Magazine Culture

Paris au mois d’août

Publié le 25 août 2018 par Polinacide @polinacide

Paris sans touristes, c’est un peu comme un lundi au soleil : une chose qui n’arrive (presque) jamais. Sauf évidemment au mois d’août, lorsque la capitale s’octroie elle aussi quelque repos bien mérité. Et ça change tout. 

La preuve, les rues sont quasiment vides. Finies les terrasses bondées, les interminables queues à la boulangerie et la cohue en heure de pointe pour faire les courses. L’air urbain en deviendrait presque respirable ! On se croirait dans un village de vacances, les palmiers en moins, certes ; mais avouons que de décrocher un tête à tête avec la plus belle ville du monde, c’est déjà pas mal. C’est même la période idéale pour pouvoir enfin l’apprécier à sa juste valeur, et retrouver le regard émerveillé du « provincial » que l’on était il y a à peine dix ans. Fraîchement débarqué de son bled avec des étoiles plein les yeux. Avant de devenir la caricature de ce parisien blasé que tout le monde adore détester.

En août, Paris se vêtit de sa plus belle robe. Mais plus personne n’est là pour la voir. Quelle ironie. Moi non plus d’ailleurs, pianotant nonchalamment depuis le bord de mer avec une seule main, l’autre étant trop occupée à maintenir mon cocktail en équilibre. Il n’en reste pas moins que j’adore fantasmer de ce Paris vide dont je ne profite que trop peu. En y réfléchissant, pourquoi alors ne pas rentrer un jour ou deux en avance histoire de faire la transition en douceur avant la rentrée ? Car ce court laps de flottement ne ressemble que trop bien aux vacances : il passe toujours trop vite.

Publicités

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Polinacide 1010 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine