Magazine Culture

Ceija Stojka, une artiste rom dans le siècle - à la Maison rouge (Paris)

Publié le 17 avril 2018 par Onarretetout

mlnw5zyhyp0vvbcsnkqu

Ceija Stojka est née en 1933. À 10 ans elle est déportée avec sa mère et ses frères et soeurs à Auschwitz-Birkenau, puis Ravenbrück puis Bergen-Belsen. Quarante ans plus tard, elle éprouve le besoin de laisser un témoignage : écrits, dessins et peinture vont se succéder et s'accumuler jusqu'à ce qu'une documentariste autrichienne, Karin Berger, la rencontre et l'aide à restranscrire ses manuscrits et lui consacre deux documentaires. La Maison rouge expose environ 150 dessins et peintures, presque toujours accompagnés de textes, représentant la vie d'avant, les sensations épouvantables des trois camps de concentrations (le froid, les morts, les odeurs obsédantes, les barbelés), le retour à la vie. Des tournesols, "la fleur du Rom", des corbeaux messagers entre les morts et les vivants, imposent leur présence.

DSCN6943

DSCN6947

DSCN6942
 
fullsizeoutput_3115

DSCN6949

DSCN6950

Ceija Stojka, morte en 2013, écrivait : "Si le monde ne change pas maintenant, si le monde n'ouvre pas ses portes et fenêtres, s'il ne construit pas la paix - une paix véritable - de sorte que mes arrière-petits-enfants aient une chance de vivre dans ce monde, alors je suis incapable d'expliquer pourquoi j'ai survécu à Auschwitz, Bergen-Belsen et Ravensbrück."

L'exposition s'achève le 20 mai 2018.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Onarretetout 3965 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine