Magazine Culture

Bac filou

Publié le 18 juin 2018 par Le Journal De Personne

On m'a retiré mon stylo à l'entrée sous prétexte que je peux l'utiliser comme arme blanche, et on m'a donné ce clavier à la place.

La première épreuve de baccalauréat est l'épreuve de philosophie.

Je dispose de quatre heures pour exprimer mon amour de la sagesse en ayant le choix entre une dissertation et une réflexion sur un texte.

Inutile de vous dire que si la forme est convenue, le fond n'est pas pour autant perdu.

L'examinateur va faire semblant d'être philosophe et vous demander de faire semblant d'être au courant qu'il ne faut dire : ni oui, ni non mais se contenter d'examiner la question, de faire comme si vous aviez un "certain" niveau de réflexion.

On ne vous demande pas de faire preuve de sagesse. On vous demande surtout de ne pas faire preuve de maladresse... d'avoir si je puis dire, un tant soit peu de finesse. D'être un peu géographe, un peu géomètre : savoir où se situe la difficulté et si elle est soutenable ou insoutenable : un cercle ne peut pas être carré ! Dire pourquoi on ne peut pas dire n'importe quoi !

Le thème importe peu. C'est le problème qui importe. Tout ce que l'examinateur cherche à savoir, c'est si vous êtes apte ou inapte à soulever le problème, à l'identifier, à l'exposer. Il veut savoir si vous êtes malin parce que lui, il est taquin ! Il ne vous demande pas d'exprimer votre avis mais d'éclairer votre vis à vis.

Non pas dire si vous avez mal mais où et jusqu'où ça fait mal de ne pas savoir ce qu'est le bien, le beau, le vrai.

Il faut faire semblant de chercher ce que vous avez déjà trouvé :

Le sens de la question même si la question n'a pour vous aucun sens.

Faites semblant de tâtonner, de vous étonner en découvrant ce qui n'est pas couvert et d'ouvrir ce qui est déjà ouvert...

C'est ce cheminement qui est récompensé et non l'aboutissement.

Même si vous ne vous portez pas bien, essayez de bien vous comporter, de vous intéresser à ce qui ne vous intéresse pas, de vous préoccuper de ce qui ne vous préoccupe pas.

Faire de la philosophie, c'est apprendre à rendre ce qui est sans intérêt intéressant, juste en se posant la question : pourquoi en est-il ainsi et pas autrement ?

Pourquoi on me demande d'être intelligent alors que je suis con, fondamentalement con !!!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Journal De Personne 76484 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte