, par Jean-René Lassalle

Par Florence Trocmé

Dagmara KrausDagmara Kraus est une poète allemande née à Wroclaw (Pologne) en 1981 et qui habite entre Berlin et Carpentras. Après des études à l’Institut de Littérature de Leipzig elle traduit des poètes polonais (Edward Stachura) ou français (Frédéric Forte) en allemand. Elle écrit elle-même une poésie plutôt lyrique pleine d’expérimentations qui ne semblent pas provenir d’une théorisation avant-gardiste mais d’une hypersensibilité au langage et d’une joie de la manipulation linguistique. Elle rénove des formes archaïques délaissées comme le virelai (tercets à refrains), l’épithalame (chant de mariage), l’antilabe (découpage rythmique des vers dans un dialogue de théâtre où deux locuteurs complètent une phrase en se répondant), la fatrasie (poème satirique à paradoxes surréalisants du Moyen-Âge popularisé à Arras). Dans son livre kleine grammaturgie, Dagmara Kraus écrit (et s’autotraduit) en reprenant plusieurs « langues construites » existantes, langues artificielles humaines qui comme l’espéranto désirent favoriser la communication internationale en simplifiant la grammaire et empruntant des morphologies à plusieurs idiomes du monde. Celle qu’elle a le plus utilisée, dont est traduit un extrait ici, est le bolak ou « langue bleue », inventée (oubliée depuis) par le commerçant parisien Léon Bollack en 1899 et qui devait être écrite dans une typographie de couleur bleue - ce que respecte l’éditeur Urs Engeler pour le livre de Dagmara Kraus. En 2017 elle a reçu le prix littéraire de Erlangen qui récompense un travail de traduction considéré comme poésie.
Bibliographie sélective :
kummerang, kook 2012
kleine grammaturgie, roughbooks 2013
das vogelmot, kook 2015
wehbuch, roughbooks 2016
Traduction en français :
Dans la revue Place de la Sorbonne n° 7 (2017), traduit par Aurélie Maurin et Christophe Manon
Sitographie :
Ecouter Dagmara Kraus lire en allemand « fourmielle » (die sie-ameise) traduit ici
Vidéo d’une conférence sur les langues du monde et les langages artificiels : Dagmara Kraus y donne lecture de ses poèmes dans les 15 premières minutes en commençant par « antilabe » en langue bleue
Jean-René Lassalle


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines