Magazine Culture

La Ferme aux Poupées

Par Lespetitsmots Deslibraires @MLibraires
Polar / Thriller

La Ferme aux Poupées

auteur : Wojciech Chmielarz

... 11 heures avantajouter un commentaire par Lau Lo 29791336_200570500546976_1101600712293835264_n La Ferme aux Poupées publié par Lau Lo

Je partage avec vous le coup de cœur de Delphine De Loisy de la Librairie Grangier à Dijon pour La Ferme aux Poupées de Wojciech Chmielarz paru chez Agullo Editions.
Jakub Mortka (le Kub)… le retour!!!!!
Kretowice,une petite ville loin de Varsovie.Notre inspecteur s’y est installé pour quelques temps dans le cadre d’un programme d’échanges de compétences entre policiers (et croyez-moi ce n’est pas du luxe!).Puniton?besoin de repos?..il faut dire que l’affaire du pyromane ne fut pas bénéfique pour notre jeune divorcé.
Tout semble paisible dans cette région montagneuse,mais dès les premières pages,Marta ,11ans disparaît …qu’est-elle devenue ?pourquoi? Disparition d’autant plus suspecte qu’elle ressemble à une autre,celle d’une jeune Rom Adela.
Loin du polar convenu,Wojciech CHMIELARZ est l’auteur d’un roman réaliste,visuel,intelligent où chaque personnage a son importance,où les doutes nous attendent à chaque coin de chapitres et ce jusqu’à la dernière page.
Lire les romans de ce jeune auteur polonais,c’est plus que lire un polar.C’est un voyage,un dépaysement la découverte d’une culture….souvenez-vous,il y a quelques années les auteurs nordiques apparaissaient en librairie et le lecteur découvrait des lieux et personnages aux noms imprononçables !!! Dorénavant,ils devront faire une place à la Pologne
La ferme aux poupées est un cadeau (Nadège Agullo ,tu sais pourquoi ) et je terminerai par ce mot …respect!

Mon avis :
Je viens de refermer La Ferme aux Poupées de Wojciech Chmielarz avec, chose rare, difficulté. Pourquoi ? Parce que j’ai été totalement immergée dans ce polar Polonais, dernier né des éditions Agullo.

Première plongée pour moi dans le polar polonais puisque je n’ai pas (encore) lu la première enquête de celui qu’on appelle « le Kub », Pyromane, paru chez le même éditeur il y a tout juste un an et ressorti en poche chez Le Livre de Poche en Mars 2018.

Le Kub, c’est Jakub Mortka, un inspecteur de Varsovie qui est mis au placard à titre de sanction à Krotowice où il officie en tant que consultant auprès de la police locale. On le confie donc aux bons soins de l’inspecteur Lupa. Le Kub porte à lui seul le roman. Personnage imposant, il n’est pas, contrairement au stéréotype souvent retrouvé dans le polar, alcoolique ou drogué. Même s’il est divorcé, il n’a pas subi de cruelle perte. C’est juste un homme intègre, tenace et à l’intuition très développée…sauf quand il s’agit de ses amis. Les relations entre les différents personnages révèleront toute leur importance au fil de la lecture jusqu’au dénouement.

Le roman démarre sur un chapitre qui va laisser présager de la qualité de la suite du roman avec la scène d’un enlèvement d’une petite fille. Pour moi, le chapitre d’accroche est très important. Souvent, je vois déjà si le style va me plaire ou pas. Ici, je ne me suis même pas posé la question. Et l’action, dès les premières pages, ne va cesser de monter en puissance avec une enquête, bien que complexe, bénéficie d’une limpidité pour le lecteur assez rare dans ces polars qui reposent plus sur le rythme que sur l’atmosphère. C’est un polar plus « visuel » que psychologique dont la cadence ne faiblit à aucun moment. Ce n’est pas un livre qui se lit, mais un roman qui se dévore.

L’auteur n’oublie pas pour autant de nous parler de son pays en abordant l’aspect sociétal des Tziganes et de leur façon de vivre entrainant un racisme en sourdine mais présent à travers le délit de faciès entre autres.

Cette enquête aborde également un sujet qui est une triste réalité. Mais impossible d’en dire plus sans risquer de trop en dévoiler. Je dirai juste que le final est réellement inattendu et que l’auteur s’est amusé des fausses pistes qu’il a semées et qu’il nous révèle à la fin, un peu à la manière d’un Keyser Soze (Usual suspects).

Dans le roman, Le Kub est comparé à Colombo et rien n’est plus proche de la vérité. J’aurais tendance à dire, pour ceux qui ont lu les romans de Valerio Varesi, que le Kub est à la Pologne ce que Soneri est à l’Italie. Un personnage à découvrir absolument et surtout, à retrouver très vite dans une nouvelle enquête !

La Ferme aux Poupées La Ferme aux Poupées La Ferme aux Poupées La Ferme aux Poupées La Ferme aux Poupées

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lespetitsmots Deslibraires 13417 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines