Magazine Amérique latine

La presse commente l'accord avec le FMI [Actu]

Publié le 14 juillet 2018 par Jyj9icx6

La presse commente l'accord avec le FMI [Actu]

La letra chica : ce qui est écrit en tout petit


Les conditions imposées par le FMI à l'Argentine sont sorties dans la presse. Mes fidèles lecteurs se souviennent que l'opposition avait voulu que le Congrès ait accès à ce contrat de prêt et puisse en débattre. Ce qui avait été refusé.
Les conditions révélées ce matin par la presse sont sans surprise : pas plus de 8% d'augmentations pour les salariés de l'Etat (on comprend pourquoi le Gouvernement avait proposé, juste avant le 9 juillet, cette hausse ridicule des soldes à hauteur de 8%, quand l'inflation annuelle pourrait être supérieure à 30%, avant de se raviser et de proposer d'abord 15% puis, plus récemment encore, 20%, devant la grogne du haut commandement), réduction de la masse salariale de l'Etat, vente du foncier public (comme en Grèce, qui a même dû vendre certaines îles) et des actions détenues par la trésorerie de l'administration de la sécurité sociale, augmentation des prix du gaz, de l'électricité, du transport et du carburant, coupes claires dans les travaux engagés par le secteur public, dans les transferts budgétaires au bénéfice des provinces (ce qui correspond officiellement à la garantie d'une solidarité intra-argentine) (1) et dans le financement des entreprises de l'Etat.
Et en prime, le FMI a publié un communiqué pour avertir l'Argentine que l'alternance politique pourrait mettre en danger la mise en œuvre du prêt. Si ce n'est pas un déni de la souveraineté du peuple argentin, c'est quoi ?
De plus en plus, on lit dans la presse, et pas seulement dans les colonnes de Página/12, des analyses sur le risque qu'encourt à nouveau l'Argentine de se retrouver en défaut de paiement, sur le plan économique cette fois-ci (pas comme la dernière fois, où c'était le résultat technique d'une décision d'un juge régional new-yorkais, et non pas d'une incapacité de continuer à rembourser la dette). Or l'Argentine préside cette année le G20, dont elle recevra le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement en décembre prochain !
Pour en savoir plus : lire l'article de Página/12 sur le FMI lire l'article de Página/12 sur la fin le statut fiscal réservé aux petites exploitations agricoles familiales pour soutenir leur activité lire l'article de La Nación sur les conditions imposées par le FMI lire l'article de Clarín sur le communiqué du FMI
(1) Il arrive assez souvent que ces transferts soient distribués en fonction de la couleur politique du gouvernement provincial. C'était très fréquent, pour ne pas dire systématique, sous la présidence de Cristina Kirchner. En revanche, il semblerait que cette pratique peu démocratique ait disparu sous l'actuel président.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jyj9icx6 2740 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte