Magazine Culture

J'ai lu : nature morte

Par Venezia
J'AI LU : NATURE MORTE
Nature MorteLouise PennyEditions Babel Noir/Actes SudPolar

Nature morte débute en automne, au Québec, alors qu’on découvre le cadavre d’une villageoise adorée de tous, un dimanche de Thanksgiving. L’inspecteur Armand Gamache, qui dirige la brigade des homicides de la Sûreté du Québec, est chargé de l’enquête. Ce meurtre est déroutant. Qui voudrait voir morte une vieille dame aussi gentille ? Le mystère s’épaissit à mesure que l’on met au jour des œuvres d’art que la victime a longtemps gardées secrètes. Rustiques, primitives et troublantes, ces peintures touchent différemment tous ceux qui les voient. Le meurtrier est-il dissimulé dans le tableau ? Son mobile l’est-il également ? Est-ce un pur hasard si la victime avait décidé, quelques jours avant le meurtre, d’exposer son œuvre pour la première fois ? À mesure que l’inspecteur Gamache approfondit son enquête, il découvre de sombres secrets enfouis et déterre d’affreux souvenirs. Quelque part, dans le joli village de Three Pines, quelqu’un n’est pas ce qu’il paraît être...
MON AVIS(Sans Spoiler)
Three Pines, charmant village du Québec illuminé par la beauté de l'automne, une saison si merveilleuse, si éclatante, si typique, dans ce pays nord américain, et aussi féerique que  l'idée que nous nous en faisons, nous, Européens, de l'autre coté de l'Atlantique, voit la découverte du cadavre de l'une de ses habitantes. Jane Neal, artiste de Three Pines dont la première oeuvre venait d'être sélectionnée pour une exposition, est morte, une flèche plantée dans le corps... Pourquoi ?

Déjà, entre les tons pourpres des érables et le parfum de la dinde de Thanksgiving, le lecteur n'est pas en reste de sensations à la fois olfactives, gustatives, visuelles... Un thé bien chaud dans mon mug, pour aller de pair avec l'ambiance du livre, et en avant pour découvrir l'Hercule Poirot québecois, j'ai nommé l'inspecteur principal Armand Gamache.

La plume est fluide, experte, et même subtile par moments, j'ai apprécié l'absence d'hémoglobine à outrance, tout est dans la nuance, tout est dans l'atmosphère, la psychologie des personnages auxquels je me suis vite habituée et surtout attachée, pour la plupart. 

J'ai trouvé beaucoup de délicatesse, et même de poésie, dans la manière avec laquelle l'autrice décrit les caractères, les actions, les sentiments, les lieux. L'atmosphère du village est chaleureuse, on a envie de passer le weekend à Three Pines, malgré cette tension sous jascente qui monte, qui monte, qui monte, mais qui est donc l'assassin ? Pourquoi a-t-on tué cette dame appréciée de tous ? La solution est devant tous et pour certains indices, quasiment devant le lecteur, tout au long du livre, et comme tout thriller bien écrit, on ne voit rien, on ne se doute de rien.

Le rythme de l'enquête et de la lecture ne sont pas très dynamiques, mais la tension oblige  le lecteur à tourner les pages, encore et encore, mais on ne sait le fin mot de l'intrigue qu'à la dernière minute. Addictif ! 

Juste un mot sur la couverture : comme tout roman de cette collection Actes Sud, la photo de couverture n'est ni jolie, ni bien choisie, souvent dérangeante, il y a toujours quelque chose de cassé, d'abîmé, de gâché. Les couvertures sont toujours très laides chez Actes-Sud, quel dommage ! C'est tellement beau un livre... Et là, il y avait matière à faire joli avec une image du Québec à l'Automne... C'est peut-être cliché, mais j'aime l'automne au Canada.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Venezia 8 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines