Magazine Cinéma

47 Meters Down (2017), Johannes Roberts

Par Losttheater
47 Meters Down réalisé par Johannes Roberts

De combien d’ersatz du chef-d’œuvre de Steven Spielberg, Les Dents de la mer, avons-nous réellement besoin ? Le film de squale est un sous-genre à part entière du genre horrifique et seuls quelques films ont réussi à tirer leur épingle du jeu. On pense à The Reef de l’australien Andrew Traucki ou encore au sympathique Instinct de Survie de Jaume Collet-Serra. 47 Meters Down de Johannes Roberts échappe malheureusement à cette catégorie tant son film n’a pas la moindre notion de maitrise de ses personnages.

Alors que Spielberg soignait la peur profonde qu’entretenait son personnage Martin Brody pour l’eau, Roberts balaie d’un coup d’un seul la psychologie de ses deux protagonistes féminines. Les deux jeunes sœurs sont en vacances tandis que l’une d’entre elle vient de se faire larguer et essaie de remettre un peu de piment dans sa vie. Et c’est absolument tout ce que le scénario nous offrira en terme de caractérisation. Lorsqu’elles sont donc en état de panique et recherchent à survivre au milieu d’un banc de requins à 47 mètres de profondeur dans l’océan, difficile d’éprouver beaucoup d’empathie. L’issue et les enjeux sont donc complètements faussés dès le départ ce qui inspire uniquement de l’ennui au spectateur qui devinera vite les pirouettes scénaristiques. Même le twist qui intervient avant la fin du film nous pointe du doigt pour démontrer à quel point nous sommes pris pour des idiots. Le suspense existe donc difficilement tout au long de 47 Meters Down. Les incrustes de vrais requins filmés dans l’océan mélangés avec les prises de vues sur les actrices font illusions quelques instants. Tristement, ce n’est pas cela qui nous sauve d’une mise en scène extrêmement plate et sans surprises. Les requins apparaissent au moment où l’on s’y attend le plus, créant des jump scares plus drôles qu’effrayants. Dans la même veine, on préférera de loin le Black Water surprenant d’Andrew Traucki (toujours lui) qui sait manier l’attente et la peur de ses personnages pour mieux saisir d’effroi le spectateur.

L’article 47 Meters Down (2017), Johannes Roberts est apparu en premier sur The Lost Movie Theater.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Losttheater 534 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines