Magazine Culture

Bossa Jazz / The birth of hard bossa, samba jazz and the evolution of brazilian fusion (62-73)

Publié le 10 juin 2018 par Oreilles

bol.com | Soul Jazz Records Presents Bossa Jazz, Various ...Voilà une super compil' sortie chez soul jazz records, il y a déjà sept ans. Si vous avez envie d'être un peu décoiffé, marre de la variét' et de la chanson française festive, du stoner rock, de la neo cold wave, bref des trucs bien plats et bien chiants (mais qui vendent), et bien c'est ce qu'il vous faut. Le soleil en plus!
Ce disque donne un aperçu trés riche (deux volumes) de la fusion opérée dans les années soixante entre musiques trad' brésiliennes (samba, forro) et jazz américain (le noir, le vrai, pas le blanc commercial, mais c'est pas vraiment une question de couleur c'est une question d'énergie).Ces gens sont des cinglés, surtout sur le plan rythmique. L'art de la polyrythmie  est trés trés poussé chez les percussionistes et chez les batteurs, quand on les écoute , on ressent un peu la même sensation de décrochement de mâchoire que quand on écoute un duo tablas/sitar dans la musique indienne, ou le nouvel album de Meshuggah. Mais on trouve une harmonie trés jazz dans ce répertoire, pour le coup trés éloignée d'une harmonie de musique trad', avec  beaucoup d'accords,  souvent enrichis (du genre F13 : le jazz étant une musique avec beaucoup d'accords jouée devant peu de gens, le rock étant une musique avec peu d'accords joué devant beaucoup de gens :-)). les voix ont enfin une place trés importante.
Bossa Jazz / The birth of hard bossa, samba jazz and the evolution of brazilian fusion (62-73)
Pour les amateurs de feu d'artifice , on conseillera d'abord le génial Quarteto novo. C'est le groupe qui m'a le plus impressionné. Constitué de grosses pointures qui feront ensuite chacun une belle carrière, ce quartette ne nous aura livré qu'un album en 1965, mais quel album ! Hermeto Pascoal est à la flûte, Airto Moreira, qui jouera bientôt avec Miles Davis, aux percussions et à la batterie. Les structures sont complexes et les  parties écrites plus nombreuses que dans le jazz américain, les unissons sont diaboliques ( amateurs de Zappa, précipitez-vous!), les impros sur tempo rapide éblouissantes, ça accélère, ça ralentit, c'est tantôt hyper mélodieux, tantôt ultra rythmique, bref, la boucherie do brasil.On écoutera aussi des choses en apparence plus faciles, mais assurément plus tubesques. Par exemple, "Batucada" de Luis carlos Vinha. Un petit air tout con joué à la flûte traversière, mais derrière ça joue grave, le batteur multiplie les polyrythmes jusqu'au vertige., ring, cymbales, caisse, toms, tout y passe. On écoutera aussi le tube des tubes pour moi, le number one  du groove bossa de cette compil' : "sam blues", du Sambalanco trio. Un trio piano/basse/batterie qui déboite tout.
En bref : la compil du soleil, qui regorge de musiciens mutants (à ne pas confondre avec Os mutantes, trés chouette groupe lui aussi brésilien, mais plutôt  garage-prog !).
 Bossa Jazz / The birth of hard bossa, samba jazz and the evolution of brazilian fusion (62-73)

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Oreilles 3359 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines