Magazine Cuisine

Debriefing du Bocuse d’or Europe 2018

Par Chroma @Chroma_France

Le Bocuse d’or Europe deviendrait-il un mini-championnat nordique ? Une Vasaloppet de la cuisine ? Les Scandinaves ont à nouveau tout engrangé ; à l’exception de la Hongrie qui a pu s’immiscer un temps dans ce concert, on prend les mêmes et on recommence :

BO Europe 2014 : 1. Suède ; 2. Danemark ; 3. Norvège

BO Europe 2016 : 1. Hongrie ; 2. Norvège ; 3. Suède

BO Europe 2018 : 1. Norvège ; 2. Suède ; 3. Danemark

L’écrasante victoire d’hier, qui ne souffre d’aucune discussion (voir ci-dessous les plats des 4 premiers par rapport au précédent post d’hier), ne surprend personne. Dans les travées suiveurs et habitués de la compétition étaient unanimes à donner les 4 premiers du classement avant même leur promulgation, les 4 tous passés le second jour. Nous avions déjà fait remarquer l’importance psychologique de ce facteur, le fait que les jurés enregistrent les plats du premier jour dans leurs téléphones portables comme étalon pour le second jour. Dès lors que les favoris passent la seconde journée, ne se réserve-t-on pas instinctivement au niveau de la notation des premiers ? Cela paraît humain. Le tirage au sort devrait contourner cet aspect mais force est alors d’avouer que le sort est très souvent contraire à certaines équipes et favorables à d’autres. Notre analyse du premier jour fut correcte aussi : la France en était sortie vainqueur, et hormis la Suisse au détriment des Pays-Bas, notre pronostic fut exact. Ce qui au passage soulève une question : si le public peut d’un simple regard donner le classement, le goût est-il devenu secondaire par rapport à la présentation ? Une question cruciale, citons le fait que quand on discute avec l’équipe de France celle-ci évoque souvent le goût et que le goût, négligeant le second aspect, c’est à notre humble avis là dessus qu’elle doit porter ses efforts pour revenir dans la course. Rappelons pour faire court que le service à l’assiette génère les notes de goût et le plateau, celles de la présentation (plateau qui est ensuite débité sur assiettes). Pour être complet rappelons aussi que les organisateurs ont introduit l’assiette végétale comme premier thème (à la place du poisson) et que, même si nous faisons hurler les aficionados du légume ou de l’oeuf, cela n’a pas la complexité gustative d’un plat poisson. Le végétal n’a pas rebattu les cartes, les Scandinaves un peu décontenancés au début, s’y sont vite adaptés. Et aussi le plat-surprise, les spaghettis, n’a pas non plus changé la donne. La plupart ont présenté les spaghettis dans un plat à côté, sans créativité aucune. L’Italie non plus d’ailleurs, qui malgré l’avantage des ingrédients qu’elle connaissait sur le bout des doigts, est complètement passée à travers (et cela se voyait, encore une fois, des tribunes). Nous étions loin de la création de l’oeuf macaroni à la truffe de Michel Roth lors de la dernière fois qu’il y avait des pâtes au programme en 1991 ! : www.saga-bocusedor.com/v2/2013/10/30/vingt-ans-de-bocuse-dor-1991-2011-2/. On n’aurait pas eu le temps nécessaire de toute façon.

Ceci étant dit, la Norvège est première partout et la victoire est écrasante sur tous les plans.

Ce qui nous inquiète dans cette suprématie européenne, c’est qu’on a l’impression de se répéter, voir par exemple le débrief consécutif au BO Europe 2016 : www.saga-bocusedor.com/v2/2016/05/11/retour-sur-le-bocuse-dor-europe-2016/.

Ou le concours mondial 2015, ou 2017.

Le championnat européen est très difficile, peut-être, comme dans le foot, plus difficile que le championnat mondial.  Bien des observateurs viennent s’y étalonner, on a croisé dans les allées Argentins, Chiliens, Américains, etc… Ils ont envie d’apprendre et réfléchissent sur un horizon lointain. Certains Européens par contre n’apprennent pas de leurs erreurs. Certaines fautes sont grossières, l’Allemagne est complètement désorganisée, l’Italie a pris des risques inconsidérés, l’Espagne 11ème a encore raté le coche. A ce sujet on note que les repêchages ne sont pas des cadeaux : l’Italie en 2012 est éliminée l’année suivante, l’Espagne repêchée en 2014 n’est plus au BO après, l’Allemagne repêchée en 2016, sombre. C’est l’histoire d’un manque de filiation, une rupture avec d’année en année une nouvelle équipe qui redémarre à zéro. Les Scandinaves ont tout compris : coach de la Norvège, le Bocuse d’Or 2015, coach de la Suède un ex-Bocuse d’argent, coach du Danemark Rasmus Kofoed, triple lauréat dont l’or et chef triplement étoilé. Et plus cela va, plus l’écart s’accentue puisque les gagnants intègrent les futures sélections où – fait à noter – les futurs jurys (où ils représentent 30 %). Pire, d’année en année leur supériorité s’installe dans la mentalité des juges. C’est un cercle vertueux qu’il sera difficile de briser.

Et la France dans tout cela ?

Tout d’abord la satisfaction du devoir accompli, qualifiée et première des nations à lutter contre l’emprise viking. Guère avantagée dans le système actuel et le tirage au sort, elle s’en tire avec les honneurs et garde cette certitude que l’Europe n’est qu’une étape. La France n’a jamais gagné le concours européen (5ème en 2012, 4ème en 2014, 4ème en 2016), mais elle a déjà prouvé (au concours mondial 2013) qu’elle pouvait refaire le retard, le Bocuse d’or est une course de fond. Mais ce qui nous inquiète c’est que cette fois elle est dépassée par la Finlande et que l’écart de points se creuse : en 2016, 7 pts de retard sur la Suède, 17 sur la Norvège, 70 sur la Hongrie, donc pas très loin. Cette année, plus de 200 points de retard sur le premier. Un gouffre. Elle ne peut pas non plus se consoler du prix de la meilleure assiette (attribuée à la meilleure équipe hors les 3 premiers du classement) car quand on lit les résultats communiqués ce serait la Belgique. Nous sommes les seuls à avoir relevé ce cafouillage. A moins qu’un point du règlement nous échappe, auquel cas nous rectifierons ce post, ce prix n’aurait pas dû être attribué à la France. La France est battue par la Belgique sur le plat, elle s’est aussi fait ravir le plateau de viande, sa spécialité (par la Suisse). Du travail en perspective.

Résultats Bocuse d'or Europe 2018

Ci-dessous un aperçu les plats des 4 premiers (crédits photos : studio Julien Bouvier Bocuse d’or Europe 2018)

Debriefing du Bocuse d’or Europe 2018
Debriefing du Bocuse d’or Europe 2018
Debriefing du Bocuse d’or Europe 2018
finland_plate
finland_platter
norway_plate
norway_plate
norway_plate_2
norway_plate_from_platter
norway_platter
sweden_plate
sweden_platter

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chroma 2526 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines