Magazine Culture

Tenir jusqu'à l'aube de Carole FIVES

Par Lecturissime
Tenir jusqu'à l'aube de Carole FIVES

Une jeune mère "solo" vit seule avec son fils de deux ans. Toute sa journée est rythmée par ce fils qu'elle aime mais qui absorbe trop son temps. Ainsi la nuit s'accorde-t-elle un petit répit en laissant l'enfant seul pour se promener dans la ville endormie, avec la vague impression de retrouver ainsi sa liberté perdue. Entre culpabilité et envie de respirer, cette jeune mère oscille dangereusement, cherchant quelquefois du réconfort ou des conseils sur les forums sur Internet, là où tout se mêle, le pire comme le meilleur.

"Je ne comprends pas les nouvelles mères ! A peine leurs bébés sont-ils nés qu'elles ne pensent qu'à retrouver leur liberté, avoir du temps pour elles, elles se demandent quand est-ce que leurs petits vont faire leurs nuits, arrêter de pleurer... On a dû leur mentir sur la maternité, c'est pas possible, qu'est-ce qu'elles s'imaginaient ?"

A cette lourdeur du quotidien solitaire, se mêle les difficultés financières, dans un cercle vicieux infernal : sans garde d'enfant, difficile de travailler, même si la jeune femme travaille en free-lance. Difficile également de concevoir, de créer, quand le temps est tranché par le rythme de l'enfant... De jour en jour l'équilibre devient précaire.

Carole Fives peint à merveille l'enfermement auquel est condamnée la jeune mère, sans mari, sans famille, sans amis, sans autre alternative que de garder son enfant parce que ne bénéficiant pas de place en crèche. Elle montre l'ambivalence des sentiments, cette joie de jouer avec l'enfant, mais cette envie aussi d'être libre, comme avant.

La nouvelle "La chèvre de Monsieur Seguin" rythme le récit, plaçant ainsi la liberté comme pivot de son histoire : que signifie être libre ? Peut-on réellement choisir d'être libre ? Comment liberté et responsabilité s'imbriquent-elles ? Etre parent signifie-t-il renoncer à cette liberté ?

A la fois sociologique et philosophique, toujours porté par une écriture alerte éloignant toute pesanteur, ce récit de Carole Fives mérite une place de choix dans la rentrée littéraire !

Présentation de l'éditeur : L'arbalète / Gallimard

Vous aimerez aussi : La femme gelée de Annie Ernaux

Tenir jusqu'à l'aube, Carole FIVES, Editions Gallimard, L'Arbalète, août 2018, 192 p., 17 euros

Merci à Babélio

Tenir jusqu'à l'aube de Carole FIVES

Tenir jusqu'à l'aube Carole FIVES

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lecturissime 4403 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines