Magazine Musique

Prof « Pookie Baby » @@@@½

Publié le 13 avril 2018 par Sagittariushh @SagittariusHH
Prof « Pookie Baby » @@@@½ - Hip-Hop/Rap

Prof « Pookie Baby » @@@@½

Laisser un commentaire

Qui c’est ce gus? Pas un petit rappeur semble-t-il, bien que de prime abord il n’a pas trop trop la tête de l’emploi. Encore inconnu pour pas mal d’amateurs de rap, Prof en est pourtant avec Pookie Baby à son cinquième album, le second chez la structure indépendante Rhymesayers qui a beaucoup, beaucoup fait de promotion pour cet album depuis début 2018 comme si c’était la nouvelle star du label. Plus sérieusement, c’est vraiment le cas, chez lui, dans le Minnesota en ayant vendu 200 000 (!) albums avec ses propres moyens jusqu’en 2013 et vous allez comprendre pourquoi avec ce disque, comment Prof a acquis les locaux à sa cause, et maintenant, vous.

Une caractéristique qu’on prête souvent aux rappeurs blancs, c’est leur côté foufou, psychopathe, haut en couleur. Sur ce point-là, Prof tape dans le mille, une vraie personnalité excentrique qui ne fait rien comme tout le monde. En quatre morceaux seulement, quatre putain de bangers originaux, de « Pookie Baby » à « Time Bomb« , le rappeur nous entraîne dans sa loufoquerie et le pire c’est qu’on adore ça. Le plus grincheux d’entre nous n’aura aucun mal à s’égayer comme s’il avait l’alcool joyeux, prêt à faire la moindre excentricité. Dans le style, à jongler les doits dans le nez entre rap et chant, et niveau prod, il rappelle Tech N9ne et Busdriver, mais en vitesse « normale ». Niveau bonne humeur communicative et lubricité, c’est comparable à celle de « D.R.A.M.« , notamment avec « Be Around » et le planant « Designated Hitter » qui sent fort la weed. Il a même fait un titre qui s’appelle « Send Nudes« , comme ça c’est clair. Pourquoi avoir choisi Rhymesayers comme maison, et non pas Strange Music par exemple? Parce que le label est de chez lui, de la ville qui a vu grandir Prince, Minneapolis.

Il faut être prudent avec cet album car la bonhommie et l’euphorie de Prof est très contagieuse, avec un côté tragicomique qui nous rend moins hésitant à le prendre au sérieux. Avec « No! » on commence à se demander s’il déconne encore mais on se posait déjà la question sur « Send Nudes« . Derrière la face excentrique de Prof se cache un monsieur de 34 ans (oui il n’est pas tout jeune non plus), dans la fleur de sa maturité artistique, capable de jouer la comédie comme le drame avec facilité et maîtrise. Il le confirme avec le dernier tiers de l’album, bouleversante et théâtrale, à travers la série de trois tracks « Homicide« , « Criminal » et « Focus« . « Minneapolis » et « Eulogy » sont deux titres, les derniers, qui ne peuvent s’écouter l’un sans l’autre à la suite et illustrent la loyauté de Prof envers sa ville pour laquelle il est prêt à donner sa vie, et qu’il sera reconnu comme tel.

La surprise est énorme, on comprend mieux pourquoi Rhymesayers a mis a main sur lui. Il convient de saluer également le talent incroyable de Prof au même titre la très haute qualité des prods, vraiment c’est hyper bien produit, varié, complètement dingue. Plus qu’une découverte tardive, je mets Pookie Baby dans le top10 des albums rap 2018 à écouter absolument.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sagittariushh 4688 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines