Magazine Culture

Sète | Exposition Bibi « Tuez les tous !  » à la Galerie Pascale Peyre

Publié le 10 juillet 2018 par Idherault.tv @ebola34

du 21 juillet au 19 août 2018 à la Galerie Pascale Peyre - Sète

Vernissage le vendredi 20 juillet à 18:30

Inventeur de la chasse urbaine, en 2001 au squat de Rivoli à Paris, BIBI capture des cônes de signalisation au coeur des villes.
De ces objets éminemment urbains, BIBI libère une animalité enfouie.
Thermoformage, assemblage.... : il transcende ces balises modernes en portraits d'animaux en voie de disparition ou de mutation. La peau du cône de signalisation abîmée, malmenée, rappelle le cuir avec ses blessures et ses stigmates. Le cône se dévêt de son statut d'objet, il devient matière plastique, représentation animale et, finalement, portrait trop humain.

Les trophées évoquent des personnages que chacun pourra reconnaître ou imaginer.
Taxidermisé, apprêté, mis en scène, chaque trophée se pare d'une légende : un écriteau évoque l'histoire de sa chasse.

Un bien inoffensif massacre
qui questionne notre époque écologiquement correcte.

Sète | Exposition Bibi « Tuez les tous !  » à la Galerie Pascale Peyre

BIBI - Démarche artistique

Autodidacte, en marge du réseau institutionnel, mon travail s'est construit autour de mes expériences personnelles et de la rencontre du travail des Nouveaux Réalistes et de Jacques Yves Bruel.

Tout d'abord la Paléontologie : je constitue un cabinet de curiosités dès 1974. Ensuite, le Corps et particulièrement l'Orthopédie : en 1986, j'empoche mon BTS d'orthoprothésiste (fabrication de bras, de jambes et autres corsets). L'Égypte antique, pays où je réside une année en 1988. L'Enfer avec mon accident de soucoupe volante au Carnaval de Lunel et mon séjour aux grands brûlés qui a suivi.
L'Enfer, je l'ai aussi tutoyé avec les derniers poilus de la première guerre mondiale lorsque j'étais aide soignant à l'Institut National des Invalides durant mon service national. La Mer avec la pratique de l'apnée et de la chasse sous-marine : par un rapide calcul , j'ai comptabilisé que j'avais vécu 2 années et demi entièrement sous l'eau.

L'alchimie que forment la paléontologie, la chasse sous-marine et mes études d'orthopédie m'a amené à me questionner sur les rapports de l'homme avec la " nature " et surtout ses natures.
Mes activités sont indissociables de ma démarche. C'est ainsi que mon travail s'articule autour de plusieurs thèmes majeurs: l'Enfer, l'Arche, la Chasse, le Bibigloo...
Le médium privilégié pour synthétiser ces points de vue est le plastique.

Pourquoi le plastique ?
Parce que si la bipédie, la fabrication d'outils, le rire et la conscience de soi ne sont plus aujourd'hui le propre de l'homme, celui-ci est à chercher ailleurs. Le propre de l'homme est sans doute sa phénoménale capacité à s'autodétruire, à concevoir
des artifices et des déchets inutiles et improbables.

Le plastique est partout, les multiples sont la norme dans la vie courante comme dans l'art contemporain. Dans les objets du quotidien, j'ai recherché les formes cachées - tant animales qu'anthropomorphes - que les designers anonymes avaient derrière la tête; c'est particulièrement la Lumière qui m'a servi de révélateur.

Pour donner au plastique la place qu'il mérite - à savoir le 6ème élément - je me suis singulièrement acharné sur le BIDON en polyéthylène et le CÔNE de Lübeck, deux icônes distribuées universellement.

Depuis 1991, en utilisant des accessoires familiers conçus dans une matière éminemment contemporaine, mes œuvres sondent notre rapport à notre environnement et notre capacité à affronter nos contradictions concernant nos déchets.

Ma démarche questionne aussi notre perception de l'espace public.
Mes installations pérennes ou éphémères mettent le plus souvent en scène un bestiaire magique qui dévoile la convergence entre les objets plastique et les formes animales.

Des lieux alternatifs où mon travail était présenté il y a quelques années, mes installations voyagent aujourd'hui autour du globe.

Néanmoins, mon approche du monde reste ludique mais, surtout, ironique.

Tous les jours de 10h à 12h et de 16h à 19h - Entrée libre.

.

Galerie Pascale Peyre
10 Quai Rhin et Danube, Sète


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Idherault.tv 48204 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine