Magazine Cinéma

David Lynch, par Michel Chion

Par Vance @Great_Wenceslas
David Lynch, par Michel Chion

Quand un grand théoricien du cinéma, spécialiste du son (compositeur et concepteur sonore en plus d'être réalisateur et d'enseigner la théorie du scénario - il était venu à Metz pour des conférences alors que j'étais à l'Université), décide de publier sur David Lynch, artiste singulier du VII Art, difficilement qualifiable tant il soulève l'enthousiasme de certains comme il en exaspère d'autres, on obtient une somme aussi passionnante que passionnée, très aboutie dans son analyse où transparaissent un savoir-faire et des connaissances indéniables.

David Lynch, par Michel Chion

Ensuite, il faut bien admettre que, lorsqu'on lit la mention de l'éditeur, on ne s'attend pas à parcourir un texte romancé à la narration claire : il s'agit bien d'une analyse, d'un essai. Ce qui la rend passionnante, c'est l'implication totale de l'auteur dans son sujet, on sent manifestement son admiration pour l'artiste comme pour ses créations et, si l'on a parfois du mal à le suivre dans certaines interprétations des plans souvent nébuleux dont Lynch a le secret, on ne peut qu'être convaincu de sa sincérité. en 2007. D'autant que, pour qu'on apprécie davantage les analyses et conclusions, on a droit à de très nombreuses anecdotes, souvent saisissantes, qui illuminent des chapitres très denses consacrés à l'œuvre intégrale - en tout cas sur pellicule ou vidéo, les peintures n'étant évoquées que parcimonieusement - dont chaque film se voit en outre doté d'une présentation exhaustive, en commençant par le scénario. Ce souci de ne parler de chacune des réalisations de Lynch qu'après nous en avoir longuement raconté le contenu permet ainsi de mieux saisir les entrées par lesquelles Michel Chion détermine son essai, entrées qu'il systématise dans la seconde partie du livre avec le " Chion a manifestement décidé de nous donner à lire ce que l'éditeur présente comme " le livre le plus complet sur Lynch " et l'on est bien disposé à le croire - un livre d'ailleurs réédité et augmenté après la sortie d' Inland Empire Lynch-Kit ", un glossaire thématique dans lequel de " Alphabet " à " Vide ", on passe en revue les obsessions et réflexes artistiques du créateur

David Lynch, par Michel Chion

Si la lecture de l'ouvrage s'avère plus aisée que prévu, c'est aussi parce que l'auteur a choisi de nous présenter l'œuvre de Lynch de manière chronologique : passés un avertissement et une dédicace en exergue (tirée d'une chanson du réalisateur), on entre dans le cœur du livre, la partie nommée un peu facilement " Chrono-Lynch ", divisée en chapitres qui exploreront la cinématographie lynchienne depuis les courts métrages d'école

David Lynch, par Michel Chion

L'autre aspect enthousiasmant du livre est cette humilité qui se dégage dans l'approche de Chion, comme lorsqu'il avoue avoir été déçu par la première vision de avant de finalement y adhérer, tout en reconnaissant les limites de la compréhension de l'œuvre et le fait que le public et les critiques n'aient pas suivi (l'échec retentissant de déroute même les plus aguerris des spectateurs (moi-même, j'avais d'abord trouvé ridicule la scène finale où Dune dans lequel il trouve pourtant d'indiscutables qualités tant techniques que narratives en est un autre exemple probant). J'aime aussi sa façon de relativiser la réussite de qui, par sa thématique et son traitement désabusé, semble davantage coller à l'image " d'esthète distant et cynique " que tout le monde se fait du réalisateur - alors que la folle passion qui est au centre de Sailor déclame son amour à Lula en lui chantant

Un tout expressif et organisé à partir d'éléments qui accusent leur disparité.

David Lynch, par Michel Chion

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vance 6006 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines