Magazine Afrique

France Champion du monde 2018... les enfants des quotas

Publié le 18 juillet 2018 par Joss Doszen

France Champion du monde 2018... les enfants des quotas

Il y a quelques années éclate une bombe, un scandale largement étouffé car à l’époque, évidemment, les racailles ne pouvaient pas se révéler être victime de la bêtise de dirigeants du foot ; Laurent Blanc proposait que l’on filtre les bi-nationaux pour l’accès à l’INF. Il ne voulait plus de "grand black aux pieds carrés" qui, en plus, choisiraient les pays d’origine de leurs parents. Ce c. qui n’y arrivait pas avec la sélection, parce qu’il était nul, zyeutait sur le "modèle espagnol" qui marchait sur le monde (entre 2008 et 2012 les espagnols ont distribué des raclées comme du riz sur des jeunes mariés). Au l’aube de la victoire du mondial, il faudrait quand même rappeler que ce grand C., qui se permettait tout, oubliait juste deux, trois détails :

-
 Ce modèle espagnol du tiki-taca explosait tout le monde surtout parce qu’il y avait une génération extraordinaire portée par des Iniesta et Xavi. Tout comme la France a eu sa génération extraordinaire des Zidane et Henry, que l’Allemagne a eu ensemble des Matthäus et Brehme, le Brésil a eu Romário et Bébéto que la Belgique a Hazard et De Bruyne ... toutes ces équipes là n’étaient pas faite de "petits blancs techniques" mais faisaient du beau foot et ont gagné. L’analyse de Blanc était débile.

-
 Les "grands noirs aux pieds carrés", qui l’ont aidé à gagner un mondial (Thuram, Karembeu ou Dessailly n’étaient pas franchement des esthètes du double contact), ont gagné l’Euro 2000, font la finale Euro 2016 (mon Dieu, Moussa Cissoko...!) et gagnent le mondial 2018 (Nzonzi ou Matuidi ont, à eux deux, la taille et les pieds carrés). Blanc choisissaient des joueurs nuls qui, en plus, avaient les pieds carrés (Alou Diarra... le sommet :-( ).

-
 Les "grands aux pieds carrés" ne sont pas toujours noirs en équipe de France (Koscielny, Jean-Philippe Durand, Sébastien Squillaci, Maxime Bossis) et les noirs ne sont pas toujours grands (Tigana, Kanté, Malouda, Dhoraso, Makélélé, Dacourt, Evra) ... Bref, connaitre l’histoire (du foot) évite de dire de grosses conneries !

-
 L’immigration africaine en France vient de trois zones essentiellement : le Maghreb, l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale. Si les c. de la FFF n’avaient pas fly les bancs de l’école primaire ils auraient peut-être su qu’entre un Sénégalais du nord, limite Mauritanie, ou un Camerounais du Nord côté Nigeria et un Gabonais du sud ou un Angolais du Kongo dia Tontila il peut avoir 50 cm et 40 kilos de différence ; et je suis optimiste pour l’Afrique centrale !
Si les centres de formation en France se sont - dans les années 90-2000 - mis à privilégier les grands gabarits (blancs ou noirs), les Ngolo Kanté, les Vicash Dhorasso ou les Jean Tigana étaient aussi discriminés que les Griezman, les Valbuena ou les Giuly.

-
 La question de la double nationalité derrière laquelle, dans un premier temps, Blanc tenta de se cacher (avant de présenter des excuses du bout des lèvres) était l’un des paravents les plus bullshit possible. Depuis des dizaine d’année nous savons tous que les footeux nés et grandis en France n’attendent, ne rêvent que de porter le maillot de l’EDF. Certains ont tué leur chance de compétitions internationales (Pascal Nouma appelé 1 seule fois en bleu, entré en jeu 5 min et qui n’a jamais pu opter pour l’équipe du Cameroun ensuite) d’autres ont attendu des années (Obraniak , Mourad Meghni, Wissam Ben Yedder, Aymerick La Porte, Joseph-Désiré Job, etc...) pour ne jamais ou à peine être appelé. Tout cela parce qu’ils ne se rêvaient qu’en bleu, et que l’autre pays n’était qu’un second choix pour espérer jouer des compétitions internationales, rêve de tous joueurs de foot. Mais certains à la fédé, Laurent Blanc, François Blaquart , se sont pris à jouer avec ça pour insulter des millions de bi-nationaux français. Tout cela surtout à cause, à l’époque, de Moussa Sow (né à Mantes-la-Jolie, champion d’Euro 2005 moins de 19, France espoirs), serial buteur que Blanc, complètement dans la mouise avec sa sélection, a appelé en EDF mais il avait choisi les Lions de la Teranga. Blanc avait la rage et, sans doute la bave aux lèvres, il a pondu une bouse irréfléchie mais ne l’a pas assumé ensuite.

Laurent Blanc a transformé, avec la bénédiction de nombreux journalistes "spécialistes" et de la FFF, une discussion technique en une discussion xénophobe (la nationalité) et raciste (être noir et grand). Alors, oui, la France gagne le mondial et tout le monde doit se serrer les coudes et jouir de ce moment, mais n’oubliez pas que monsieur Mohamed Belkacemi, qui a été un lanceur d’alerte sur ce sujet et a sans doute permis de tuer dans l’œuf tout projet inacceptable, ce monsieur Mohamed Belkacemi (écoré de la médaille de l’Ordre du mérite puis totalement tricar à la FFF après cette histoire) a sans doute une énorme part dans le succès des bleus à cette coupe du monde car sinon, des Pogba (grands, noirs, double nationalité), des Mbappé (grand, métis, double nationalité), des Matuidi (noir, pieds carrés) ou des Umtiti (Grand, noir, pieds carrés - triple combo !) ne feraient peut-être pas l’histoire de l’équipe de France aujourd’hui.

Joss DOSZEN


Voir en ligne : Mohamed Belkacemi


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Joss Doszen 1341 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines