Magazine Culture

Maria Gabriela Llansol

Par Florence Trocmé

Dans la littérature portugaise contemporaine, l’œuvre de Maria Gabriela Llansol (1931) dessine une cartographie hostile à toute forme de représentation et d’orthodoxie générique. Produite sous le signe de la rupture et traversée par un certain nombre de figures mystiques (Maître Eckhart, saint Jean de la Croix, Al Hallâj), elle développe souvent des fulgurations (cenas-fulgor) qui traduisent la discontinuité temporelle, la jubilation du fragmentaire et l’expérience nomade de l’intranquillité, si chère à Fernando Pessoa. Par un mouvement de déterritorialisation, l’instance énonciative se déploie entre l’intime et l’extime, la fascination et la perte, pour créer une épiphanie du visible où se joue sans cesse la possibilité de l’extase (d’un article de Maria Gracete Besse, revue Savoir et Clinique, accessible en mode payant, sur le site fédérateur de revues Cairn)

Maria Gabriela Llansol (24 novembre 1931 - 3 mars 2008) s’est formée en droit mais n’a jamais exercé dans ce domaine. Elle est auteur de vingt-six livres sans "mention de genre", une œuvre qui donnera naissance à deux trilogies ("Géographie de Rebelles" et "Le Littoral du Monde"), auxquelles s’ajouteront encore trois Journaux, ainsi que des traductions originales ("dislocations") de neuf poètes de langue française : Verlaine, Rilke, Baudelaire, Rimbaud, Apollinaire, Éluard, Mallarmé, Pierre Louÿs et Thérèse de Lisieux. Elle a toujours écrit "dans les marges de la langue" (la langue portugaise qu’elle emporta avec elle pour un exil de vingt ans en Belgique, entre 1965 et 1984) et en dehors de la "littérature", assimilant à son propre texte un univers de mystiques, de béguines et d’hérétiques médiévaux, et peuplant l’espace libre de l’écriture et de son "projet humain" d’une galerie de figures "acentrées", de révolutionnaires et poètes (Thomas Müntzer, Camões, Bach, Hölderlin, Nietzsche, Fernando Pessoa et d’autres), pour arriver, dans ses derniers livres, à la vision d’un "ordre figural du quotidien", très marquée par la lecture de Spinoza.
Elle a reçu différents prix littéraires portugais, parmi lesquels, et par deux fois, le Grand Prix du Roman et de la Nouvelle de l’Association Portugaise des Écrivains (en 1990, avec le livre Un baiser donné plus tard (Um beijo dado mais tarde), et en 2006, avec Ami et Amie — cours de silence 2004 (Amigo e amiga — curso de silêncio de 2004). Elle laisse un nombre considérable de manuscrit inédits de dizaines de milliers de pages d’où naîtront, dans un futur proche, de nouveaux livres, qui seront publiés aux éditions Assírio e Alvim, sous la direction de L’Espace Llansol — Association d’études Llansoliennes.
©João Barrento, traduction ©Cristina Isabel de Melo, juillet 2008

bibliographie
→ Premiers livres :
Les clous dans l’herbe — Os pregos na erva (Portugália, 1962)
Après les clous dans l’herbe — Depois de os pregos na erva (Afrontamento, 1973)
→ Journaux :
Un faucon au poing (Gallimard, 1993) — Um falcão no punho (Rolim, 1985)
Finita (Rolim, 1987)
Enquête aux quatre confidences — Inquérito às quatro confidências (Relógio d’Água, 1996)
→ Première trilogie : Géographie de rebelles
Le Livre des Communautés — O Livro das Comunidades (Afrontamento, 1977)
La vie restante — A restante vida (Afrontamento, 1983)
Dans la maison de Juillet et Août — Na casa de Julho e Agosto (Afrontamento, 1984)
→ Deuxième trilogie : Le Littoral du monde
Cause amoureuse — Causa amante (Regra de Jogo, 1984)
Les errances du mal (Metailié, 1991) — Contos do mal errante (Rolim, 1986)
De la haie à l’être — Da sebe ao ser (Rolim, 1988)
→ LisboaLeipzig :
La rencontre inespérée du divers — O encontro inesperado do diverso (Rolim, 1994)
La répétition de musique — O ensaio de música (Rolim, 1994)
→ Autres livres :
Un baiser donné plus tard — Um beijo dado mais tarde (Rolim, 1991)
Aimer un chien (Nouvelle Revue Française n° 522-23, juillet-août 1996) – Amar um cão (Colares Editora, 1990)
Hölder, de Hölderlin (Colares Editora, 1993)
D’un rai de crayon — O raio sobre o lápis (Europália, 1990)
Ardent texte Joshua — Ardente texto Joshua (Relógio d’Água, 1999)
Où vas-tu, drame-poésie ? Traductions partielles in Action Restreinte. Théories et expériences de la fiction, Paris, nos 5-6 (2004) et n° 7 (2006) — Onde vais, drama-poesia ? (Relógio d’Água, 2000)
Cantilène — Cantileno (Relógio d’Água, 2000)
Parascève — Parasceve (Relógio d’Água, 2001)
Le Seigneur d’Herbais — O Senhor de Herbais (Relógio d’Água, 2002)
Le début d’un livre c’est précieux — O começo de um livro é precioso (Assírio & Alvim, 2003)
Le jeu de la liberté de l’âme — O jogo da liberdade da alma (Relógio d’Água, 2003)
Ami et Amie. Cours de silence 2004 — Amigo e Amiga. Curso de silêncio de 2004 (Assírio & Alvim, 2006)
Les chanteurs de lecture — Os cantores de leitura (Assírio & Alvim, 2007)

Contribution de Cristina Isabel de Melo

sites
sur le site de la librairie Compagnie
une belle note (en anglais)
Espaço Llansol (en portugais)

fiche établie le lundi 7 juillet 2008


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines