Magazine Cinéma

Monsieur Grappelli

Par Gjouin @GilbertJouin

Monsieur GrappelliL’Européen5, rue Biot75017 ParisTel : 01 48 65 97 90Métro : Place de Clichy
Du 7 au 10 juinAu Café de la Danse du 14 au 17 juin et du 21 au 24 juillet
Spectacle musical de Gaëlle Hausermann et Florin NiculescuMis en scène par Gaëlle HausermannIngénieur du son : Gérard TrouvéCréation Lumière de Manu Drouot
Présenté par Serena Reinaldi (en alternance avec Virginie Bienaimé)
Avec Florin Niculescu (violon), Paul Staicu (piano), Christophe Brunard (guitare), Nicola Sabato (contrebasse), Bruno Ziarelli (batterie), Vera Zanguieva (danse et chant)
Présentation : Monsieur Grappelli est un spectacle musical où le jazz, le théâtre et l’histoire s’entremêlent pour un moment d’improvisation original.Le quintette de Florin Niculescu, accompagné par la comédienne Serena Reinaldi, se lâche sur scène avec une seule ambition : mélanger le jazz, les anecdotes, leur propre histoire pour rendre hommage au grand violoniste Stéphane Grappelli. Ce spectacle empreint de folie et de poésie, allie la virtuosité des musiciens à la fantaisie d’un cabaret. Florin Niculescu revisite de façon espiègle, mais aussi experte, les grands standards de son maître. Il ne joue pas seulement de la musique, il emmène le spectateur dans son histoire. Avec drôlerie et tendresse, la comédienne Serena Reinaldi accompagne le spectateur dans cette plongée dans la musique de l’entre-deux guerres, à la façon d’un Monsieur Loyal.Mr Grappelli relève le pari fou de concilier la fantaisie et le sérieux pour réconcilier le jazz avec tous les publics. Un hommage musical mené tambour battant par une comédienne et un quintette explosifs…
Mon avis : Ce spectacle se résume en une superbe histoire d’amour. Mais de même qu’on se perd en conjectures pour savoir qui de l’œuf ou de la poule est arrivé en premier, comment affirmer qui du jazz manouche ou de Stéphane Grappelli a provoqué la passion de Florin Niculescu. A vrai dire, on s’en moque un peu car seul le résultat compte. Et le résultat né de cette fusion est tout simplement éblouissant. Avec son violon, épaulé par quatre formidables musiciens, il rend dans ce spectacle sobrement intitulé « Monsieur Grappelli », un vibrant hommage à son idole. Le « Monsieur » est essentiel car il exprime le profond respect de Florin pour son aîné… de presque 60 ans !
Monsieur Grappelli
80% de musique, 20% de théâtre. Cinq musiciens et une muse-narratrice. La Turinoise Serena Reinaldi est d’autant plus légitime dans cette fonction que Stéphane Grappelli avait du sang italien dans les veines via son père. Très élégante dans sa jolie robe noire, elle apporte une note de charme dans cet univers masculin. Elle jase avec les musiciens et, surtout, elle apporte, à grands renforts d’anecdotes, le fonds historique. Elle joue aussi les journalistes en questionnant habilement Florin Nicolescu sur son propre parcours. Si bien que l’on assiste en parallèle au déroulé de la carrière de Grappelli, et au chemin initiatique emprunté par Florin, et à une transmission en direct, non du témoin, mais de l’archet.
Sur un grand écran, sont projetées des images du Paris des années 20 et 30. On croise Maurice Chevalier et Mistinguett et on voit défiler en arrière-plan ces endroits mythiques dans lesquels Stéphane Grappelli s’est produit : le Dôme, la Croix du Sud, le Moulin de la Galette, la Coupole… On retrouve aussi bien sûr des documents d’époque montrant le violoniste avec quelques uns de ses partenaires dont, évidemment, le plus fameux d’entre eux, Django Reinhardt. Mais il n’y a aucune nostalgie. Au contraire, sur scène, pour paraphraser Trenet, « Y’a d’ la joie ! ».
Monsieur Grappelli
En effet, le répertoire de Stéphane Grappelli est particulièrement tonique, vivifiant, exaltant. A l’instar des autres spectateurs, mes pieds n’ont pas arrêté de battre la mesure et ma tête de dodeliner en cadence. Mélange d’envoûtement et d’allégresse. Ce jazz, étiqueté « manouche », diffuse essentiellement de la joie de vivre ; avec, ça et là, de jolies plages empreintes de mélancolie, de cette mélancolie positive qui vous fait du bien à l’âme. Le « Hot Club » de Florin Niculescu est formé de virtuoses qui font corps avec leur instrument avec un enthousiasme communicatif. Chaque solo, chaque impro, chaque envolée est salué par des salves d’applaudissements et ponctué de grognements de plaisir. Swing, générosité et partage sont les leitmotive de Florin Nicolescu.
Cette volonté est d’ailleurs encore plus magnifiée lorsque, à la fin du spectacle, son épouse Vera, grâce à laquelle il a pu – enfin - rencontrer son maître, Stéphane Grappelli, vient le rejoindre sur scène pour interpréter Les Yeux noirs, ce chant traditionnel russo-tzigane qui fait scintiller des étoiles dans nos yeux à nous.Grâce à cette musique conçue pour dissiper les Nuages, à ces deux aventures humaines, à ce voyage au cœur des années 30, on sort de la salle véritablement transportés ; comme si on avait reçu une transfusion de bonne humeur.
Gilbert « Critikator » Jouin

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gjouin 18626 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines