Magazine Culture

Florence + The Machine ‘ High As Hope

Publié le 06 juillet 2018 par Heepro @heepro

Florence + The Machine {High As Hope}Si le titre High As Hope est une référence immédiate à la ville de New York où elle a séjourné à l’occasion de son enregistrement, Florence Welch revient avec un album très personnel mais toujours très anglais dans sa conception, que ce soit avec des titres comme « South London forever » et la photographie du livret, ou alors tout simplement le fait que Florence possède l’une des plus grandes voix anglaises des années 10’s.

Aussi cette nouvelle page du projet de Florence + The Machine se révèle-t-il particulièrement à l’écoute au casque, bénéficiant alors pleinement de l’ensemble des instruments tout en continuant de profiter de la voix puissante de Florence Welch.

La chanson « June » ouvre magnifiquement l’album avant de s’arrêter soudainement pour laisser place au single « Hunger ». C’est ensuite que les participations de renoms arrivent : le saxophoniste californien Kamasi Washington (qui vient justement de sortir un double album qui m’attend, qui m’attend) est ainsi présent sur plusieurs chansons derrière son instrument fétiche ou les arrangements dès « South London forever ».

Le pianiste londonien Sampha vient quant à lui apporter sa touche personnelle à « Grace », tandis que l’artiste new-yorkais Josh Tillman (également connu sous le nom de Father John Misty – lui aussi en pleine actualité avec son dernier album) joue de la guitare sur « 100 years ». Je n’oublie pas bien entendu Jamie xx, l’Anglais jouant de la batterie et du synthé sur « Big God », ni le pianiste canadien Tobias Jesso Jr qui a de plus participé à la composition de plusieurs des musiques.

Ces dix nouvelles chansons sont particulièrement envoûtantes, certes, mais elles possèdent surtout une apparente facilité qu’il faut dépasser pour qu’elles se révèlent. S’il y a une force évidente dans la voix de Florence Welsh, il y a en-dessous une fragilité ou humilité tout aussi perceptible. Et c’est là que les instruments et la production – dont elle s’est pour la première fois occupée, secondant le producteur et musicien Emile Hayne – jouent une rôle primordial sur chaque titre.

De toute évidence, ce quatrième album méritera de subir l’épreuve du temps avant tout jugement final qui, autrement, serait hâtif. Car High As Hope est musicalement discret et, bien que le single « Hunger » vienne me contredire, pas très populaire dans son approche, ce qui est largement positif à mes yeux. Pour autant, son caractère très personnel et finalement davantage optimiste que prévu car très sincère lui confère toute l’aura nécessaire à toucher son auditoire.

(in heepro.wordpress.com, le 06/07/2018)

Publicités

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Heepro 2396 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines