Magazine

Don't look back !

Publié le 20 juillet 2018 par Paulo Lobo
Don't look back !

Alors que certains pointent le digital comme le futur point fort de l’humanité, l’instrument éclairé du progrès et de la croissance, moi je n'y vois que dalle, je n'y vois que la mort,Je n'y vois que le mur contre lequel viendront s’abattre cruellement tous les vols épris de liberté et de lumière. La fin de toutes choses jolies et fragiles, imparfaites et belles, sublimées par un rayon de soleil inopiné ou un regard bien cadré. (La musique aussi, n’oublie pas les quelques notes de piano !)L'avènement du digital, c'est la consécration de toute une façon mathématique de voir l’existence ;La victoire extatique d’une armée de technocrates imbus de leurs prérrogatives et diplômés jusqu’au bout de leurs ongles de piedsJusqu’au bout de leurs pensées les plus cocoones Les plus coquinesUn rejet de tout ce qui ne file pas droitDe tout ce qui ne rentre pas dans l’ordre du jour

De tout ce qui diffère de leur petit regard bourgeois et gourmandUne volonté de se plier à la réunion de travail qui les chatouille dans le sens de leurs poils Le mystère de la vie n’a plus aucun mystère pour eux, il est consultable et dirigeable selon la puissance de leur algorithmeEt à midi les voilà dans le fitness qui rythme si bien leur triste quotidienAh cette tentative, cette prétention, d’expliquer le monde de façon rationnelle et consumériste. Tout est prévisible, dans leur vision techno-capitaliste, tout est chiffrable, tout est optimisable.Mais qu’est-ce qu’ils sont beaux et propres, tirés à quatre épingles, si représentatifs, si décideurs, si maîtres d’eux-mêmes et du monde, Et drôles aussi Oui, à se tordre de rire !Je refuse  Révolté, moi ?Mais non, même pas en rêveEn cauchemar, peut-être. Préférez la poésie à la bête immonde sortez gambader dans les champs, tant que vous avez l’énergie dans vos jambes laissez-vous regarder, suivez le flair de vos yeux tranquillesécrivez des histoires qui ne tiennent pas debout jouez avec les mots plus forts que vousfaites-leur guiliguili, faites-les chantersoyez maîtres chanteursmaîtres chanteusesfaites comme bon vous semblerefusez de partir refusez d’obéircontemplez les choses autour de vous et demandez-vous pourquoi la nature est-elle si mignonne Pensez à vos kilos superflus ou légers, Rien n’est inutile dans ce monde le corps qui s’alourdit : un jour le processus sera inversé, vous disparaîtrez à vue d’œil, jusqu’à vous dissimuler dans le creux de la terre.Que restera-t-il de vous ?Peut-être un peu d’esprit, de la poudre aux yeux, une mince illusionUn mélange sucré-salé et le goût du sable dans la bouche éloignez-vous de tout ce qui brûle ne regardez pas la ville qui derrière vous se consume dans les flammes Délestez-vous de toute charge mentale et matériellePensez à l’oiseau 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Paulo Lobo 1390 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte