Magazine Cinéma

Melechesh – Enki

Par Darkstein

Melechesh – EnkiCinq longues années à attendre après The Epigenesis (2010) pour avoir des nouvelles du combo israëlo-américain (oui, j’ai mis le temps à l’acheter celui-là). Si la formule reste la même (du blackened death metal aux sonorités orientales, mélopées entêtantes sur fonds vocaux stridents), quelques nouveautés en cette année 2015 avec des duos, et pas n’importe lesquels s’il vous plaît ! Petite visite guidée :

« Tempest Temper Enlil Enraged » ouvre la boîte de Pandore avec une intro toute en tension, qui n’est pas sans rappeler celle de « Ghouls of Nineveh » sur le précédent opus, qui, elle était plus « heavy », plus pesante. Six minutes de martelage pour un titre pas facile d’approche à la première écoute. « The Pendulum Speaks », ralentit un poil le tempo, quand « Grand Gathas of Baal Sin » l’accélérait sur The Epigenesis. Choeur et légion d’esprits malins se répondent sur ce titre.
« Lost Tribes » voit les hurlements de djinn d’Ashmedi accompagnés par un Max Cavalera (ex-Sepultura, Soulfly, Cavalera Conspiracy) identifiable au premier growl. Lui, dès qu’il entend le mot « tribe », faut qu’il ramène sa glotte. Sa bastonne grave entre ces tribus perdues.
« Multiple Truths » et sa ritournelle assassine enchaîne sur un « Enki – Divine Nature Awoken » plus posé, sur lequel Sakis Tolis (Rotting Christ) vient prêter main forte. Un mid-tempo bienvenu, quand « Metatron and Man » remet le couvert de la double-pédale martyrisée.
On ne décernera pas la palme à « The Palm the Eye and Lapis Lazuli », mais son départ en douceur et son prix plus rock’n roll équilibre un peu le tout.
« Doorways to Irkala » est un instrumental arrivant à point nommé (enfin, huit minutes quand même !) pour respirer avant le grand final, « The Outsiders » et ses douze minutes. Emphatique et grandiloquent, une conclusion d’un fort bel acabit.

Il est toujours bon de pouvoir compter sur des valeurs sûres, et Melechesh en est une, même si globalement le groupe n’opère que peu de changement d’un album à l’autre. Donc au final, une fois tous les cinq ans, hein…


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Darkstein 120 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte