Magazine Cinéma

Une pluie sans fin (2018) ★★★☆☆

Par Olivier Demangeon @critiks_moviz
UNE PLUIE SANS FIN (2018) ★★★☆☆ UNE PLUIE SANS FIN (2018) ★★★☆☆

1997. À quelques mois de la rétrocession de Hong-Kong, la Chine va vivre de grands changements... Yu Guowei, le chef de la sécurité d'une vieille usine, dans le Sud du pays, enquête sur une série de meurtres commis sur des jeunes femmes. Alors que la police piétine, cette enquête va très vite devenir une véritable obsession pour Yu... puis sa raison de vivre.

UNE PLUIE SANS FIN (2018) ★★★☆☆

Origine du film : Chine
Réalisateur : Dong Yue
Scénariste : Dong Yue
Acteurs : Duan Yihong, Jiang Yiyan, Yuan Du, Chuyi Zheng, Wei Zheng
Musique : Ding Ke
Genre : Crime, Drame
Durée : 1 heure et 56 minutes
Date de sortie : 25 juillet 2018 (France)
Année de production : 2017
Sociétés de production : Century Fortune Pictures
Distribué par : Wild Bunch Distribution
Titre original : Bao xue jiang zhi / 暴雪将至
Notre note : ★★★☆☆

UNE PLUIE SANS FIN (2018) ★★★☆☆

" Bao xue jiang zhi " ou " Une Pluie sans fin " est un thriller policier dramatique chinois datant de 2017, écrit et réalisé par Dong Yue, qui signe ici ses premiers pas à la réalisation. Les acteurs principaux sont Duan Yihong, qu'on a pu voir dans " The Dead End " (2015), Jiang Yiyan, qu'on a pu voir dans " Le Règne des Assassins " (2010), Yuan Du, qu'on a pu voir dans " The Assassins " (2012), et Chuyi Zheng, qu'on a pu voir dans " Explosion " (2017). Ce métrage a remporté le Grand Prix du Festival International du Film Policier de Beaune en 2018.

Depuis quelques années, le cinéma chinois propose des métrages qui, sous couvert d'une histoire policière, criminelle, mystérieuse, nous invite à une réflexion sur les mutations de la société, des dérives que cela engendre et l'impact que cela peut avoir sur une population en mal de repère, de cadre, d'orientation. " " de Diao Yinan, paru en 2014, et " A Touch of Sin " de Jia Zhangke, paru en 2013, allaient déjà dans ce sens. " Une pluie sans fin " ou " The Looming Storm " pour la distribution internationale, s'inscrit dans ce genre particulier. Le seul souci, c'est que je n'accroche absolument pas.

L'histoire proposée par " Une pluie sans fin " se déroule principalement en 1997, peu de temps avant la rétrocession de Hong Kong à la Chine et nous invite à suivre Yu Guowei ( Duan Yihong), un responsable de la sécurité d'une usine, qui rêve secrètement d'intégrer la police. Une série de meurtres dans le secteur proche de l'usine va l'inciter à mener sa propre enquête. Il pense qu'en identifiant et en neutralisant l'auteur de ces meurtres, il pourra voir son avenir s'améliorer. Il est sur la trace du criminel, mais ce dernier lui échappe de justesse. Il va alors monter un stratagème afin de capturer le meurtrier, en se servant de Yanzi ( Jiang Yiyan), une amie qu'il vient d'aider à atteindre son rêve en lui permettant d'ouvrir un salon de coiffure. Cependant, rien ne va se passer comme il l'espérait et il va se retrouver pour 10 années en prison. C'est à sa sortie qu'il trouvera les réponses à ses questions...

Dong Yue, le scénariste-réalisateur de " Une Pluie sans fin " installe un climat très glauque, aidé en cela par la photographie de Cao Tao. Une ville située à proximité de trois usines de sidérurgie. Les bâtiments sont gris, sinistres à souhait, les habitants arborent des vêtements en adéquation avec leur environnement ce qui rend l'ensemble particulièrement lugubre. L'ambiance est triste et la pluie est omniprésente. Jamais un film n'aura aussi bien porté son titre. On peut donc facilement être tenté de faire le rapprochement avec " Seven " (1995), le côté mystique, religieux en moins.

En substance, ce métrage montre la volonté de tout un chacun de s'extirper de l'endroit où il se trouve afin d'accéder à une ville meilleure. Yu Guowei ambitionne de s'élever socialement, Yanzi rêve d'ouvrir un salon de coiffure à Hong Kong, et l'officier de police Zhang ( Yuan Du) ne pense qu'à l'heure de sa retraite où il pourra se retirer dans son village d'enfance. " Une Pluie sans fin " nous offre donc une observation sociologique de la société chinoise et de son évolution à ce moment clé de l'histoire de ce pays à travers une sordide histoire de serial killer.

Tout ceci est fort intéressant, sauf que c'est terriblement lent. Le rythme est terriblement apathique, et l'histoire s'enlise parfois dans des développements secondaires sans réel intérêt. Wen Jing, en charge de l'édition aurait dû opérer de larges coupes aux ciseaux pour ramener ce métrage vers un format avoisinant l'heure et demi, car les deux heures que dure " Une pluie sans fin " sont difficiles à digérer. C'est donc après plusieurs jours d'intégration que j'écris cette critique afin d'être un peu plus objectif qu'à la sortie de la salle et ainsi éviter de flinguer le métrage en bonne et due forme.

Du côté de la distribution, j'ai eu beaucoup de mal à accrocher sur l'acteur Duan Yihong qui incarne le personnage principal. J'ai trouvé que sa prestation ne correspondait pas pleinement avec le rôle qu'il incarnait. A contrario, j'ai trouvé que Jiang Yiyan était nettement plus juste dans sa performance. L'actrice apporte la bonne dose de tristesse et de mélancolie à son personnage. Enfin, j'ai également aimé la prestation de Yuan Du dans son rôle d'inspecteur, où le vieux briscard qui voit et qui comprend la dimension des faits, sans se précipiter et évitant de tirer des conclusions trop hâtives.

En conclusion, " Une pluie sans fin " est un thriller policier correct, disposant d'une histoire servant de support à une observation sociologique de l'évolution de la société chinoise. L'intrigue est bien orchestrée, mais le rythme est terriblement poussif. La photographie offre des visuels volontairement sombres, sinistres afin de renforcer l'ambiance. Les personnages sont tout aussi sombres, à l'esprit morose. L'ensemble est très humide, la pluie étant, comme son titre l'indique, omniprésente. Un métrage à éviter en cas de déprime ...

UNE PLUIE SANS FIN (2018) ★★★☆☆

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Olivier Demangeon 202 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines