Magazine Culture

Jusqu’au 16 septembre, la superbe exposition « Picasso et la danse » au Palais Garnier

Publié le 18 août 2018 par Framboise32

Jusqu’au 16 septembre, la superbe exposition « Picasso et la danse » au Palais Garnier

La Bibliothèque nationale de France et l’Opéra national de Paris explorent les multiples facettes du rapport de Picasso à la danse, de son rôle de décorateur et costumier pour les Ballets russes à la place qu’occupe cet art dans son œuvre en général. À travers quelque 130 œuvres et documents rarement montrés en France, l’exposition dévoile toute l’importance de la danse dans la vie de Picasso.

Picasso accorde une place notable à la danse dès les premières années de sa carrière, mais c’est véritablement à partir de ses premières collaborations avec les Ballets russes de Serge Diaghilev, dans les années 1910, qu’il s’ouvre à l’univers du ballet. Cette troupe est pour Picasso le lieu de rencontres importantes : sa future femme, la danseuse Olga Khokhlova, mais aussi de nouveaux collaborateurs et amis, comme Léonide Massine ou Jean Cocteau, dont il réalise de plaisantes caricatures. L’artiste se met aussi à dessiner ballerines et corps en mouvement.

L’exposition présente une sélection de ces dessins, de même qu’un portrait original de Boris Kochno, bras droit de Diaghilev. Picasso participera à une dizaine de productions de ballets. Si son implication se limite parfois à un simple rideau de scène, ou à des indications pour le faire réaliser, il s’engage toutefois très activement dans quatre productions majeures entre 1917 et 1924 : Parade (1917), Le Tricorne (1919), Pulcinella (1920) et Mercure (1924).

L’exposition consacre une large place à ces ballets essentiels pour l’artiste. Ses costumes de managers, conçus comme des sculptures cubistes, ainsi que son cheval, influencé par le monde circassien, contribuent au scandale de Parade tandis que ses costumes colorés favorisent l’immense succès du Tricorne. Pour Mercure, s’émancipant des Ballets russes, Picasso réalise les décors et costumes d’une série de « poses plastiques » surréalistes qui se voient une nouvelle fois chahutées lors de la première. Quarante ans plus tard, la reprise par Serge Lifar de son ballet Icare (1962) donnera lieu à l’unique collaboration de Picasso avec l’Opéra de Paris. Dessins, estampes, manuscrits, costumes et photographies d’époque illustrent la forte implication de Picasso dans ces créations collectives et dialoguent avec des costumes et photographies modernes, témoignages de la place de son œuvre au sein du répertoire vivant de l’Opéra de Paris.

Au-delà du monde du ballet, Picasso représente un grand nombre de scènes de danse, en prise avec certaines thématiques particulières. Sa vie de bohème l’amène au contact du cirque dès les années 1900 : suivant les traces de Toulouse-Lautrec, il dessine et peint à son tour des « danseuses à cheval ». À la faveur d’un renouveau mythologique dans son œuvre à la fin des années 1940, ce sont cette fois-ci les bacchantes et autres faunes dansant furieusement qui s’affirment, Picasso s’inspirant du classicisme de Poussin ou d’Ingres, qu’il réinterprète selon ses propres principes esthétiques. C’est le cas par exemple dans le Grand nu dansant, linogravure colorée réalisée en 1962.

Enfin, à partir des années 1960, toutes ces thématiques seront revisitées à travers le prisme d’un érotisme omniprésent, comme la danse figurée dans l’estampe Salomé de 1905, dont Picasso dévoile clairement le potentiel licencieux lors de sa reprise en 1971. Allant parfois jusqu’à irriguer sa pratique artistique, la dynamique du mouvement dansé aura ainsi traversé toute l’œuvre du maître. L’exposition est magnifique.

On peut y admirer 130 œuvres et documents de l’artiste rarement montrés. Picasso a dessiné des costumes, des décors . On y voit les croquis, et les photographies pensés pour les Ballets russes de Diaghilev : Parade (1917), Le Tricorne (1919), Pulcinella (1920).  Dans la derniere salle, les deux habits aux allures de sculptures cubistes de Parade, reconstitués en 1979 par l’Opéra.

Cela permet également de visiter ce très beau monument parisien

Informations pratiques

Picasso et la danse 
Du 19 juin au 16 septembre 2018
Bibliothèque-musée de l’Opéra, Palais Garnier
Entrée à l’angle des rues Scribe et Auber, Paris 9e 
Tous les jours 10h > 17h


Plein tarif : 12 € – Tarif réduit : 8 €
Entrée gratuite pour les moins de 12 ans, personnes en situation de handicap et leur accompagnateur, demandeurs d’emploi.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Framboise32 28519 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine