Magazine Culture

Louis Cole, la brutasse de L.A. sort un troisième album de Funk déjanté: TIME

Publié le 10 août 2018 par Le Limonadier @LeLimonadier

Pour bien comprendre de quoi on parle quand on parle de Louis Cole, il convient de jeter un petit coup d'oeil au rétroviseur. Nous repartons en 2009, à la création de son groupe avec Genevieve Artadi: Knower. Repéré par Quincy Jones, Louis raconte cette anecdote incroyable: " Je crois qu'il a trouvé que notre musique était cool, il nous a fait venir chez lui et on s'est mis à jouer dans son salon quelques passages de " P.Y.T. " et " Bad ", nos reprises de Michael Jackson. C'était un peu comme une audition, j'étais là avec mon clavier midi, Quincy mangeait du guacamole et prenait vraiment son pied... C'était assez surréaliste"

Voilà pour les bases.
Louis Cole c'est aussi des vidéos LOL mais qualitative ou il se déchaîne sur un second degré taré mais en restant d'une rigueur technique irréprochable. Comme ce shot d' 1'30 qui frôle le million de vues, " Bank Account " (texte engagé).

Mais revenons à ce troisième album intitulé TIME tant attendu que Louis nous sort aujourd'hui. Qu'est-ce que nous avons exactement au menu? Déjà, le titre phare de l'album tourne depuis quelques mois avec son clip bien barré entre les tenues de MC Hammer et l'équivalent babtou des chorégraphies de Break Machine. " Weird part of the night " nous fait une parfaite introduction, les néophytes capterons bien l'esprit et les connaisseurs retrouverons les steps aussi cool que weird de Louis en live! Autre clin d'œil à une pratique courante de Louis sur scène : son petit auto-tune manuel à coup de tapotis sur la gorge à 2'22' : Frissons garantis (NDLR: les enfants ne reproduisez pas ça chez vous sans la présence d'un adulte formé à cette pratique)

Plus récemment, c'est le deuxième single de l'album TIME que Louis nous a clippé. Cette fois on retrouve un beau morceau d'anthologie de ce qui peut devenir votre futur mantra si les standards de beauté occidentaux ont eu le mauvais goût de ne pas vous inclure... (ils ne savent pas ce qu'ils ratent)
Une traduction s'impose pour les derniers, au fond, près du radiateur:

Quand tu es sexy, tout le monde te parle Quand tu es moche, personne ne te parle, Quand tu es moche il y'a une chose que tu peux faire Comme envoyer tout le monde se faire foutre et être vraiment cool

Alors arrivé à la fin de ce deuxième morceau, d'aucuns diraient que c'est un simple album de troll-funk et risqueraient de passer à côté de featuring très pointu et très cool... Louis Cole a beau être très copain avec entre autre nos chouchous de Vulfpeck, il compte aussi dans sa bande de pote de LA quelques noms sympa qu'on retrouve sur l'album, à l'instar de Thundercat le bassiste prodige ou encore de Brad Mehldau, le pianiste de jazz qui défonce tous les clivages avec son trio. On va également y retrouver la grande Genevieve Artadi, vous savez, la nana avec laquelle il fondé le groupe Knower? Et bien ils ne se sont jamais éloigné puisque le groupe est toujours actif (et pas qu'un peu!) et l'un est toujours sur les prod de l'autre... C'est t'y pas chou ça?

Louis Cole était passé à Paris l'année dernière à la petite halle, tout le gratin de la scène jazz de Paris et d'ailleurs s'était bousculé pour venir voir le retour du fils prodige. Cette année c'est dans le cadre du festival Jazz à la Villette qu'il viendra nous faire du bien aux oreilles le 8 Septembre prochain avec Genevieve. EVENT ICI.

Louis Cole, la brutasse de L.A. sort un troisième album de Funk déjanté: TIME


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Limonadier 23814 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines