Magazine Culture

Carré 35, film d'Éric Caravaca

Publié le 19 août 2018 par Onarretetout

Carre_35

Je ne sais pas ce que j’aurais ressenti dans une salle, le film projeté sur un grand écran. Je l’ai vu sur un écran d’ordinateur. La proximité s’est immédiatement imposée. Le réalisateur s’adresse à moi, à chacun.e. Il s’est engagé dans la recherche du fantôme qui hante dans le secret sa famille. Une enfant, l’aînée de la fratrie, qu’il n’a pas connue parce qu’elle est morte trois ans avant sa naissance et parce que toutes les photos et les films où elle apparaissait ont été détruits : « Qu’est-ce que tu veux faire avec une photo ? Pleurer ? »

Parce que toutes ces images ont disparu, Eric Caravaca va s’efforcer de retrouver le visage de cette soeur, et, chemin faisant, de reconstituer la mémoire effacée des premières années de mariage de ses parents, mémoire qui va croiser l’histoire de la Guerre d’Algérie, de l’indépendance du Maroc, deux pays où ses parents ne sont pas retournés depuis qu’ils se sont installés en France, changeant, au passage, leurs prénoms. Et fuyant la mort.

La fillette est enterrée, dans le carré 35 du cimetière de Casablanca (écrivant ici le nom de cette ville, je constate qu’il y a autant de « a » que dans le nom du réalisateur).

« La maison de l’Oasis » peut enfin ouvrir ses volets.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Onarretetout 3973 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine