Magazine Cinéma

Le Pub (Avril 2018) – Thor : Ragnarok

Par Le7cafe

Le Dieu du Tonnerre est de retour, et il va te rendre complétement marteau !

Voilà, une blague bien pourrie dès le départ, ça met dans l’ambiance. Mesdames, mesdemoiselles et messieurs, j’ai l’honneur d’inaugurer aujourd’hui Le Pub (abréviation de « Public ») avec le film que tu as choisi, Billy : Thor : Ragnarok ! À trois jours de la sortie au cinéma d’Avengers : Infinity War, voyons un peu ce que vaut le 17ème film du studio Marvel.

Le Pub (Avril 2018) – Thor : RagnarokElle en jette, cette affiche !

THOR : RAGNAROK

Réalisateur : Taika Waititi

Acteurs principaux : Chris Hemsworth, Mark Ruffalo

Date de sortie : 25 octobre 2017 (France)

Pays : États-Unis

Budget : 180 millions $

Box-office : 854 millions $

Durée : 2h10

Le Pub (Avril 2018) – Thor : RagnarokOh mon Dieu… du Tonnerre !

LE COUP DE JUS DE MARVEL

17ème film de l’Univers Cinématographique Marvel. 3ème film de la franchise Thor. Ça commence à faire un peu beaucoup, non ? Avec deux à trois films par an, on atteint un peu l’overdose de Marvel ces dernières années. D’autant plus que tout le monde n’attend plus que le grand dénouement final dans Avengers : Infinity War et sa suite, pour l’instant intitulée Infinity Gauntlet. Tout ça pour dire que Ragnarok n’arrivait pas dans un contexte particulièrement favorable. Surtout, le film arrivait juste après Spider-Man : Homecoming, qui est un des héros préférés des spectateurs, et juste avant Black Panther, qui était extrêmement anticipé après la découverte brève mais intense du héros dans Captain America : Civil War. Et où est Thor dans tout ça ?

Le dieu nordique du tonnerre est apparu en 2011 dans son propre film, puis dans Avengers l’année suivante, dans un second Thor en 2013 et enfin dans Avengers : L’ère d’Ultron en 2015. Depuis, plus de nouvelles. Il faut dire que le personnage n’est pas franchement apprécié, et est l’Avengers originel apparu le moins de fois avec Hulk et Oeil-de-Faucon, alors que ni l’un ni l’autre n’ont jamais eu droit à un film centré sur eux dans l’Univers Cinématographique Marvel. Si on regarde au box-office mondial, Thor est le 2ème film le moins rentable de Marvel, et Thor : Le Monde des Ténèbres n’est pas loin derrière à la 6ème place. Pire encore, au niveau des critiques, Thor est à la 14ème place (77% d’avis favorables sur Rotten Tomatoes, ce qui est faible pour la franchise) et Thor 2 est carrément le moins aimé de tous les films (avec 66%). Bref, Ragnarok se plaçait juste entre des grosses productions et des films extrêmement attendus, personne n’avait demandé un troisième film, personne n’en attendait rien, personne n’aimait Thor. Les producteurs Marvel étaient tellement peu sûrs de leur coup qu’ils avaient été obligés en 2016 de faire apparaître Thor dans la scène post-générique de Docteur Strange, un an avant Ragnarok, pour essayer de créer un peu d’attente. En plus, le dieu du tonnerre n’était même pas dans la plus grosse réunion de superhéros à ce jour : Captain America : Civil War. Tout partait mal pour ce film. Et pourtant !

854 millions de dollars au box-office mondial. Des critiques élogieuses de tous côtés, avec un faramineux 92% sur Rotten Tomatoes.

« Excitant, hilarant, et par dessus tout divertissant, Thor: Ragnarok est une aventure cosmique colorée qui redéfinit les standards de sa franchise – et de l’Univers Cinématographique Marvel tout entier. »

Mais qu’est ce qui s’est passé !?

Le Pub (Avril 2018) – Thor : RagnarokThor, en voyant les résultats du film.

UN ÉCLAIR DE GÉNIE

Il faut bien comprendre que Ragnarok n’avait pas d’enjeux. Au pire, Thor restait en bas du podium des Avengers et puis basta ; le film étant estampillé Marvel, les spectateurs auraient été le voir quoi qu’il advienne donc le remboursement des coûts du film ne posait aucun problème. Le seul impératif était de faire passer Thor du point A (la recherche d’Odin évoquée la dernière fois qu’on a vu Thor dans un film) au point B (rejoindre les Gardiens de la Galaxie dans la bande-annonce d’Avengers 3). Entre deux, tout pouvait arriver, et le réalisateur Taika Waititi l’a bien compris.

Quelle est l’une des équipes de héros préférées du public ? Les Gardiens de la Galaxie. Un film dans l’espace, avec un humour ininterrompu, des couleurs pétantes et une musique nostalgique fantastique, tout comme ce Thor 3, ça ne te rappelle rien Billy ? Les Gardiens de la Galaxie. Et avec qui Thor se retrouve dans la bande-annonce d’Infinity War ? DING DING DING ! Les Gardiens de la Galaxie. Mieux encore ! Ragnarok est un film centré sur une équipe de bras cassés, incluant un personnage alcoolique habillé de bleu et une créature humanoïde massive, luttant contre une déesse gothique, qui détruit les codes, est coloré et bourré d’humour et de bonnes chansons. Tu l’as deviné Billy : Ragnarok, c’est le Suicide Squad de Marvel, mais qui marche. Taika Waititi a transformé une franchise moribonde en un fan-favorite en seulement deux heures et dix minutes. Mais comment donc a-t-il réussi cet exploit ?

En s’en battant divinement les reins. Le génie de Waititi, c’est de défoncer tous les codes établis à coup de marteau pour mieux reconstruire en utilisant ces même codes. Je m’explique. Dans ce film, il démolit tout ce qui représentait Thor jusqu’alors : ses cheveux, sa cape, son marteau Mjöllnir, sa petite copine, l’armée d’Asgard, j’en passe et des meilleures. Et tout cela en ayant des visuels soignés (Asgard, le Bifrost ou la scène de la chute des Valkyries) et en suivant le schéma classique du héros qui rencontre un problème causé par un méchant qu’on ne voit que pour ce film et qui meurt à la fin, avec Loki qui passe son temps à changer de camp, et une bonne grosse baston générale en scène finale. C’est aussi simple que ça, c’est la fameuse formule Marvel, et ça marche du tonnerre.

Tout ceci n’est jamais aussi flagrant que dans la scène d’introduction. On retrouve Thor enchaîné dans une cage sur Muspelheim, le royaume du démon Surtur. Le film commence avec de la narration, mais en fait non, Thor parle à un squelette ! Ensuite quand Surtur veut expliquer la grande prophétie du Ragnarok, Thor n’arrête pas de l’interrompre en tournant sur lui-même. Waititi détourne les codes à son profit : la narration n’en est pas vraiment une puisque Thor parle à quelqu’un, mais ça reste de l’exposition, et la prophétie censée être solennelle et sérieuse est tournée en ridicule, mais elle est quand même énoncée. Puis tout ça enchaîne sur une bagarre générale sur fond de Led Zeppelin avec overdose de foudre. Car le grand mérite de Ragnarok, c’est bien d’avoir rendu la foudre à Thor : c’est le dieu du tonnerre et jusqu’ici on ne l’avait jamais vraiment vu en faire usage. Odin lui demande même :

« Es-tu donc Thor, dieu des marteaux ? »

Jusqu’alors, la question était légitime. Le génie de Waititi a été d’arrêter de se prendre trop au sérieux ; il a tout compris à ce qui était réellement important pour Thor, et le reste, on s’en balance ! Il y a même un dragon de feu à la fin de la baston. Pourquoi, me diras-tu ? Parce qu’il le peut.

Le Pub (Avril 2018) – Thor : RagnarokJ’en frétille d’excitation.

APRÈS MOI, LE RAGNAROK

Cette espèce d’attitude de « après moi, le déluge » (ou plutôt « après moi, le Ragnarok ») est partagé par absolument tout le monde dans le film. Ils ont tous bien compris que c’était un ça passe ou ça casse, et que Ragnarok serait le Thor du grand n’importe quoi. Dans ces conditions, les acteurs s’en donnent à cœur joie ! On a presque l’impression d’une parodie de Thor où ils se moquent tous d’eux-mêmes. J’en veux pour preuve chacune des entrées en scène de personnage :

  • Thor (Chris Hemsworth) est dans une cage en train de faire des blagues avec un squelette
  • Surtur (Clancy Brown) est affalé sur son trône comme si il en avait sa claque des débilités du dieu nordique
  • Valkyrie (Tessa Thompson) se casse la gueule en descendant de son vaisseau sous l’effet de l’alcool
  • Skurge (Karl Urban) joue avec deux fusils d’assaut nommés « Anne » et « Antisse » (puisqu’ils anéantissent)
  • Odin (Anthony Hopkins) est complétement gâteux et lance même un « Oh merde » en voyant Thor arriver. Cette scène est hilarante puisque c’est en réalité Anthony Hopkins jouant Loki se faisant passer pour Odin !
  • Loki (Tom Hiddleston) manque de se faire arracher le crâne par le marteau de Thor.
  • Le Docteur Strange (Benedict Cumberbatch) a l’air complétement blasé pendant toute la scène où il apparaît.
  • Hela (Cate Blanchett) marche comme une top-model et ses premiers mots sont « Alors il est mort ? Dommage, j’aurais bien aimé voir ça. »

Tout le monde est en totale autodérision, et c’est à mourir de rire. Il y a même une pièce de théâtre où Matt Damon joue Loki ! Pourquoi ? Mais pourquoi pas ! On s’en tape ! Et puis bien sûr l’apogée totale du délire ambiant est le Grand Maître, joué par Jeff Goldblum. Presque toutes ses scènes sont improvisées, et c’est du grand délire ! Le Goldblum, quoi. Rajoutons à tout ça un humour bien senti et c’est la recette du succès.

Est ce que ça veut dire pour autant que Ragnarok est parfait ? Bien sûr que non. À cause de cette ambiance désinvolte, l’émotion de certaines scènes plutôt sérieuses comme les retrouvailles avec Odin est un peu obombrée. On remarque aussi dans certaines scènes que les acteurs sont devant un écran vert de façon flagrante, mais c’est à cause de modifications qui ont eu lieu en postproduction (par exemple, les deux gifs au dessus et en dessous de cette partie ne sont pas dans le film ; le premier ne se passe pas en intérieur mais dans un pré norvégien, et le second se passe au dessus de la mer et pas entre les montagnes). Et la VF est extrêmement mauvaise, aussi. Mais après tout, on ne demande pas au film d’être parfait.

Ces quelques défauts sont mineurs, et le génie de Waititi les surpasse largement. Il a ramené Thor à ce qu’il aurait toujours dû être, il en a fait un des personnages les plus drôles de l’univers Marvel et il a même rendu Hulk intéressant. Que demande le peuple ?

Le Pub (Avril 2018) – Thor : RagnarokL’Oréal, parce que je le vaux bien.

LE MOT DE LA FIN

Thor : Ragnarok est divertissant, et c’est tout ce qu’on lui demande. Tout le monde s’amuse à faire n’importe quoi dans un joyeux délire, et ramène donc la franchise du dieu du tonnerre aux standards de l’Univers Cinématographique Marvel. Non Billy, ce n’est pas le meilleur des Marvel, mais maintenant on est sûrs que Thor n’est plus le dernier des Avengers !

Pour voter pour le film du prochain Pub le 21 mai prochain, consacré à Steven Spielberg, c’est par ici que ça se passe : https://sondage.fbapp.co/la-critique-du-public-mai-2018

Note : 7 / 10

« KORG – Doug’s dead. »

Le Pub (Avril 2018) – Thor : RagnarokUn tonnerre d’applaudissements pour Thor : Ragnarok !

— Arthur

Tous les gifs et images utilisés dans cet article appartiennent à la Walt Disney Company ou RKO Productions, et c’est très bien comme ça.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Le7cafe 77 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines