Magazine Bourse

Analyse de Bellway (BWY:LSE)

Publié le 04 août 2018 par Chroom

Fondée en 1946 par la famille Bell, Bellway est un promoteur immobilier britannique actif dans la construction et la commercialisation de logements. La totalité du chiffre d’affaires est réalisée au Royaume Uni.

Avec une capitalisation boursière de 3.6 mia de livres (environ 4.6 mia de CHF), Bellway est le quatrième promoteur immobilier britannique. Ses concurrents sont notamment Persimmon, Berkeley, Taylor Wimpey, Barratt Development et Bovis Homes.

Bellway est une entreprise solide dotée de 70% de fonds propres. De 2011 à 2017, le chiffre d’affaires est passé de 886 à 2558 mio de GBP (+189%). Dans le même temps, le bénéfice net a augmenté bien plus que proportionnellement en passant de 50 à 454 mio de GBP (+808%).

Malgré la crise immobilière et financière de 2008, l’action a gagné environ 1000% depuis 1994, le tout avec une volatilité deux fois moindre que son indice de référence, le FTSE 250 (bêta de 0.48).

La marge bénéficiaire nette (NPM) s’est établie à 17.7% en 2017, une valeur très élevée pour le secteur immobilier. Le rendement sur fonds propres (ROE) n’est pas en reste, avec une valeur de 20.7%.

Le dividende est passé de 0.13 GBP en 2011 à 1.22 GBP en 2017, une augmentation de 838%! Et le plus incroyable c’est que le payout ratio est resté extrêmement stable et conservateur durant cette période (actuellement: 33%). Autrement dit, l’explosion du dividende a été parallèle à celle du bénéfice par action et n’est pas simplement due à un gonflement du ratio de distribution.

Au cours actuel de 28.38 GBP, le rendement du dividende de 4.7% est très intéressant. Pour rappel, les dividendes britanniques présentent en outre l’avantage de ne pas être soumis à l’impôt anticipé.

Avec un PER de 7.3, le titre est très bon marché, ce qui s’explique principalement par le flou qui entoure les conditions du Brexit (qui sera effectif au 29 mars 2019) et qui pèse sur l’ensemble des actions immobilières britanniques. Les investisseurs craignent en effet un ralentissement plus ou moins important du marché immobilier en Grande-Bretagne selon les conditions de sortie de l’Union européenne (soft Brexit ou hard Brexit).

L’action a perdu environ 20% depuis le début de l’année et s’échange même 25% en-dessous de son plus haut historique. J’estime que les conséquences du Brexit sont déjà plus qu’intégrés dans le cours et que la valorisation actuelle représente une opportunité intéressante pour un investissement à long terme.

Berkeley est également une alternative valable à Bellway. Par contre, je déconseille les actions Taylor Wimpey, Barratt Development et Bovis Homes.

Persimmon est un cas particulier: l’entreprise est saine mais je me méfie du rendement du dividende bien trop alléchant (9.8%!) qui sert à mon avis de leurre pour attirer les investisseurs imprudents. En effet, ce dividende pourrait être rapidement coupé dès les premières difficultés, étant donné le payout ratio beaucoup trop élevé de 92%. Shocking!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chroom 366 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte