Magazine Concerts & Festivals

Escape-ism et Big Mountain County ( Scène de la Cloche) au Binic Folks Blues festival, le 29 juillet 2018

Publié le 29 juillet 2018 par Concerts-Review
Escape-ism et Big Mountain County ( Scène de la Cloche) au Binic Folks Blues festival, le 29 juillet 2018

et Big Mountain County ( Scène de la Cloche) au Binic Folks Blues festival - le 29 juillet 2018

La 10e édition du Binic Folks Blues festival de déroule du 27 au 29 juillet, précédée d'une mise en bouche le 25 juillet à Saint-Quay-Portrieux et d'une soirée One Night Before à l'Estran, le jeudi 26.

Cette année encore l'association Nef D Fous a concocté une affiche grandiose, proposant 52 concerts ( gratuits), joués par 32 groupes dont quelques pontes: Kid Congo,White Cowbell Oklahoma, Catl ou les nanas de Mr. Airplane Man.

Des contingences familiales t'empêchent d'assister aux concerts du vendredi et du samedi, par contre, rien ne peut t'arrêter le jour dominical, ni une météo chagrine, ni l'arrivée du Tour de France, direction Binic où, par bol, tu déniches une place sur le parking de l'Estran, il te suffit de traverser la route pour rejoindre le site.

Il est 15:50', sur la scène Banche les Rennais Electric Neettles délivrent leur garage graisseux et rustique devant un public déjà nombreux, ton programme prévoyait Tally Ho à 16:45'.

T'avais paumé ta boussole, au lieu de te planter devant la scène Pommelec, tu jettes les amarres du côté de la Cloche, sur le podium, la nana s'amusant avec les claviers te tape dans l'oeil, tu décides de traîner de ce côté du port.

La fille à l'orgue se nomme
Alexandra Cabral, photographe de profession, musicienne par accident, elle effectue ses débuts avec Escape-Ism, le dernier projet de l'enfant terrible Ian Svenonius ( Nations of Ulysses, Weird War, The Make Up, Chain and the Gang, XYZ, Cupid Car Club.... sans compter ses écrits et quelques essais cinématographiques).

Yes, Alexandra?

"My debut with Escape-Ism on keys last night in front of 5,000 drunken French troglodytes"

C'est enregistré, darling!

Avant d'entrer dans le vif du sujet, a quote pour situer Ian au nom impossible:

"He's an underground rock star, an icon of the D.C. punk scene, an author and an auteur, a pontificator equally versed in astrology, Castro, forgotten soul 45s and the politics of the radical left. He's frequently the coolest person at the party and his hair always looks terrific." -- The Washington Post!

Effectivement, cheveux, teints, ébouriffés, costard, défraîchi, cintré, dégaine Mick Jagger, ce gars ne va pas nous chanter du rap ou jouer du grunge.

' Introduction to Escape​-​ism' est sorti en 2017, un nouvel LP, 'The Lost Record' est prévu pour septembre.

Binic entendra des échantillons issus de ces oeuvres.

Donc Alexandra pianote, retourne la cassette et fait la moue, tandis que Ian gratte une guitare, vient appuyer sur différentes pédales, s'amuse avec la drum machine, frime, prend des poses de rock star, se mêle à la foule après un saut peu calibré ( Ian, t'as failli écraser mes petits orteils soignés par Louison la meilleure pédicure de Lantic!), bouffe le micro, l'utilise comme râpe à cordes, glapit ou chante.

' Bodysnatcher' ouvre, le rendu minimaliste et les séquences noisy justifient les rapprochements avec Suicide. Les suivantes, construites sur le même schéma, ( mélodies binaires, beats répétitifs, riffs grinçants ou saturés), ont tôt fait de pousser la jeunesse locale à entamer une danse faite de mouvements robotiques .

Quelques titres proposés: 'Rome wasn't burnt in a day' / 'I'm a lover' à prendre au second degré, si possible/ l'halluciné 'Crime wave rock' /'Walking in the dark' un assemblage sulfureux mixant Alan Vega, les B52's et The Cramps et enfin ' Nothing personal'.

Un coup d'oeil vers les coulisses, OK, il nous reste quelques minutes, cette dernière rengaine traite de Washington DC, un endroit où l'argent coule à flots, ' Exorcist Stairs' .

Pour amateurs de frissons, de Linda Blair et d'Edvard Munch.

Même scène, 18h, Big Mountain County.

L'an dernier, les Transalpins avaient mis le feu à la scène Pommelec.

En 2018, scénario identique, les pompiers pestent!

La band si forma a Roma nel 2012, an offshoot of The Boilers a-t-on lu ailleurs!

Après avoir écumé l'Europe occidentale et orientale, avoir enregistré deux LP's et un live album, les décorés ( Best Arezzo Wave Band Lazio 2014) sont sur le point de sortir un nouveau volume de psych rock/garage sentant bon la sudation et le cambouis.

Alessandro Montemagno (Vocal / Guitar), Francesco Conte (Guitar / Keyboards), Bruno Mirabella (Drums) et Wolfman Bob (Bass) ont de la gueule et du toupet mais pas de setlist... il sesso è tutto nella testa , te confie Francesco.

Bon, tu remplaces sesso par la playlist!

Pour les intitulés, tu oublies, le net est aux abonnés absents en ce qui concerne le nouvel ouvrage!

Alessandro a chaud, il a laissé sa liquette sur la plage mais a gardé le Stetson, c'est lui le chouchou des photographes, surtout du sexe féminin, mais aussi d'un petit gars habillé de rose!

La première salve t'a fait comprendre d'emblée que ce n'était pas un plan pourri que de rester du côté de la Cloche.

Si il n'y a pas de volcans en Bretagne, les BMC ont décidé d'importer la lave sicilienne, c'est vachement bouillant!

Au second morceau, ils deviennent carrément fébriles, leur enthousiasme déteint sur ta voisine qui sautille comme un kangourou femelle, le mec de la sécu, caché derrière un rideau, reluque, sans vergogne, le mouvement bondissant de la généreuse poitrine de la dame.

Nous sommes à peine au troisième titre et le show a encore gagné en intensité, tu peux penser à Thee Oh Sees, à Ty Segall, au regretté Jay Reatard, ou au Brian Jonestown Massacre, le groupe est de ce calibre.

Le fougueux Alessandro, d'un geste maladroit cogne le pied de micro, heureusement Gina Lollobrigida le rattrape en plein vol, le combo vient d'attaquer un titre métallique tandis que Tarzan encourage les locaux... hey motherfuckers, move your ass and scream!

Look inside my brain, qu'il éructe, mais ce sont ses couilles qu'il frotte contre un monitor, ça m'a fait du bien, je descends parmi vous.

André, refile -moi ta Coreff et toi, Lucien, passe-moi ton joint!

Un premier crowdiver se balance au dessus de nos têtes, c'est le signal, it's moshing time, tous aux abris!

Alessandro aime la castagne, il rejoint les gamins, sur scène, les potes assurent!

45', c'est court, la ligne d'arrivée est en vue, en bas le pugilat se poursuit, en haut le groupe balance le seul morceau que tu as reconnu, 'What do you think'.

C'est une question?

C'était géant, ragazzi!

Escape-ism et Big Mountain County ( Scène de la Cloche) au Binic Folks Blues festival, le 29 juillet 2018
Escape-ism et Big Mountain County ( Scène de la Cloche) au Binic Folks Blues festival, le 29 juillet 2018

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Concerts-Review 35011 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte