Magazine Culture

Vanity 6-Vanity 6-1982

Publié le 31 juillet 2018 par Numfar
Vanity 6-Vanity 6-1982

Attention!!!

Eloignez les enfants et les grands-mères, cette chronique parle de sujets adultes comme les nichons, les putes, le vagin ou encore la chanson "salope".

Vous êtes prévenus.

(Fait son signe de croix et brûle un cierge à St.Hubert.)

En 1981, Prince fonde un trio féminin avec sa copine Susan Moonsie, Brenda Bennett et Jamie Shoop et les nomme: "The Hookers" (les putes... sympa le gars. Ah on savait rigoler dans les années 80.)

Passant de Susan Moonsie à un top model hot de chez hot, nommé Denise Matthews, Prince vire Jamie Shoop et invite sa nouvelle copine à rejoindre le groupe.

Prince veut rebaptiser Denise "Vagina" (je vous laisse traduire), mais elle refuse, avant de tomber d'accord sur "Vanity", et le groupe "Vanity 6".

Pourquoi le 6 alors qu'elles sont trois?

C'est simple, c'est le nombre de nichons que possède le groupe.

(Ah on savait rigoler dans les années 80 - 2 - le retour).

Effectivement, si on cherche à calculer ce nombre, il suffit de multiplier 3 (le nombre de chanteuses) par 2 (le nombre de nichons en moyenne sur une  femme) et si mes calculs sont corrects, on devrait arriver au nombre de 6.

Je suis fier de voir que mon niveau en math est toujours aussi bon.

Prince produit l'unique album de Vanity 6 en invitant Dez Dickerson et les musiciens de The Time Jesse Johnson et Terry Lewis, à participer et composer pour les filles, même si les chanteuses seront créditées (faussement) comme auteurs ou co-auteurs des chansons.

Le 11 Août 1982 paraît l'album "Vanity 6" au succès mitigé (#45 US).

Nasty girl (Prince)

Wet dream(Prince)

Drive me wild(Prince)

He's so dull(Dez Dickerson)

If a girl answers(Prince-T.Lewis)

Make-up(Prince)

Bite the beat(Prince-J.Johnson)

3X2 = 6(Prince)

Vanity 6

Vanity: chant

Susan Moonsie: chant

Brenda Bennett: chant

Musiciens (outre Prince)

Dez Dickerson: guitare (He's so dull), batterie (He's so dull & 3X2 = 6)

Jesse Johnson: guitare, claviers, basse (Bite the beat)

Je vais vous surprendre, on a forcément un avis négatif sur le disque quand on voit la pochette et quand on lit les titres des chansons, mais l'album est loin d'être mauvais, je dirais même qu'il est plutôt bien.

En tout cas, Prince continue à faire du bon boulot.

Quatre singles en seront extraits sans rencontrer aucun succès: Nasty girl, bite the beat (et pas un gag à l'horizon pour cette chanson, c'est rageant), He's so dull et Drive me wild.

La chanson phare, Nasty girl (salope), obtiendra quelques succès en Europe, surtout en Belgique et Pays-Bas.

Prince prépare son film semi-autobiographique, et Vanity doit en faire partie et y interpréter Nasty girl.

Malheureusement, elle va larguer Prince quelques mois avant, l'obligeant à se rabattre sur un pâle clône de Vanity, Patricia Kotero, qui sera rebaptisée Apollonia.

© Pascal "Nasty Boy" Schlaefli

Wet dreams in Urba City

31 Juillet 2018

Du même auteur sur Itunes ou Amazon:

Serial Angel vol.1

The Blacksouls

  

Rejoignez-moi sur Discord:

https://discord.gg/qWcVUS

Cherche 1 ou 2 joueurs pour parties de Donjon & Dragons sur forum:

http://jdr-sylvana.forumactif.com/

Partager : J'aime

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Numfar 50 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte