Magazine Beaux Arts

Les Rencontres Photo de Castelfranc 2018

Publié le 06 juillet 2018 par Philippe Cadu @ContempodeLArt
http://www.lesrencontrescastelfranc.sitew.com

Du 7 au 15 juillet - soirée d'ouverture Samedi 7 juillet à 18h

L'association Les Rencontres a pour but de soutenir les projets de ses membres, qu'ils soient artistiques, culturels, événementiel ou éducatifs, les promouvoir et les diffuser dans le département et la région; d'être à l'origine d'initiatives nationales et internationales dans les domaines de la création, d'accueillir des artistes étrangers et de promouvoir des artistes locaux hors de l'hexagone.

Agence Myop, Oubliés de nos campagnes

Une exposition photographique sur la précarité en milieu rural.
Fidèle à sa devise : " être près de ceux qui sont loin de tout ", le Secours Catholique-Caritas France a choisi cinq photographes de l'agence M.Y.O.P pour donner à voir une autre réalité de la précarité en milieu rural. L'exposition Oubliés de nos campagnes est une série de rencontres avec des hommes et des femmes, ruraux de souche ou néo ruraux, visages pluriels de cette précarité.

Cette exposition souhaite mettre en lumière ceux qui sont trop souvent dans l'ombre et favoriser une prise de conscience du phénomène grandissant de la précarité en milieu rural.

Paola Paredes Photography, HASTA QUE CAMBIES (Jusqu'à ce que tu changes)

En Equateur, il existe près de 200 établissements, légaux ou clandestins, destinés à soigner des addictions aux drogues et à l'alcool. Parmi les patients, se trouvent aussi des hommes et des femmes homosexuels et transgenres que l'on essaie de "guérir de leur déviance". Emprisonnés contre leur volonté, les patients sont sujets à des tortures émotionnelles et physiques sous couvert de thérapie, à travers l'alimentation forcée et l'utilisation de la violence physique et du viol correctif, entre autres.

Gabrielle Duplantier, Regards sur le Pays Basque.

Qui veut dire le pays basque s'y risquera avec prudence. Car c'est un pays truqué, plein de mythes, de folklores et de fadaises ; une fiction commode, un tapis de cartes postales qu'il faudra savoir secouer.
Mais pour cette terre inondée de brume et peuplé de légende, il faut aussi oublier ses précautions et ses usages. Car au pays basque il ne peut y avoir de certitudes mais seulement des impressions ; pas d'itinéraires mais de simples errances.
C'est ce spectacle intime et généreux que tentent d'illustrer les photographies de Gabrielle Duplantier.
Son voyage s'essaie à cet inventaire toujours incomplet de chemins qui ne mènent nulle part et de routes abandonnées, noircies de pluies silencieuses.
Pour dire ce pays basque qui n'accepte que des regards empreints de lenteur et d'humilité.

Xabi Molia


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Philippe Cadu 34619 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte