Magazine Culture

Johannes Bobrowski – Plaine

Par Stéphane Chabrières @schabrieres

Johannes Bobrowski – PlaineLac.
Le lac.
Englouties
les rives. Sous le nuage
la grue. Miroitements blancs,
les millénaires
des peuples bergers. Avec le vent

j’ai gravi le mont.
C’est ici que je vivrai. Chasseur
j’étais, mais l’herbe
m’a retenu.

Enseigne-moi la parole, herbe,
enseigne-moi à être mort et à entendre,
longuement, et à parler, enseigne-moi,
pierre, à demeurer, eau,
ne te soucie pas, ni toi, vent, de moi.

*

Ebene

See.
Der See.
Versunken
die Ufer. Unter der Wolke
der Kranich. Weiß, aufleuchtend
der Hirtenvölker
Jahrtausende. Mit dem Wind

kam ich herauf den Berg.
Hier werd ich leben. Ein Jäger
war ich, einfing mich
aber das Gras.

Lehr mich reden, Gras,
lehr mich tot sein und hören,
lange, und reden, Stein,
lehr du mich bleiben, Wasser,
frag mir, und Wind, nicht nach.

*

Plain

Lake.⠀
The lake.⠀
Sunken⠀
The edges. Under the cloud⠀
the crane. Whites shine⠀
the millennia of the peoples⠀
of shepherds. With the wind⠀

I went up the hill.⠀
I will live here A hunter⠀
It was me but it beat me⠀
Grass.⠀

Teach me to speak, grass,⠀
Teach me to be dead and listen,⠀
long, and to speak, stone,⠀
Teach me to stay, water,⠀
and for me, wind, do not ask.⠀

***

Johannes Bobrowski (1917-1965)Terre d’ombres fleuves

(Atelier la Feugraie, 2005) – Traduit de l’allemand par Jean-Claude Schneider.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Stéphane Chabrières 13365 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines