Magazine Culture

Roméo et Juliette : la spirale dégénérationelle

Par Aurealisations

Roméo et Juliette : la spirale dégénérationelle

Dans un véritable spectacle dont il a le secret, Baz Luhrmann nous brosse un R&J sur fond de guerre des gangs à Rio, à coups de flous artistiques, tour à tour accélérés puis ralentis, dans un décor boosté aux couleurs et lumières criardes, au rythme d’une musique déjantée.
Entre Shakespeare et Luhrmann, il y a des siècles et tout un monde… Un monde d’armes, de bagnoles, de drogue et de faste décadence provocante. Et pourtant, c’est bien la même histoire qui se rejoue ici, encore et encore…
Même si le monde connaît sa leçon – celui qui ignore l’histoire est condamné à la répéter – le risque subsiste : se laisser emporter dans un tourbillon infernal sans comprendre le pourquoi du comment et se perdre sans avoir eu une chance de se trouver. Il faut donc revenir aux origines, à la genèse, et commencer par se poser une question qui tourne comme un vieux disque rayé : qui a réellement tissé la toile de cette tragédie ?

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aurealisations 151 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte